Faut-il renoncer à ses libertés pour la sécurité ?

Aux vues du contexte actuel où la sécurité est extrêmement renforcée, je me posais une question : est-ce que l'on doit renoncer à ses libertés, afin d'être en sécurité? La France peut-elle aller à l'encontre de ses valeurs qui lui sont propres afin de "protéger" ses citoyens?

Qu'en pensez-vous?

Faut-il renoncer à ses libertés pour la sécurité ?

A quelles libertés penses-tu ?

Faut-il renoncer à ses libertés pour la sécurité ?

Pour moi, renoncer à ses libertés c'est tout d'abord se soumettre à quelque chose, la liberté est indivisible! Si on la restreint alors la liberté n'est plus!
Notre liberté doit rester intacte et la peur ne doit pas nous gagner

4

Faut-il renoncer à ses libertés pour la sécurité ?

Bonsoir,

Tu considères donc que la liberté et la sécurité sont des notions opposées.
Or la loi, ce sont les règles qui se doivent de protéger les membres les plus forts comme les membres les plus faibles d'un groupe social, d'un peuple.

Donc la loi restreindrait la liberté ?
Je ne pense pas. Du moins, si nous parlons des mêmes libertés, et non d'une liberté illusoire.

Par exemple, faire ce que l'on veut - et je crois que c'est à cela que tu pensais -, ce n'est pas cela, la liberté à l'échelle humaine, autrement toute vie sociale et collective est impossible. Comme qui dirait "Ma liberté s'arrête où commence celle d'autrui".

Kant affirmerait que la liberté vient du respect de la loi et des règles morales, qui sont selon lui les règles abstraites qui ne sont pas contradictoire. Il conviendrait de nuancer, je pense, car la politique de Robespierre est du "Kant appliqué", et il suffit de voir les désastres de la Terreur pour comprendre que l'on tombe rapidement dans les extrêmes, les dictatures, les totalitarismes.

Je crois que l'on peut réduire certaines """""libertés""""" qui selon moi ne sont pas les Liberté essentielles. Un couvre-feu raisonnable par exemple, ne me semble pas être une atteinte à la Liberté, avec un L majuscule.

En fait, il faudrait définir ce que sont les Libertés ontologiques et inaltérables de l'Homme, pour poursuivre le débat

5

Faut-il renoncer à ses libertés pour la sécurité ?

Et relire Le contrat social, accessoirement...

Faut-il renoncer à ses libertés pour la sécurité ?

En fait, il faudrait définir ce que sont les Libertés ontologiques et inaltérables de l'Homme, pour poursuivre le débat


D'oû la première question. À laquelle d'ailleurs il n'a jamais été répondu...
Que celui qui a lancé ce sujet relise (encore faudrait-il qu'il l'ait déjà lu, ce dont je doute) me semble bien improbable.

7

Faut-il renoncer à ses libertés pour la sécurité ?

Pas faux...

Faut-il renoncer à ses libertés pour la sécurité ?

La notion de liberté à ceci de complexe, qu'elle est très personnelle.

Un couvre-feu me dérange profondément, pour reprendre l'exemple cité plus haut. Si un être désire sortir, quand bien même cela mettrait sa vie en danger, en quoi la société a le droit de lui interdire pour le protéger ?

Le protéger de lui-même ? D'une forme d'inconscience ? Quand dire d'un autre qu'il est inconscient ?

9 (Modifié par boulou99 26/04/2016 à 13:18)

Faut-il renoncer à ses libertés pour la sécurité ?

Dire de la liberté qu'elle est personnelle au sens de "à chacun sa définition" risque de nous faire tomber dans un relativisme dangereux... Surtout quand, en société, il faut penser à une entente entre les membres, et à une vie en collectivité.

Mais j'ai peut-être mal compris le terme "personnel".

10 (Modifié par Even 28/04/2016 à 13:33)

Faut-il renoncer à ses libertés pour la sécurité ?

La notion de liberté est personnelle signifiait que chaque être la ressent d'une façon qui diffère d'un autre. Il ne s'agit pas d'une simple définition mais bien de la façon dont on la ressent ou dont on ressent l'enfermement.

Je ne crois pas qu'en avoir conscience mène à un relativisme dangereux, je pense qu'en avoir conscience, au contraire, mène à un dialogue ouvert, où chacun aura une place.