1

Corneille, L'Illusion comique, acte III, scène 6

Bonjour,

Si vous connaissez L'Illusion Comique de Pierre Corneille, un moment un des personnages (Lyse) prend la parole durant un long monologue délibératif (elle vient d'être ridiculisée par Clindor qui prétend vouloir en faire sa maitresse...).
Ce monologue regrouperait 3 registres différents mais je ne vois vraiment pas lesquels ... Pouvez vous m'aider svp ?!


Sinon je voudrais juste savoir s'il est possible de parler de registre délibératif ?

Merci d'avance

Corneille, L'Illusion comique, acte III, scène 6

Le "délibératif" n'est pas répertorié dans les registres du site Magister
Peut-être peux-tu dire "didactique"
Regarde ici
si ça correspond à ta scène (page des "genres" ; tu y trouveras un lien vers les "registres")

PS si tu veux de l'aide c'est mieux AVEC le texte !

3

Corneille, L'Illusion comique, acte III, scène 6

Oui j'aurais vraiment besoin que vous m'aidiez car je ne trouve décidément pas ces 3 registres ! En plus, si le registre délibératif n'existe pas j'ai d'autant plus de mal (c'est une monologue délibératif).
Je résume, la femme qui prononce ce monologue est une servante et est amoureuse de l'amant de sa maitresse. Cet homme s'appelle Clindor et il est censé, depuis le début de l'oeuvre être amoureux d'Isabelle. Or dans la scène qui précède ce monologue il va avouer son amour à cette servante Lyse, lui disant qu'il veut se marier à Isabelle uniquement pour l'argent. En conséquence il veut faire de Lyse sa maitresse et faire un éloge de cette fonction de maitresse. Lyse va cacher sa blessure derrière le rire mais à la scène suivante, au sein de ce monologue, elle va faire éclater toute sa tristesse. Elle pense à se venger, et délibère donc.

Voici le texte :

             

LYSE
L’ingrat ! il trouve enfin mon visage charmant,
Et pour me suborner il contrefait l’amant :
Qui hait ma sainte ardeur m'aime dans l'infamie,
Me dédaigne pour femme, et me veut pour amie !
Perfide, qu'as-tu vu dedans mes actions
Qui te dût enhardir a ces prétentions ?
Qui t'a fait m'estimer digne d'être abusée,
Et juger mon honneur une conquête aisée ?
J'ai tout pris en riant, mais c'était seulement
Pour ne t’avertir pas de mon ressentiment,
Qu'eût produit son éclat que de la défiance ?
Qui cache sa colère, assure sa vengeance,
Et ma feinte douceur, te laissant espérer,
Te jette dans les rets que j'ai su préparer,
Va, traître ; aime en tous lieux, et partage ton âme,
Choisis qui tu voudras pour maîtresse et pour femme,
Donne a l’une ton coeur ; donne a l'autre ta foi,
Mais ne crois plus tromper Isabelle, ni moi.
Ce long calme bientôt va tourner en tempête,
Et l’orage est tout prêt à fondre sur ta tête,
Surpris par un rival dans ce cher entretien, 
Il vengera d'un coup son malheur et le mien.
Toutefois qu'as-tu fait qui t'en rende coupable ?
Pour chercher sa fortune est-on si punissable ?
Tu m'aimes mais le bien te fait être inconstant,
Au siècle où nous vivons qui n'en ferait autant ?
Oublions les projets de sa flamme maudite,
Et laissons-le jouir du bonheur qu'il mérite.
Que de pensers divers en mon coeur amoureux !
Et que je sens dans l’âme un combat rigoureux !
Perdre qui me chérit ! Épargner qui m'affronte !
Ruiner ce que j'aime ! aimer qui veut ma honte
L'amour produira-t-il un si cruel effet ?
L'impudent rira-t-il de l'affront qu'il m'a fait ?
Mon amour me séduit, et ma haine m'emporte,
L'une peut tout sur moi, l'autre n’est pas moins forte,
N’écoutons plus l'amour pour un tel suborneur,
Et laissons à la haine assurer mon honneur.

Une fois ces 3 registres trouvés (je pense à pathétique, heroï-comique de par sa fonction de servante (?) et à tragique ... mais n'en suis vraiment pas sure) il faut dire dans quel but l'auteur a utilisé ces registres. Faut-il simplement énoncer la fonction propre à chaque registre ? ex : pathétique >> il veut que l'on prenne en pitié cette femme.

Merci beaucoup beaucoup !

4

Corneille, L'Illusion comique, acte III, scène 6

Est ce convenable de parler de registre héroï-comique ici (étant donné le niveau de langue d'une femme censée être servante!)

Merci!