1 (Modifié par Stylele 09/01/2016 à 12:32)

Bergson, La Pensée et le mouvant - D'avant en arrière se poursuit un remodelage constant du passé...

Bonsoir,

J'ai une explication de texte à rendre  et je suis un peu dans la panade. J'ai un texte de Bergson tiré de " la Pensée et le mouvant " à expliquer.

J'avais déjà fait le gros du travail en interprétant chaque lignes du texte et j'ai donc cru qu'il suffisait d'organiser tout ça et le tour était joué. Mais ma prof m'a fait clairement comprendre que tout n'était pas bon, il faut donc que je recommence un peu tout...


D'avant en arrière se poursuit un remodelage constant du passé par le présent, de la cause par l'effet.
Nous ne le voyons pas, toujours pour la même raison, toujours en proie à la même illusion, toujours parce que nous traitons comme du plus ce qui est du moins, comme du moins ce qui est du plus. Remettons le possible à sa place : l'évolution devient tout autre chose que la réalisation d'un programme : les portes de l'avenir s'ouvrent toutes grandes ; un champ illimité s'offre à la liberté. Le tort des doctrines, bien rares dans l'histoire de la philosophie, qui ont su faire une place à l'indétermination et à la liberté dans le monde, est de n’avoir pas vu ce que leur affirmation impliquait. Quand elles parlaient d’indétermination, de liberté, elles entendaient par indétermination une compétition entre des possibles, par liberté un choix entre les possibles, comme si la possibilité n'était pas crée par la liberté même ! Comme si toute autre hypothèse, en posant une préexistence idéale du possible au réel, ne réduisait pas le nouveau à n'être qu'un réaménagement d’éléments anciens ! Comme si elle ne devait pas être amené ainsi, tôt ou tard, à le tenir pour calculable et prévisible ! En acceptant le postulat de la théorie adverse, on introduisait l'ennemi dans la place. Il faut en prendre son parti: c'est le réel qui se fait possible, et non pas le possible qui devient réel.


Bon, voilà ce que j'ai interprété.

Bergson distingue 2 théories :

-Le réel conditionne le possible : C'est à dire qu'a partir du reel, du moment vécu , on valide un choix qui était possible dans le passé = Theorie des doctrines

-Le possible vient avant le réel = Théorie de Bergson. C'est à dire qu'il y a un éventail de possibilité et dans ces possibilités un réel va se dégager.


Dans les premières lignes, il explique que le passé peut être revisité par le présent : Ex : Si on a apprit à faire du sport dès petit, on ne va pas obligatoirement conserver cette pratique en grandissant.
Après , j'avoue ne pas avoir compris grand chose.

Si quelqu'un aurait la bonté de m'aider... ce serait vraiment aimable de sa part

Merci d'avance

Re Bonjour

J'ai essayé d'étudier le texte et j'ai trouvé d'autres pistes.

- Ce que pense l'opinion commune : On considère que ce qui était réel c'est ce qui a d'abord été possible
- D'après Bergson : Il y a du réel qui engendre du possible. C'est à partir du réel qu'un certains nombre de choses deviennent possible.

2

Bergson, La Pensée et le mouvant - D'avant en arrière se poursuit un remodelage constant du passé...

Bonjour,

Ce texte fait référence au coeur de la philosophie de Bergson : la réalité, pour être pensée, doit être saisie dans la durée.

Regarde ce lien qui peut t'aider

http://books.google.fr/books?id=cM3RF6Q … mp;f=false

Il s'agit sur le fond des rapports entre le réel et les possibles dans une philosophie de la durée.

Bergson, La Pensée et le mouvant - D'avant en arrière se poursuit un remodelage constant du passé...

Merci de m'avoir répondu Jean-Luc 

J'ai consulté ton lien et il m'a un peu aidé   Mais c'est vrai que les concepts de réel et possibles sont assez difficile à saisir
Possible = Possibilité, choix de plusieurs choses
Réel = Moment présent ?
Du coup , l'idée générale du texte serait : Le réel engendre du possible ?  ou quelque chose du genre

En fait je pense que pour l'idée générale, il faut montrer que Bergson désapprouve l'opinion commune mais je suis pas du tout sur.

4

Bergson, La Pensée et le mouvant - D'avant en arrière se poursuit un remodelage constant du passé...

Je ne suis pas philosophe et encore moins spécialiste de Bergson.

Ce que j'ai cru comprendre, c'est que Bergson désapprouve en effet l'opinion commune, c'est-à-dire une fausse approche scientifique qui confond temps et durée. Dans cette approche, le réel est bien un présent figé en dehors de la durée. Il est doublement faux dans la mesure où il ne peut être apprécié dans son évolution puisqu'on le prive notamment de ses perspectives futures mais aussi parce qu'il conduit à réinterpréter le passé à partir de la photo du présent.

Pour nous résumer la pensée (penser le monde) est un flux continu où tout s'interpénètre, où l'histoire orientée (passé - présent - futur) n'a pas de sens. La conséquence de nier la durée est l'incapacité à sortir d'une herméneutique, elle stérilise l'évolution dans sa création de nouveauté : "une préexistence idéale (au sens de conceptuelle)  du possible au réel, ne réduisait pas le nouveau à n'être qu'un réaménagement d’éléments anciens !"

5 (Modifié par Stylele 10/01/2016 à 17:12)

Bergson, La Pensée et le mouvant - D'avant en arrière se poursuit un remodelage constant du passé...

Merci Jean-Luc, je vas essayé de m'en sortir et ton explication m'a bien aidé
Si quelqu'un a un commentaire a faire, qu'il n'hésite pas je suis preneur  

Je trouve quand même ce texte  un peu trop compliqué pour un niveau Terminale ES , enfin bon..

Âme charitable pour m'aider à trouver le problème philosophique ? Je galère...
Je n'ai aussi pas bien compris la différence entre la durée et le temps..

" Quand elles parlaient d’indétermination, de liberté, elles entendaient par indétermination une compétition entre des possibles, par liberté un choix entre les possibles, comme si la possibilité n'était pas crée par la liberté même"
Ici la liberté est associée à un choix entre les possibles, c'est à dire vouloir choisir ce que l'on veut
L’indétermination est associée à une compétition entre les possibles : Exemple : J'ai le choix entre faire du skate ou du roller. Il y a 2 possibilités, donc compétition. Je choisirais ce que j'ai le plus envie de faire car je suis libre de faire mon choix
La possibilité engendre donc bien la liberté.