Laclos, Les Liaisons dangereuses, lettre 141

Voilà. J'ai l'oral du bac français qui approche et j'ai étudier la lettre CXLI (« La Marquise de Merteuil au Vicomte de Valmont ») suivante des Liaisons dangereuses.

« On s’ennuie de tout, mon Ange, c’est une loi de la Nature ; ce n’est pas ma faute.

« Si donc je m’ennuie aujourd’hui d’une aventure qui m’a occupé entièrement depuis quatre mortels mois, ce n’est pas ma faute.

« Si, par exemple, j’ai eu juste autant d’amour que toi de vertu, et c’est sûrement beaucoup dire, il n’est pas étonnant que l’un ait fini en même temps que l’autre. Ce n’est pas ma faute.

« Il suit de là, que depuis quelque temps je t’ai trompée : mais aussi, ton impitoyable tendresse m’y forçait en quelque sorte ! Ce n’est pas ma faute.

« Aujourd’hui, une femme que j’aime éperdument exige que je te sacrifie. Ce n’est pas ma faute.

« Je sens bien que te voilà une belle occasion de crier au parjure : mais si la nature n’a accordé aux hommes que la constance, tandis qu’elle donnait aux femmes l’obstination, ce n’est pas ma faute.

« Crois-moi, choisis un autre amant, comme j’ai fait une autre maîtresse. Ce conseil est bon, très bon ; si tu le trouves mauvais, ce n’est pas ma faute.

« Adieu, mon ange, je t’ai prise avec plaisir, je te quitte sans regret : je te reviendrai peut-être. Ainsi va le monde. Ce n’est pas ma faute. »

Or, je ne retrouve plus l'introduction de ma lecture analytique. DOnc je pensais en refaire une... A l'intérieur je voulais préciser:

-rappeler la liaison de Valmont avec madame de Tourvel
-indiquer la jalousie de Merteuil, qui dicte une lettre de rupture à Valmont...

Mais à part ca, je ne vois pas quoi ajouter.. Quelqu'un pourrait 'il m'aideR?

2

Laclos, Les Liaisons dangereuses, lettre 141

Bonsoir Andream,

Il me paraît évident que le retour envoûtant de "ce n'est pas ma faute" doit être commenté.
Il est adressé à une dévote qui a commis une faute.
Il souligne et scande la goujaterie de Valmont (même si c'est la plume de Merteuil qui est à l'origine de cette missive assassine).
Il souligne les insinuations perfides.
Il faut étudier de près la modalisation.

Cette lettre est une argumentation visant à culpabiliser la victime. Elle est très révélatrice de l'immoralisme et de la perversion libertine. Elle te permet de définir ce qu'est l'amour pour un libertin : le plaisir, le refus de la responsabilité, la licence, l'égoïsme, l'arbitraire et la peur du ridicule de se trouver attaché.

Quant à l'introduction, tes pistes pour situer cette lettre sont bonnes. Ajoute seulement que cette lettre fait basculer le roman dans la tragédie par un engrenage d'orgueils exacerbés...

3

Laclos, Les Liaisons dangereuses, lettre 141

Montrez que c'est une lettre de rupture seche et cassante ou tout est fait pour blesser le destinataire.

Au secours,les idées sont là,mais le plan n'y est pas,repetition du "ce n'est pas ma faute" denigrement de la destinataire,puis?...

Laclos, Les Liaisons dangereuses, lettre 141

Il ne faut pas oublié l'identité de l'émetteur : Valmont se contente de recopier mot à mot une lettre de Merteuil. Or il est probable qu'en tant que femme elle sache tout particulièrement ce qui peut faire mal, en use et en abuse : "quatre mortels mois". Pourquoi ? La jalousie ? Peut-être, néanmoins Merteuil est l'incarnation du vice, de la perfidie et du libertinage et Tourvel est son exact opposé, un opposé qui la dérange car, au fond, elle n'est peut-être pas plus heureuse dans le vice que Tourvel ne l'est dans la vertu et lui nuire est un moyen de se prouver et de prouver au monde et que la vertu n'est pas récompensée dans la société corrompue du XVIIIème siècle...

5

Laclos, Les Liaisons dangereuses, lettre 141

Un homme de ma connaissance s’était empêtré, comme vous, d’une femme qui lui faisait peu d’honneur. Il avait bien, par intervalle, le bon esprit de sentir que, tôt ou tard, cette aventure lui ferait tort ; mais quoiqu’il en rougît, il n’avait pas le courage de rompre. Son embarras était d’autant plus grand, qu’il s’était vanté à ses amis d’être entièrement libre ; et qu’il n’ignorait pas que le ridicule qu’on a augmente toujours en proportion qu’on s’en défend. Il passait ainsi sa vie, ne cessant de faire des sottises, et ne cessant de dire après : Ce n’est pas ma faute. Cet homme avait une amie qui fut tentée un moment de le livrer au public en cet état d’ivresse, et de rendre ainsi son ridicule ineffaçable : mais pourtant, plus généreuse que maligne, ou peut-être encore par quelque autre motif, elle voulut tenter un dernier moyen, pour être, à tout événement, dans le cas de dire, comme son ami : Ce n’est pas ma faute. Elle lui fit donc parvenir, sans aucun autre avis, la lettre qui suit, comme un remède dont l’usage pourrait être utile à son mal.

« On s’ennuie de tout, mon Ange, c’est une loi de la Nature ; ce n’est pas ma faute.

« Si donc je m’ennuie aujourd’hui d’une aventure qui m’a occupé entièrement depuis quatre mortels mois, ce n’est pas ma faute.

« Si, par exemple, j’ai eu juste autant d’amour que toi de vertu, et c’est sûrement beaucoup dire, il n’est pas étonnant que l’un ait fini en même temps que l’autre. Ce n’est pas ma faute.

« Il suit de là, que depuis quelque temps je t’ai trompée : mais aussi, ton impitoyable tendresse m’y forçait en quelque sorte ! Ce n’est pas ma faute.

« Aujourd’hui, une femme que j’aime éperdument exige que je te sacrifie. Ce n’est pas ma faute.

« Je sens bien que te voilà une belle occasion de crier au parjure : mais si la nature n’a accordé aux hommes que la constance, tandis qu’elle donnait aux femmes l’obstination, ce n’est pas ma faute.

« Crois-moi, choisis un autre amant, comme j’ai fait une autre maîtresse. Ce conseil est bon, très bon ; si tu le trouves mauvais, ce n’est pas ma faute.

« Adieu, mon ange, je t’ai prise avec plaisir, je te quitte sans regret : je te reviendrai peut-être. Ainsi va le monde. Ce n’est pas ma faute. »

De vous dire, Vicomte, l’effet de cette dernière tentative, et ce qui s’en est suivi, ce n’est pas le moment : mais je promets de vous le dire dans ma première lettre. Vous y trouverez aussi mon ultimatum sur le renouvellement du traité que vous me proposez. Jusques-là, adieu tout simplement…

À propos, je vous remercie de vos détails sur la petite Volanges ; c’est un article à réserver jusqu’au lendemain du mariage, pour la gazette de médisance. En attendant, je vous fais mon compliment de condoléance sur la perte de votre postérité. Bonsoir, Vicomte.


Du château de…, ce 24 novembre 17**

poualala c'est la galère j'arrive pas a trouver un plan pour faire le commentaire de texte a l'oral... aidez moi si vous plait je suis trop nul en francais 
jusquà maintenant j'aimerais bien parler de la repetition du ce n'est pas ama faute qui sonne comme une chanson, du fait que ce soit une rupture seche avec les phrases courtes, mais je n'arrive pas a établir un plan

6

Laclos, Les Liaisons dangereuses, lettre 141

Bonjour,
Je passe bientôt mon bac blanc oral et j'ai mes textes a preparés, pourriez vous m'aidez à trouvez la these de ce texte et quelque arguments svp.

« On s’ennuie de tout, mon Ange, c’est une loi de la Nature ; ce n’est pas ma faute.

« Si donc je m’ennuie aujourd’hui d’une aventure qui m’a occupé entièrement depuis quatre mortels mois, ce n’est pas ma faute.

« Si, par exemple, j’ai eu juste autant d’amour que toi de vertu, et c’est sûrement beaucoup dire, il n’est pas étonnant que l’un ait fini en même temps que l’autre. Ce n’est pas ma faute.

« Il suit de là, que depuis quelque temps je t’ai trompée : mais aussi, ton impitoyable tendresse m’y forçait en quelque sorte ! Ce n’est pas ma faute.

« Aujourd’hui, une femme que j’aime éperdument exige que je te sacrifie. Ce n’est pas ma faute.

« Je sens bien que te voilà une belle occasion de crier au parjure : mais si la nature n’a accordé aux hommes que la constance, tandis qu’elle donnait aux femmes l’obstination, ce n’est pas ma faute.

« Crois-moi, choisis un autre amant, comme j’ai fait une autre maîtresse. Ce conseil est bon, très bon ; si tu le trouves mauvais, ce n’est pas ma faute.

« Adieu, mon ange, je t’ai prise avec plaisir, je te quitte sans regret : je te reviendrai peut-être. Ainsi va le monde. Ce n’est pas ma faute. »

Rappel des règles
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

Laclos, Les Liaisons dangereuses, lettre 141

bonjour,j'ai une question assez importante
l'histoire que la marquise raconte à valmont "un homme de ma connaissance...",avant le modèle de lettre,porte-t-elle un nom?
ce n'est pas une simple histoire vu qu'elle met en scène valmont sans le citer,cela doit bien avoir un nom,non?

Laclos, Les Liaisons dangereuses, lettre 141

Il s'agit d'un apologue : texte bref à visée dialectique et argumentative : prendre un cas général (ici "une femme, "un homme") pour convaincre qqun !