1

Laclos, Les Liaisons dangereuses : un texte représentatif des Lumières ?

Laclos, les liaisons dangereuses

Si on nous pose la question, pour l'exposé : En quoi ce texte est-il représentatif du mouvement littéraire des lumières ? Je réponds quoi ?

merci d'avance

Laclos, Les Liaisons dangereuses : un texte représentatif des Lumières ?

regarde ici
http://www.alalettre.com/laclos-oeuvres … reuses.php

Laclos, Les Liaisons dangereuses : un texte représentatif des Lumières ?

A mon avis, il est très peu probable que cette question te soit posée: en effet, il est plus question dans Les liaisons dangereuses de libertinage que d'esprit et de conviction. Cependant, cette oeuvre s'inscrit bel et bien dans le mouvement des Lumières, et là se situe la difficulté!!
Moi qui ai un extrait de cet ouvrage en lecture analytique et qui ai l'oeuvre entière en lecture cursive pour l'oral, j'attends également vos commentaires!!

Laclos, Les Liaisons dangereuses : un texte représentatif des Lumières ?

surtout

Laclos rejoint ici son maître, Rousseau, puisqu’il pense, comme lui, que le mal est enraciné non dans l’homme, mais dans la société.

le roman de Laclos est aussi un roman d’analyse. Les Lumières ont passé par là, et la séduction profite des progrès de la science, des connaissances, de l’étude de l’homme sous tous ses aspects. Que l’on se reporte à la lettre 81 de la Marquise de Merteuil : elle a lu des romanciers, des philosophes, des moralistes, afin d’étudier la nature humaine, pour la mieux manipuler.

(en fait tout le paragraphe "le libertinage")

5

Laclos, Les Liaisons dangereuses : un texte représentatif des Lumières ?

N'oubliez pas la critique sociale, la dénonciation des manoeuvres machiavéliques des roués, la satire de leurs moeurs dépravées, de l'oisiveté et de la futilité de la noblesse...

Laclos, Les Liaisons dangereuses : un texte représentatif des Lumières ?

Jean-Luc a écrit :

N'oubliez pas la critique sociale, la dénonciation des manoeuvres machiavéliques des roués, la satire de leurs moeurs dépravées, de l'oisiveté et de la futilité de la noblesse...

Peut être que je me trompe mais il me semble que Laclos ne prend pas vraiment position sur l'immoralité des deux roués ... Il ne les condamne pas , tout est dans l'implicite, tant et si bien que ne donner qu'une seule interprétation ne semble pas possible. N'est ce pas par pure obligation qu'il "rétablit" la morale à la fin ? Par exemple, dans la lettre où Merteuil vante son mérite et l'oppose aux facilités de Valmont et à celles des hommes en général, Laclos a écrit une note condamnant le style d'un alexandrin immoral où elle évoque son pouvoir envers les hommes (dans le sens érotique et machiavélique), et non le contenu ... :

"ces Tyrans détrônés devenus mes esclaves"

De plus, j'ai lu dans un commentaire sur l'oeuvre, que Les Liaisons dangereuses seraient le reflet de la "crise" des lumières : c'est à dire, justement, un excès de morale, le refus du naturel, et que la  fin ne serait pas vraiment ...une fin parce que l'ont pourrait l'interpréter de façons différentes : la victoire de Merteuil sur Valmont qui a sacrifié la présidente, celle de la société sur Merteuil (maladie, laideur, Rosemonde figure de la morale, qui a toutes les lettres) ou, la publication du livre qui s'oppose à la volonté de silence du milieu mondain qui manie l'art de l'hypocrisie avec brio.
Par contre je partage votre avis sur la satire d'une société aristocrate que l'ennui pousse aux "conquêtes" érotiques et immorales.Et Marly tu peux dire que la marquise est une femme très cérébrale, comme dit Léah, elle utilise toutes les ressources de sa culture pour se servir de la société et se constituer un masque : si elle n'était pas immorale, elle pourrait être un homme politique qui se servirait très bien des théories de Machiavel (un homme parce qu'elle apparaît plutôt masculine dans le roman, parfois plus que Valmont qui semble davantage axé sur la sensualité). Après, ce qui rejoint le XVIIIème siècle, c'est la condition très précaire de la femme dans toutes les catégories sociales, situation dénoncée aussi par Marceline dans Le mariage de Figaro de Beaumarchais par exemple.

Laclos, Les Liaisons dangereuses : un texte représentatif des Lumières ?

L'auteur ne prend pas position ; mais il nous laisse la latitude de le faire...

8

Laclos, Les Liaisons dangereuses : un texte représentatif des Lumières ?

Bonjour Olilola,

Je suis bien d'accord sur le fait que Laclos ne prend pas ouvertement position pour condamner ses roués. S'il y a condamnation, elle est implicite. Mais un lecteur attentif ne devrait pas trop douter à cause
- de cette fin convenue certes, mais qui marque assez que les méchants sont punis; D'ailleurs si l'on regarde de plus près, ils ne sont pas tant châtiés de leurs entorses morales que de leur démesure, à savoir l'orgueil... Laclos est un moraliste égaré au XVIIIe siècle. L'amour-propre est notre principal défaut disaient La Rochefoucauld, La Bruyère...
- du titre Les Liaisons dangereuses qui est clairement justifié,
- de l'hypocrisie sociale généralisée sur le "grand théâtre du monde"...

Bien d'accord avec la remarque sur la condition précaire des femmes.

J'ai oublié aussi de citer une caractéristique très marquée du XVIIIe siècle, à savoir le libertinage. Si le libertinage moral a déjà été relevé, il faudrait aussi noter le libertinage philosophique ou athéisme déclaré de Merteuil et Valmont qui se plaisent à ridiculiser la religion.

Laclos, Les Liaisons dangereuses : un texte représentatif des Lumières ?

la marquise est une femme très cérébrale, comme dit Léah

Restons modeste ! j'ai simplement recopié ces passages dans la page dont j'indique le lien au-dessus

10

Laclos, Les Liaisons dangereuses : un texte représentatif des Lumières ?

Bonjour, je suis en TL et je dois faire un exposé montrant que les liaisons dangereuses est une oeuvre des lumières. J'ai quelque pistes mais cela ne me semble pas suffisant...

Je pensais parler de l'éducation des femmes ( notamment Merteuil et Cécile ), de la religion tournée en dérision ( parallèle avec le refus du catholicisme imposé ), le rationalisme chez les deux libertins, et aussi l'aspect naturel de Madame de Tourvel...
Et dans une seconde partie je voulais mettre que les deux roués finissent par briser cet élan des lumières qui proclamait le bonheur, en effet les deux libertins regrettent de ne pas / plus connaître le bonheur et se "venge" en quelque sorte sur les âmes prudes...

Mais mon plan n'est pas assez développé surtout dans la 2°partie, si quelqu'un à des idées je suis preneuse !!