1

Anachronisme : "péter un plomb"

Bonjour,

En pleine correction d'un roman médiéval-fantastique, je suis tombée sur un bel anachronisme, mais que je ne sais comment reformuler.
L'auteur fait en effet dire à un des ses personnages "j'ai pété les plombs", or l'expression est récente, ou du moins suppose que l'électricité est maîtrisée.

Auriez-vous une idée d'expression équivalente plus ancienne? "j'ai craqué", "jai perdu la tête", "j'ai perdu mon sang-froid" ne me semblent pas assez violents!

2

Anachronisme : "péter un plomb"

Peut-être s'agissait-il d'un alchimiste qui tentait de péter le plomb en or ? 

Que peut-on proposer d'ancien ? Jacques aura forcément des suggestions...

Je pensais à « être fort marri » mais cela exprime plutôt l'idée de la tristesse. Ça peut aussi signifier fâché ou affligé...

Anachronisme : "péter un plomb"

" Sortir de ses gonds " semblerait assez adapte .....Pourquoi pas?

4

Anachronisme : "péter un plomb"

Avoir un coup de sang, avoir le sang qui monte à la tête.
Le mot "ire" peut aussi convenir.

5 (Modifié par Jehan 19/10/2015 à 20:02)

Anachronisme : "péter un plomb"

"ire" est peut-être trop général...
"coup de sang" exprime mieux la soudaineté et la brutalité de l'emportement.

6

Anachronisme : "péter un plomb"

Est-on certain que le coup de sang n'est pas non plus un anachronisme ? À quand remonte cette expression ?

Par exemple « se faire un sang d'encre » est manifestement postérieur à l'action du livre.

Anachronisme : "péter un plomb"

C'est vrai que selon le Robert des locutions, l'expression ne semble attestée qu'au XIXe siècle, avec le premier sens de  "hémorragie cérébrale"...

Anachronisme : "péter un plomb"

Il est entré en fureur.

9

Anachronisme : "péter un plomb"

Avoir le sang qui bout est attesté au début du xvie siècle. Il ne faut pas voir des anachronismes partout.

Anachronisme : "péter un plomb"

C'est vrai pour "avoir le sang qui bout".
Encore qu'au début du XVIe siècle, nous soyons vraiment à la toute fin de la période, au Moyen Âge tardif.
Mais il n'avait été évoqué plus haut que l'expression "coup de sang", qui, elle, est bien postérieure à l'époque médiévale.