Rimbaud, Les Ponts

Quelqu'un aurait-il pour moi un commentaire de texte sur ce poème ou au moins un plan détaillé.
Merci C'est pour l'oral de français

Les Ponts

Des ciels gris de cristal. Un bizarre dessin de ponts, ceux-ci droits, ceux-là bombés, d’autres descendant ou obliquant en angles sur les premiers, et ces figures se renouvelant dans les autres circuits éclairés du canal, mais tous tellement longs et légers que les rives, chargées de dômes s’abaissent et s’amoindrissent. Quelques-uns de ces ponts sont encore chargés de masures. D’autres soutiennent des mâts, des signaux, de frêles parapets. Des accords mineurs se croisent, et filent, des cordes montent des berges. On distingue une veste rouge, peut-être d’autres costumes et des instruments de musique. Sont-ce des airs populaires, des bouts de concerts seigneuriaux, des restants d’hymnes publics? L’eau est grise et bleue, large comme un bras de mer. — Un rayon blanc, tombant du haut du ciel, anéantit cette comédie.

Rimbaud, Les Ponts

Bonsoir, voici l'objet de mon commentaire composé:

Le texte:

Des ciels gris de cristal. Un bizarre dessin de ponts, ceux-ci droits,
ceux-là bombés, d'autres descendant ou obliquant en angles sur
les premiers, et ces figures se renouvelant dans les autres circuits éclairés
du canal, mais tous tellement longs et légers que les rives, chargées
5 de dômes s'abaissent et s'amoindrissent. Quelques uns de ces ponts sont
encore chargés de masures. D'autres soutiennent des mâts, des signaux,
de frêles parapets. Des accords mineurs se croisent, et filent, des cordes
montent des berges. On distingue une veste rouge, peut-être d'autres
costumes et des instruments de musique. Sont-ce des airs populaires, des
10 bouts de concerts seigneuriaux, des restants d'hymnes publics ? L'eau est
grise et bleue, large comme un bras de mer. - Un rayon blanc, tombant
du haut du ciel, anéantit cette comédie.

Je n'arrive pas à déterminer le texte, narratif, c'est certainement une description, mais aussi du récit...mais je n'ai pas de "preuves", ça reste flou, je pense volontairement...

Voici le début de mon intro:

Arthur Rimbaud, poète de la seconde moitié du XIXème sièce, a eu une carrière littéraire aussi précoce que brève et géniale. "Les Ponts" est un poème du recueil les Illuminations, une de ses dernières oeuvres dont le thème général est la destruction créative.
poème en prose, "Les Ponts" est construit à partir d'un modèle architectural urbain comme d'autres poèmes des Illuminations ("Villes" I et II, "Métropolitain"). Le texte est composé de 9 phrases, sur une structure binaire: l'exaltation puis la chute.
Ensuite je peine à trouver un registre, une tonalité...
Il s'agira d'étudier les moyens que l'auteur pour rendre compte d'un univers pictural, puis d'observer l'animation de la scène mise en mouvement. A terme, on essayera de trouver la clé de cette énigme.

Mon plan en gros:

I/ technique de la description qui font de ce poème un tableau

- un narrateur qui se fait spectateur (tel un peintre?)
"bizarre" qui suppose quelqu'un qui donne son avis
pronoms démonstratifs qui supposent la présence de quelqu'un qui montre
le "on" impersonnel mais qui suppose la présence de qulqu'un
une question (phrase 7) qui suppose quelqu'un qui s'interroge

=> un narrateur-spectateur anonyme

- termes / registre pictural:
"ciels" "dessin"

- couleurs

- lignes (géométrie)

II/ scène animée en mouvement

- le tableau bouge de plus en plus:
phrase nominale → immobilité
participe présent "descendant" "obliqunt" "renouvellant"
puis verbes pronominaux qui introduisent l'action
"se croisent et filent" → mobilité

-la musique
après la vue, le poème stimule l'ouïe:
isotopie du sème de la musique en assonances
"accords mineurs" "cordes montent"
"airs populaires"
"concerts seigneuriaux"
"hymnes publics"

on distingue...costumes+instrument = parade? fanfare?

III/ le sens du poème

- doute/flou
déterminants indéfinis dès la 3ème phrase
hypothèses
"peut-être"
l'interrogation
doute sur le lieu (Londres? ), le temps
→ lieu / temsp imaginaire

- dernière phrase, anéantissement par "le rayon blanc" annoncé par un tiret
"ciel" ( "ciels" au début du texte interprétation picturale) → interprétation mystique
rayon blanc = soleil qui supprime le flou ou
= poète qui met fin à sa création imaginaire
dans les deux cas, fin de l'exaltation de l'imagination

- polysémie du mot comédie:
le poète jouait la comédie, se prenait pour un peintre
mise en scène, pièce de théâtre
→ Rimbaud ne nous donne pas "la clé de la parade"

J'attends vos conseils, remarques avec attention

MERCI

3

Rimbaud, Les Ponts

Les ponts... Un thème majeur chez Rimbaud qui joue avec son nom pour en faire également un pont (Rimbaud → Rainbow → arc en ciel donc un "pont céleste"). Rimbaud veut être un pont, établir des liens mais entre quoi et quoi? C'est ça toute la question. Déjà un poème, pour Rimbaud, est un pont entre des formes et des sons, des formes et du sens, comme un mot est un pont entre des formes et du sens également. Voilà ce qu'il faut creuser d'avantage d'après moi.
Pourquoi des ponts? Que relient ces ponts? Que sont ces ponts? Voilà les questions qu'il faut se poser.

Rimbaud, Les Ponts

Bonsoir amis de la littérature!
J'ai moi ce poème a étudier pour le BAC.
J'ai toute l'analyse linéaire du poème sous les yeux et une ébauche de plan:

I- Urbain
II- Sonore - Musical
III- Art poétique

Je dois vous avouez que je ne suis pas inspirée du tout.
Je ne sais pas comment organiser l'intérieur de mes axes pour essayer de couvrir au maximum le texte afin de le servir au mieux et d'avoir une sorte de vue panoramique.

J'attends vos idées avec impatience!

Merci d'avance, Fudgi

5

Rimbaud, Les Ponts

Bonsoir à tous, je prépare ce même texte pour l'oral du bac et j'ai presque fini de le réviser hormis une sous-partie sur laquelle je n'ai rien et à laquelle le prof semblait pourtant vraiment tenir. J'ai beau chercher je ne trouve vraiment pas grand chose 

C'est dans la troisième partie (donc plutôt interprétation) et je dois montrer que ce poème est une allégorie des pouvoirs du poète.   

Auriez-vous quelques idées ? merci !  Pour l'instant j'ai trouvé que la diversité des ponts et l'idée d'infini récurrente dans le texte montrait l'étendue des pouvoirs du poète. De plus la fin avec le rayon blanc qui dévoile la véritable nature de toutes les choses précédentes (une "comédie") représente peut-être la poésie qui redonne aux choses leur sens premier... 

Si vous avez d'autres idées, merci de les exprimer !