1 (Modifié par Pline 11/11/2015 à 16:19)

Arrêter la khâgne en cours d'année pour aller en fac d’histoire

Bonjour,
Je suis actuellement en khâgne A/L classique et je pense sérieusement à arrêter à la fin du semestre pour aller en fac d'Histoire à Paris I

   En effet, je suis entrée en prépa parce que je ne savais pas où aller après le bac et je ne voulais pas me spécialiser trop vite, donc je ne voulais pas aller en fac et la prépa m'est apparue comme la meilleure solution puisque cela me laissait deux ans pour réfléchir et je pouvais continuer à étudier les matières que j'aimais, à savoir l'Histoire et l'Anglais en particulier.
   
   Ma première année s'est plutôt bien passée : pas trop mal classée avec une moyenne plutôt correcte. Cependant dès cette première année, l'ambiance trop "concours" ne me plaisait pas et je n'avais pas du tout l'intention d'avoir ces concours. De plus, la masse de travail très importante ne me permettait pas de me consacrer ou de vraiment profiter de tous les enseignements proposés ce qui avait le don de me frustrer; enfin, la méthode "bachottage" ne me convenait pas du tout. Ce qui fait que dès la fin de l'année j'ai envisagé de quitter la prépa. 
   
   Mais je suis quand même entrée en deuxième année sans vraiment le vouloir ou sans vraiment savoir tout à fait pourquoi (et peut-être plus parce que j'avais peur de décevoir mes parents (oui, je sait cela peut paraître ridicule... )). Or, comme l'année dernière, je ne veux toujours pas les concours et je compte toujours me réorienter vers la fac. Mais peut-être plus tôt que prévu.
   
   Ce qu'il se passe en fait, c'est que je suis arrivée dans cette deuxième année sans véritable motivation au départ et avec la charge de travail toujours plus importante, de même que le niveau d'exigence, je me suis retrouvée bloquée, incapable de faire quoi que ce soit, incapable de véritablement travailler, paralysée par la peur de décevoir et de mal faire mais aussi par une envie qui n'était pas là. J'en suis presque arrivée à détester les matières pour lesquelles j'étais venue! Dès le début de cette année, je ne me suis donc pas sentie bien et cette incapacité à travailler, à montrer ce dont je suis capable a provoqué en moi un sentiment de culpabilité énorme qui me mettait dans un état de profonde tristesse. Bref, je ne me reconnais plus du tout.

   Avant, j'étais une élève très curieuse et très travailleuse qui adorait l'école (oui oui vraiment!!) et jamais avant cette année je ne me suis levée en me disant que je n'avais pas envie d'aller en cours. Aujourd'hui, je n'ai plus envie et je n'arrive plus à travailler pour quelque chose qui ne fait pas ressortir le meilleur de qui je suis vraiment, qui finalement ne m'intéresse pas plus que ça (même si je trouve les cours dans leur contenu passionnants) et je ne supporte plus ce milieu très artificiel où ce qui compte finalement plus c'est l'obtention d'une admissibilité plutôt que l'acquisition de connaissances pour elles-même et le bien-être des élèves, je ne me reconnais pas dans ce système. Mes notes à ce stade s'en ressentent évidemment et cela me déprime encore plus. Je craque véritablement et ne sais plus quoi faire!

   Je tenais donc savoir si parmi vous, il y avait des personnes qui avaient vécu des choses similaires et qui avaient décidé de quitter la prépa en milieux d'année. Et si oui, savoir aussi comment leur intégration à la fac s'étaient passées et si elles regrettaient leur choix. (désolée pour le long message )
   Merci d'avance pour vos réponses!!

2

Arrêter la khâgne en cours d'année pour aller en fac d’histoire

Salut !

Je n'ai pas été dans ton cas mais je ne sais pas si les messages de membres de ce forum pourront beaucoup t'éclairer. Quand je lis comment tu vis ta prépa en ce moment, j'ai l'impression de n'avoir pas du tout fait les mêmes études que toi, alors que pourtant j'ai moi aussi fait une khâgne (et même deux). Je crois que ce qui peut faire pencher la balance pour toi, c'est surtout ton rapport à la prépa, à l'atmosphère de concours, à la façon qu'ont les profs de te considérer. Le problème c'est que c'est complètement différent d'une prépa à l'autre et même d'un élève à un autre au sein d'une même prépa.

Si tu ne faisais pas part d'un tel malaise, je te dirais de ne pas partir. Je crois que c'est important d'aller au bout des choses, surtout en prépa. C'est vraiment formateur de passer un concours. Les révisions avant, le stress après, les résultats, etc. Tu es confronté à des milliers d'autres personnes et quand tu t'es vraiment engagée dans ta copie, c'est bien de voir ce qu'elle vaut. Ce n'est pas juste un concours, l'important ce n'est pas juste de faire partie des khâgneux qui le passent et d'entrer dans les statistiques. Si ton envie c'est d'étudier l'histoire, tu peux aussi le faire à Normale, et très franchement pour y être je pense que les conditions sont pour le moins idéales.

Mais si tu es vraiment déprimée, que tu penses ne pas pouvoir passer au-dessus de l'ambiance, alors pars. J'ai l'impression que ton choix est déjà fait et que tu attends du soutien : tu n'en as pas besoin. Il vaut mieux que tu prennes les devants et que tu te décides à partir plutôt que d'attendre que ça passe.

Pour résumer mon avis : il n'y a pas UNE bonne décision pour UN élève de prépa qui veut partir, puisque tout dépend de sa façon de vivre la prépa. Si tu veux vraiment partir, fais-le et vite, pour ne pas perdre de temps à la fac et pour avoir le temps de te rattraper. Si tu hésites et que tu cherches des raisons de te faire rester, pense à ce que peuvent t'apporter les cours, leur variété, l'intérêt du concours en lui-même et ce qu'il peut t'apporter après.

3

Arrêter la khâgne en cours d'année pour aller en fac d’histoire

Je suis exactement de l'avis de keep.smiling.

Juste, pour le moment du départ: je me souviens d'une fille de ma classe (mais c'était en HK) qui avait manifesté l'envie de partir en novembre, mais la CPE lui avait dit qu'il fallait mieux qu'elle attende janvier et qu'elle attaque la fac au début du deuxième semestre (elle a eu des équivalences pour le premier). Ce qu'elle avait fait. Après, ça dépend de ta prépa et de la politique de la fac dans laquelle tu es inscrite. Il faut de toute façon bien dialoguer avec ton CPE et tes professeurs.

Bon courage, suis ton instinct et ta décision sera la bonne