Partir à l'étranger après une khâgne ; est-ce possible, et est-ce une bonne idée ?

Bonjour !

Je vais rentrer en septembre en classe de khâgne moderne à Paris; et m'interroge sur mes envies post-prépa, notamment avec l'idée de peut être partir à l'étranger. Pensez-vous qu'il soit possible d'intégrer une université anglaise notamment sans recommencer à un niveau post-bac mais bien plutôt de directement commencer là-bas une troisième année de licence (sachant que j'aurai validé une équivalence L2 à la fin de l'année prochaine) ?
Ou pensez-vous qu'il serait préférable de khûber ou de faire une L3 à la fac en France avant de partir un an (ou plus !) à l'étranger ?

Je m'excuse par avance si un sujet similaire existe déjà sur ce forum, je viens de m'y inscrire et ne connais pas encore très bien son fonctionnement !

Merci, bonne journée

2

Partir à l'étranger après une khâgne ; est-ce possible, et est-ce une bonne idée ?

Bonjour,

Le "problème" avec le système universitaire étranger, c'est qu'ils n'ont pas d'équivalent aux CPGE. En soi les crédits universitaires obtenus en fin de khâgne donnent tout à fait le droit de s'inscrire en L3 mais
1) il est plus facile de s'inscrire en L3 dans une université où on a précédemment été inscrit en cumulatif
2) a fortiori dans les universités françaises qui ont l'habitude de "récupérer" des khâgneux
3) le niveau d'un khâgneux n'est pas comparable à celui d'un étudiant qui a suivi le parcours licence : certes un ex élève de prépa est plus adaptatif, plus ouvert au pluridisciplinaire mais même en spécialité son volume horaire de cours n'est pas le même que celui d'un étudiant en licence. De plus les cours de licence sont plus complet (linguistique, langue, littérature, civilisation etc) tous les anciens khâgneux comblent ce "retard" mais il faut quand même le prendre en compte

Bref pour répondre à ta question: je ne sais pas si c'est possible administrativement parlant. En théorie oui grâce aux crédits ects, en pratique c'est sans doute plus compliqué à cause de cette "équivalence" qui n'a pas d'équivalent justement à l'étranger.
En revanche partir en master est tout à fait possible, surtout si tu travailles sur un sujet de mémoire bi-disciplinaire ou en littérature étrangère et/ou comparée. Les universités ont des accords pour ça

Partir à l'étranger après une khâgne ; est-ce possible, et est-ce une bonne idée ?

Merci beaucoup pour ta réponse si rapide !

D'accord; je comprends, du coup si je décide d'aller à l'étranger au niveau du master; que je khûbe ou que je fasse une L3 à la fac où je suis déjà inscrite en cumulatif; cela revient au même, puisque l'essentiel est simplement d'avoir un niveau licence pour qu'administrativement cela soit possible ?
Et si je décide de partir à l'étranger au niveau du master; ce sera du coup le dispositif Erasmus qui rendra cela possible puisque ça se joue entre les universités ?

Merci encore, bonne journée !

Partir à l'étranger après une khâgne ; est-ce possible, et est-ce une bonne idée ?

L'avantage d'Erasmus, outre d'éviter les frais d'inscription à l'étranger, est que les ECTS acquis là-bas sont automatiquement validés dans ton université. Mais il est sans doute préférable de faire ta L3 à l'université.

Partir à l'étranger après une khâgne ; est-ce possible, et est-ce une bonne idée ?

Je pense pouvoir répondre, puisque je suis moi-même partie un semestre (mais cela aurait pu être un an si cette année-là l'université partenaire avait accepté des étudiants sur une année) en convention bilatérale à la fin de mon année de khûbe ; je connais une autre personne dans ce cas, ainsi que bon nombre de mes amis qui ont fait un Erasmus à la fin de leur khâgne.

Si j'ai bien compris, ta prépa a déjà des accords avec la fac ? Si oui, tu dois normalement pouvoir partir comme n'importe quel autre étudiant. Personnellement j'ai pu fournir mes bulletins de prépa traduits à la place de mes relevés universitaires où figurait un 10 administratif, mais en Erasmus notamment le fonctionnement est un peu différent. Le plus difficile, en général, c'est de s'y retrouver dans le système universitaire, obtenir les dates de réunion, etc, mais si tu connais des étudiants à la fac qui pourront t'orienter et que tu t'y prends tôt, tu devrais être en mesure de partir. Quant à savoir si c'est une bonne idée... tout dépend de tes projets d'avenir, il est parfois plus facile de partir en L3 qu'en M1 où on a un mémoire à rédiger par exemple. Mais de manière générale, et ne serait-ce que pour voir autre chose après ta khâgne, je dirais OUI.