Hugo, Demain, dès l'aube

Bonsoir.

Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.
J'irai par la forêt, j'irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur

a) Les vers employés sont-ils des alexandrins? des décasyllabes? des octosyllabes? Moi j'ai mis alexandrins.
-C'est juste : 12 syllabes.

b) Recopiez un vers dont le compte de syllabe est simple.
C'est quoi un compte de syllabe simple?
- Sans e muet ni syllabe compliquée : le vers 2, par exemple.

c) Recopiez un vers dont la fin comporte un e muet.
Moi j'ai mis le vers 3 (j'irai par la ....) j'en suis vraiment pas sûr.
- C'est juste, bien sûr. "campagne" finit par un e muet.

d) Recopiez un vers qui comporte un e muet s'élidant avant une voyelle.
Imminielle t'a donné un bon exemple : le 1er : l'heur(e) où...

e) Combien de syllabes compte le mot "bruyère"?
Moi j'ai mis deux syllabes
- C'est juste.

f) Relevez le champ lexical dominant dans ce texte ?
moi j'ai mis environnement (campagne, montagne, forêt)
- Oui, dis plutôt paysage, nature.

g) Citez une phrase simple.
J'ai mis "je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe"
- Non. Ta phrase n'est pas finie, et elle a plusieurs verbes. Celle-ci n'en a qu'un, elle est simple : "Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps."

h) Citez une phrase complexe
J'ai mis "Triste, et ...... la nuit"
Non, ta phrase n'est pas entière.
Un exemple : toute la 3e strophe (vers 9 à 12); c'est une seule phrase.

i) Trouvez un rythme binaire. Citez la.
C'est quoi un rythme binaire ?
- Deux parties de longueur égale dans le vers : "J'irai par la forêt, / j'irai par la montagne."

j) Citez une phrase composée.
J'ai mis "Demain, ........... la campagne"
- Non, ce n'est qu'un bout de phrase. Plutôt la 2e strophe en entier (vers 5 à 8).

12

Hugo, Demain, dès l'aube

Merci de m'avoir aidez j'y vois beaucoup plus clair merci 

13

Hugo, Demain, dès l'aube

Bonjour, nous étudions en ce moment ce poème "Demain dès l'aube .."
de Victor Hugo, et je dois faire un commentaire composé dessus:
Voici le plan proposé par le prof, mais j'aimerais bien avoir quelques pistes, quelques conseils etc ,,
Merci d'avance !

Introduction : circonstances de création du poème?

I. LE VOYAGE

phrase d’introduction de la 1ère partie :

a) La progression dans le temps

b) La progression dans l'espace

c) L'itinéraire suivi avec détermination

Bilan / transition :



II. L'ITINÉRAIRE SENTIMENTAL

phrase d’introduction

a) Une relation affective profonde

b) L'indifférence au contexte du voyage

Bilan / transition



III. LE POUVOIR D'IMMORTALITÉ DE LA POÉSIE

phrase d'intro

a) Le jeu poétique

b) Le dernier vers



Conclusion

Rappel des règles
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

14

Hugo, Demain, dès l'aube

Bonjour,
Moi je cherche pourquoi le poème est romantique, j'ai 2 pararaphes d'une 20aine de lignes a faire la desus, et pas beaucoup d'idées si ce n'est :

Le poème est écrit comme le discours d’un narrateur qui tutoie un interlocuteur restant inconnu, pour lui raconter, à la première personne et au futur, de quelle manière il va partir le lendemain dès l’aube. De manière inattendue, ce voyage s’avère finalement plus triste qu’on aurait pu l’imaginer, puisque la fin du poème révèle que cette personne chère, à laquelle le narrateur s’adresse et qu’il part retrouver, est en fait morte, et qu’il se rend dans un cimetière pour fleurir sa tombe. Victor Hugo  adresse le poème à sa fille Léopoldine, disparue quatre ans plus tôt.

Mais sa n'explique pas trop pourquoi le poème est romantique...


Demain, dès l’aube…

Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.
J’irai par la forêt, j’irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j’arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

3 septembre 1847.

15

Hugo, Demain, dès l'aube

Bonjour, je suis en seconde et je dois écrire un éloge sur "demain dès l'aube"
Pourriez vous m'aider à trouver les éléments à insérer dans cet éloge?
Merci d'avance
Maureen551

Rappel des règles
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

16

Hugo, Demain, dès l'aube

http://www.lescorriges.com/fichesbac/hu … oldine.htm

Il y a des réponses sur ce site, qui correspondent exactement à ton plan, va y jeter un coup d'oeil!

17

Hugo, Demain, dès l'aube

Bonsoir à tout le monde,

J'ai quelques doutes sur le poème "Demain, dès l'aube..." de Victor Hugo. Premièrement, avant de vous demander mes doutes, j'aimerais faire une petite remarque: je ne suis pas français. C'est ainsi que je ne connais pas beaucoup de choses sur la poésie française. Voici le poème:

Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.
J'irai par la forêt, j'irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

Mon premier doute est sur le rythme des vers 4, 5, 7, 8 et dans le dernier quatrain. Ma question est: quel est le rythme? Qu'évoque-t-il? À mon avis, il y a des alexandrins dans tout le poème, n'est-ce pas? De plus, la césure devrait être après la sixième syllabe si ce vers est un alexandrin classique. Cependant, j'ai trouvé un site web qui dit que la versification est différente dans tous ces vers (au niveau des coupes et des césures): http://www.lescorriges.com/fichesbac/hu … oldine.htm
Alors, je crois que tous ces vers évoquent des sentiments différents parce que le rythme est différent. Je suis confus...

En outre, j'aimerais savoir votre opinion sur la valeur de ces rejets du poème "Demain, dès l'aube..." de Victor Hugo:

Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.

Et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

À mon avis, je crois que ces rejets servent à donner de l'importance aux mots "rejetés" ("je partirai" et "un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur"). Est-ce que mon interprétation est correcte?

Finalement, j'aimerais savoir si la rime BB est suffisante. À mon avis, les 2 sons en commun sont le "t" et le "e", puisque le "m" et le "n" sont des sons différents, n'est-ce pas?

Merci de votre attention! 

18

Hugo, Demain, dès l'aube

Bonjour,
Je dois faire un commentaire en français sur le poème " Dès demain l'aube " de Victor Hugo.
Et je dois suivre ce plan :

1) Le voyage du "je"
    a) La séparation
    b) La détermination du "je"
    c) Un voyage difficile

2) Souffrance liée à l'absence
    a) Un "je" replié sur lui même
    b) Une fin ouverte
    c) L'immortalité de sa fille

Si vous avez quelques idées pour mon commentaire, elles sont les bienvenues !

Merci !

Rappel des règles
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

19

Hugo, Demain, dès l'aube

Bonjour,

Je suis actuellement en 1°L et je dois rendre pour la semaine prochaine un commentaire composé sur le poème de Victor Hugo : Demain, dès l'aube.
Or, voilà, dans l'année, on a fait seulement un commentaire et je crains ne pas avoir acquéri la méthode nécessaire pour un tel exercice. Le bac de français est proche et je mets sincèrement mes capacités en doute.
Je me propose donc de mettre ici mon commentaire composé et espère que quelqu'un pourra le juger, mais également me prodiguer des conseils.

Demain, dès l'aube...

       Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,     
       Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.
       J'irai par la forêt, j'irai par la montagne.
       Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

5    Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,                 
      Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
      Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
      Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

      Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe,
10   Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
      Et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe
      Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.


     Victor Hugo est un écrivain du XIXe siècle. Chef de file du Romantisme, il s'oppose à la rigueur des Classiques et au rationalisme des Lumières. Il prône le lyrisme, c'est-à-dire l'expression des sentiments intérieurs, l'exaltation du "Moi" et des thèmes comme la Nature, la fuite du temps, l'Histoire et l'Orient. Le Romantisme est également un moyen pour l'auteur d'exprimer son "Mal du siècle". En effet, Hugo s'impose comme le "guilde" du peuple et manifeste son opposition envers Napoléon III.
Dans ce poème écrit en alexandrins, Hugo se remémore un passage douloureux de sa vie : la mort de sa fille Léopoldine. Le lyrisme exacerbé de l'auteur accompagne des thèmes comme la Nature et la fuite du temps.
Nous analyserons en quoi ce poème est un exutoire des passions de l'auteur
Dans une première partie, nous étudierons le parcours symbolique de l'auteur pour retrouver sa fille avant d'analyser le lyrisme qui s'en dégage.

     Tout d'abord, Hugo nous livre un voyage mystique pour retrouver la femme qu'il aime. Le parcours qu'il établit s'effectue dans le temps et l'espace et la pugnacité qu'il montre accentue sa vive détermination à accomplir cette quête.
     L'auteur exprime l'amour qu'il voue à sa fille à travers les nombreux lieux qu'il parcourt. En effet, il utilise une anaphore au vers 3 : "J'irai par la forêt, j'irai par la montagne" pour insister sur son renoncement, son unique objectif : celui de retrouver celle qu'il l'aime. Ça met également en relief le parcours difficile, sauvage, qu'il entreprend. L'auteur parcourt toute la terre pour retrouver sa fille, car le décor jusque-là terrestre, laisse place à un décor maritime dès la troisième strophe avec l'utilisation d'une synecdoque ("les voiles au loin descendant vers Harfleur" vers 10). Ainsi, l'auteur en évoquant la diversité des lieux qu'il rencontre, tantôt terrestres, tantôt maritimes, exacerbe ses sentiments.
    L'auteur réalise également un voyage dans le temps. Il emploie une répétition de trois compléments circonstanciels de temps dès le premier vers "Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne" ce qui reflète d'une insistance sur le moment du départ. De plus, le rythme ternaire accentue l'importance du départ, du voyage et de l'arrivé. Le voyage de Victor Hugo est donc initiatique. Enfin, cette quête dure toute une journée : elle commence le matin et se finit le soir comme le prouve la métaphore du vers 9 : "l'or du soir qui tombe". L'auteur met donc sa vie entre parenthèse pour retrouver sa fille. Cette fuite du temps est caractéristique du Romantisme dont l'auteur est le précurseur.
    Enfin, Hugo fait preuve d'une grande pugnacité, force pour aller au bout de cette quête. Sa détermination est exprimée à travers des verbes conjugués au futur simple : « Je partirai » (vers 2); « J'irai » vers 3, « Je marcherai » (vers 5), «  Je ne regarderai » (vers 9). Ces verbes ont une valeur injonctive : l'auteur considère ce périple comme une obligation. Le parallélisme du vers 6 : « Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit » montre la focalisation exclusive de l'auteur sur son voyage. Il ne veut rien voir en dehors de son périple et ne se laisse pas perturber par les détails.



Je publie que l'introduction et la première partie. La 2éme partie reprend le même schéma dans la construction que la première et la conclusion est comprise.

20

Hugo, Demain, dès l'aube

Victor Hugo est un écrivain du XIXe siècle. Chef de file du Romantisme, il s'oppose à la rigueur des Classiques et au rationalisme des Lumières. Il prône le lyrisme, c'est-à-dire l'expression des sentiments intérieurs, l'exaltation du "Moi" et des thèmes comme la Nature, la fuite du temps, l'Histoire et l'Orient. Le Romantisme est également un moyen pour l'auteur d'exprimer son "Mal du siècle". En effet, Hugo s'impose comme le "guilde" du peuple et manifeste son opposition envers Napoléon III.
Dans ce poème écrit en alexandrins, [(inutile, une introduction doit aller au plus directe) Hugo se remémore un passage douloureux de sa vie : la mort de sa fille Léopoldine. Le lyrisme exacerbé de l'auteur accompagne des thèmes comme la Nature et la fuite du temps.
Nous analyserons en quoi ce poème est un exutoire des passions de l'auteur
Dans une première partie, nous étudierons le parcours symbolique de l'auteur (attention auteur différent de narrateur même dans un poème où on parlera davantage de je-lyrique ou de poète) pour retrouver sa fille avant d'analyser le lyrisme qui s'en dégage. Annonce du plan ? En tant que littéraire je pense que l’on vous reprocherait cette formule lourde « dans une première partie… », préférez : « le texte évoque un parcours symbolique du narrateur pour retrouver sa fille, ainsi que (thème deuxième partie)…Tout d'abord, Hugo nous livre un voyage mystique pour retrouver la femme qu'il aime (dans la mesure où il s’agit de sa fille, la formule est peut-être un peu lourde). Le parcours qu'il établit s'effectue dans le temps et l'espace et la pugnacité qu'il montre accentue sa vive détermination à accomplir cette quête.
L'auteur exprime l'amour qu'il voue à sa fille à travers les nombreux lieux qu'il parcourt. En effet, il utilise une anaphore au vers 3 : "J'irai par la forêt, j'irai par la montagne" pour insister sur son renoncement, son unique objectif : celui de retrouver celle qu'il l'aime. Ça (pas d’abréviation du langage oral préférez « cela ») met également en relief le parcours difficile, sauvage, qu'il entreprend. L'auteur parcourt toute la terre pour retrouver sa fille, car le décor jusque-là terrestre, laisse place à un décor maritime dès la troisième strophe avec l'utilisation d'une synecdoque (métonymie ?) ("les voiles au loin descendant vers Harfleur" vers 10) (pas de parenthèse pour citer, il faut juste mettre entre parenthèse (vers 10) . Ainsi, l'auteur en évoquant la diversité des lieux qu'il rencontre, tantôt terrestres, tantôt maritimes, exacerbe ses sentiments.
L'auteur réalise également un voyage dans le temps. Il emploie une répétition de trois compléments circonstanciels de temps dès le premier vers "Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne" ce qui reflète d'une insistance sur le moment du départ. De plus, le rythme ternaire accentue l'importance du départ, du voyage et de l'arrivé pourquoi ?. Le voyage de Victor Hugo est donc initiatique. Enfin, cette quête dure toute une journée : elle commence le matin et se finit le soir comme le prouve la métaphore du vers 9 : "l'or du soir qui tombe". L'auteur met donc sa vie entre parenthèse pour retrouver sa fille. Cette fuite du temps est caractéristique du Romantisme dont l'auteur est le précurseur.
Enfin, Hugo fait preuve d'une grande pugnacité, force pour aller au bout de cette quête. Sa détermination est exprimée à travers des verbes conjugués au futur simple : « Je partirai » (vers 2); « J'irai » vers 3, « Je marcherai » (vers 5), « Je ne regarderai » (vers 9). Ces verbes ont une valeur injonctive : l'auteur considère ce périple comme une obligation et comme une certitude. Le parallélisme du vers 6 : « Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit » montre la focalisation exclusive de l'auteur sur son voyage. Il ne veut rien voir en dehors de son périple et ne se laisse pas perturber par les détails.

La construction me semble être comprise (revoir l'annonce de plan de l'intro). Dans l'ensemble je dirai qu'il manque tout de même une analyse des procédés que vous repérez, une interprétation plus approfondie des figures de style que vous relevez apporterait beaucoup à votre commentaire. Peut-être pourriez-vous également améliorer les transitions entre vos sous-parties.

Bon courage.

Romarin.