1

Sujets du bac de français 2015, séries S et ES - Écriture d’invention

Séries S et ES - Écriture d’invention

Objet d’étude : le texte théâtral et sa représentation, du XVIIe siècle à nos jours.

Invention : imaginez la lettre qu’aurait pu adresser Ionesco à un metteur en scène de sa pièce à propos du dénouement.
Dans cette lettre, il explique comment, selon lui, l’actrice doit jouer le rôle de Marguerite et précise les éléments de mise en scène qui accompagnent la mort du roi.
Rédigez cette lettre en vous fondant sur vos expériences personnelles de spectateur et vos lectures.

2 (Modifié par azerty2255 19/06/2015 à 13:51)

Sujets du bac de français 2015, séries S et ES - Écriture d’invention

Bonjour,

A l'épreuve écrite du français au baccalauréat, j'ai pris l'écriture d'invention sur le texte Le Roi se meurt d'Eugène Ionesco. Il s'agissait d'écrire une lettre à un metteur en scène pour lui décrire la manière dont doit jouer l'actrice de Marguerite, et les élements scénistiques, lors de la mort du Roi.

Voici ma lettre, et en rouge les élements qui, je suis sur, sont faux. Pouvez vous me le confirmer, et pourquoi pas estimer ma note ? Concrètement, j'ai dit que c'était de la comédie au lieu de la tragédie... #Boulet. Mais au final, il semble que ce soit les deux, plus exactement je n'ai pas dit que c'était de l'absurde (comique+tragique, enfaite...), alors que je l'avais vu #DoubleBoulet. Enfin, pardonnez mes fautes d'orthographe, qui piquent les yeux, je ne m'étais pas relu avant de rendre mon sujet...
Merci pour votre aide,
---------------------------------------------------------------------------------------------------

Eugène IONESCO
3 rue de Néron, Rome, Italie

                                                                                                    A destination de Francis COZZI
                                                                                                    7 rue d'Aricie, Paris, France

                                                                                                    Le 19 Juin 1968, à Rome


          Monsieur,

          J'ai appris, avec le plus grand honneur, votre souhait de metteur en scène, qui est est de faire
jouer Le Roi est mort, mon dernier chef d'oeuvre. C'est avec beaucoups d'enthousiasme et de
confiance que je vous confies le fruit de ma dure labeur. En effet, comme vous l'avez surement remarqué,
je vous accorde une grande liberté dans la mise en scène. Toutefois, je souhaiterai vous apporter quelques
conseils, qui je le crois sont avisés, à propos du dénouement, objet de préocupations qui agitent mon esprit.

          Tout d'abord, j'aimerai m'entretenir avec vous pour définir la manière dont doit, selon moi, jouer l'actrice
de Marguerite, qui est le personnage clé de la scène. En effet, c'est à travers l'intonation et la gestuelle que sont
transmises les émotions, qui animent le coeur et l'esprit du spectateur. Avant tout, je vous rappelle qu'il s'agit de faire
rire le spectateur. Dans cet objectif, j'ai fais le choix de m'éloigner de la tragédie classique et du tragique, que l'on peut
retrouver dans Phèdre, de l'illustre Jean Racine. De meme pour la tragicomédie chez Le Cid, de Corneille, et le drame,
dans Hernani, de Victor Hugo.
[Ecrit de mémoire >>>] Par conséquent, l'actrice doit faire preuve d'originalité, en accentuant et en mettant le ton sur les actions du Roi, mais aussi sur les animaux fictifs. Sa gestuelle doit etre à l'image
de ses paroles. Ainsi, elle doit avoir un ton agonisant dans la description, et vivant, fougueux dans la narration. De plus, l'intonanation et la gestuelle caractérisent, par la meme occasion, l'état tant physique que psychologique du Roi. Les mouvements de ce dernier sont sensiblements les memes que ceux que j'ai proscris dans les didascalies. Enfin, Marguerite accompagne Berenger 1er dans ses mouvements, et prononce ses dernières phrases avec une inspiration ironique : "C'était une agitation bien inutile, n'est ce pas ?".
          Ensuite, je souhaiterai évoquer les éléments scénaristiques qui accompagnent la mort du roi. Ces élements sont les objets, les sons et les lumières. D'abord, les objets futiles ne sont pas incoporés à la scène, afin de mettre en valeur les personnages. Seuls l'escalier et le trone sont présents. Puis, les sons sont transmis par Marguerite, qui a ainsi un role d'orchestre. Enfin, les lumières tiennent une place importante. En effet, elles ne contrastent pas avec les émotions, mais au contraire les reflètent. Ainsi, Marguerite béneficie d'une lumière tamisée et blanchatre lorsqu'elle est dans le coin de la scène, en faveur du Roi qui affronte un monde dangereux, mais imaginaire.
          ["Trou" de mémoire, mais en gros ca finit comme ca]En conclusion, je tiens à vous rappeller que l'intonation et la gestuelle de Marguerite sont en adéquation avec les émotions, de meme pour les lumières, afin de transmettre les émotions au spectateur.

          Soyez assuré de mon respect le plus grand.

          Cordialement,
          Eugène IONESCO

                                                                      Signature d'Eugène

3

Sujets du bac de français 2015, séries S et ES - Écriture d’invention

woaw!!! moi je n'ai pas du tout fais ça!
Je ne sais plus ce que j'ai marqué précisément mais pour Marguerite je l'ai vu avec un caractère très autoritaire, froid, intéressé, hautain et plutôt égocentrique. Ma scène est tragique. Le spectateur doit être surprit, il doit avoir peur. J'ai donc joué avec les sons et les ombres. La scène est recouverte de 10 centimètre d'eau et les acteurs jouent sur des pontons. Lorsque le roi meurt son corps reste flotter sur l'eau. je me suis inspirée  de la mise en scène de Lucrèce Borgia par David Bobée.

4

Sujets du bac de français 2015, séries S et ES - Écriture d’invention

Salut,

Oui, tu as répondu aux critères de l'écrit d'invention !

De toute évidence, je suis passé à coté... --'

5

Sujets du bac de français 2015, séries S et ES - Écriture d’invention

Merci, ça me rassure un peu.
Je pense que toi aussi c'est bon, j'ai une amie qui a prit le sujet d'invention et qui a faut la même chose que toi, je pense que du moment que ça répond aux critères et que c'est bien écrit, tu auras une bonne note, apres le sujet d'invention fait travailler notre imagination et nous n'avons pas les mêmes ressentis vis a vis des sentiments.
Moi mon pb c'est que je pense ne pas avoir un assez bon vocabulaire, il n'est pas assez riche.

Sujets du bac de français 2015, séries S et ES - Écriture d’invention

Moi je suis dans le flou pour l'invention, j'ai une imagination qui part un peu dans tous le sens je l'admets.
J'ai pas traité le sujet de votre façon, j'ai fait une lettre bien sur, mais j'ai pris le texte et j'ai détaillé à chaque fois qu'il y avait un élément comment le mettre en scène etc, à chaque fois que Marguerite parlait comment elle devait le faire, quel ton etc. J'ai cité Dom Juan de Molière, la princesse de Clèves ( le monologue, j'ai dis que le personnage jouant la femme du roi pouvait s'en inspirer pour jouer ce rôle) et j'ai même cité le Requiem de Mozart c'est vous dire. Je pense que le sujet d'invention admettait des choix très larges. Personnellement j'ai imaginé un escalier qui allait de la vie à la mort, ou encore de la brume pour représenter l'univers onirique du passage. On verra bien, bonne chance à tous.

7

Sujets du bac de français 2015, séries S et ES - Écriture d’invention

Bonjour, je voudrais moi aussi votre avis sur la copie que j'ai rendue car je n'ai pas du tout été dans le même était d'esprit et j'ai peur d'avoir fait un Hors sujet. 

J'ai dit que Ionesco n'était pas du tout d'accord et même outré par la représentation du metteur en scène. Il lui indique qu'il à "étouffé" les acteurs avec toutes les décorations et les costumes.  Cependant il était agréablement surprit par le jeux des acteurs qu'il à félicité.

C'était un bref résume ...

Je remercie d'avance tout ceux qui auront la sympathie de me répondre. 

Sujets du bac de français 2015, séries S et ES - Écriture d’invention

Je pense que c'est pas exactement le sujet, Ionesco donne des conseils pour représenter son texte, donc la représentation n'a pas encore eu lieu à mon avis, après je peux me tromper ^^

9

Sujets du bac de français 2015, séries S et ES - Écriture d’invention

Je suis du meme avis que Lastre. C'est je ne comprend pas trop le commentaire de purstresse

10

Sujets du bac de français 2015, séries S et ES - Écriture d’invention

Je pense, effectivement, qu'il fallait placer l'action avant le spectacle et pas pendant. Si Ionesco est encore en vie, c'est que le metteur en scène a dû le consulter pour lui demander l'autorisation de représenter sa pièce et le dramaturge a dû le surveiller. Donc je trouve ça étrange qu'il soit outré par une représentation qui, je pense, ne devrait pas encore avoir eu lieu.
Pour ma part, je pense m'en être très bien tiré : j'ai étudié Le Roi se meurt en œuvre intégrale et le dénouement était une de mes lectures analytiques. Je suis donc parti très loin dans l'analyse de la scène. Car j'ai vu cet exercice comme une sorte de "commentaire/invention" (ce qui, selon ma professeure, était ce qu'il fallait faire).
Toutefois, j'ai un gros reproche à me faire. J'ai beau voir parlé pendant deux pages de Marguerite, je n'ai pas pensé à donner des indications sur sa gestuelle ou son comportement ou  même son costume. J'ai seulement parlé du ton de sa voix qui doit être hypnotique et lancinant (cf. les répétitions du type "Ce n'est plus le jour, ce n'est plus la nuit, il n'y a plus de jouer, il n'y a plus de nuit" et la figure de la roue) et du fait qu'elle doit jouer un guide protecteur (elle rassure le Roi etc.) mais surtout, et j'avoue que c'est partir assez loin, du fait qu'elle soit metteur en scène de la mort du roi : Marguerite détruit l'illusion théâtrale (cf. le camion qui n'est qu'un mirage, ou les crocs du loup qu'elle précise en carton...). J'ai précisé qu'elle devait jouer au metteur en scène et sortir du théâtre. "Quitter son personnage pour mieux y rester."
Et j'ai même poussé la réflexion plus loin en allant supposer dans un des éléments scéniques que des personnes viennent retirer progressivement le décor, sur scène, pendant que l'action est en cours. Briser le quatrième mur pour  parfaire cette illusion théâtrale. Selon ma professeure c'était excellent, mais j'ai quand même nuancé cela en précisant que c'était audacieux, ambitieux et pas vraiment essentiel (on ne sait jamais, le professeur qui me corrige pourrait le voir comme de l'extrapolation...). Puis j'ai précisé que le trône est en bois comme les cercueils, que le roi  devait vraiment agir comme un pantin mécanique et désarticulé, qu'il fallait rendre la lumière grise lorsque Bérenger perd la vision des couleurs (la lumière grise était dans les indications scéniques coupées au baccalauréat!) et qu'à chaque mention de la mort ou de la disparition (cf. "Je les efface", "N'existez plus" etc.) la lumière s'assombrissait vers le noir et qu'à la fin, seul le trône et le roi devaient être visibles avant de plonger dans le noir.

Puis pour que Ionesco donne toutes ces indications, j'ai mis un contexte en voulant rendre le tout le plus anonyme possible : le metteur en scène s'appelle Laurent Racine, la lettre a été écrite le Vendredi 19 Juin 1962 (bien que je sois sûr que le 19 juin 1962 n'était pas un Vendredi) à Trézène (royaume dans lequel se passe Phèdre) et que le dramaturge absurde serait de retour le 10 Juillet en France. Et le contexte, c'est que Ionesco avait reçu plusieurs propositions de mise en scène et que c'est celle de Laurent Racine qui l'avait le plus charmé. Cependant, il lui écrit une lettre pour répondre à sa vision du dénouement, dans laquelle Marguerite était une folle agressive voulant à tout prix que le roi meurt etc. Puis j'ai mis une référence à La Cantatrice Chauve que Ionesco décrit grotesque lorsque Le Roi se meurt ne l'est pas.

Je suis globalement très satisfait de mon bac ! Après, je stresse pour ne pas avoir précisé le jeu de Marguerite. Mais bon, alea jacta est. En espérant avoir une bonne note, d'autant plus qu'on a eu un sujet de bac superbe (pour ma part, vu que ces derniers temps je voue un culte à Phèdre et que j'ai fait le dénouement en lecture analytique). Seule déception : le texte de Gaudé, qui est l'auteur que je déteste le plus lire après Carmen Matin Gaite et E.L James (c'est pour dire!)

Courage à vous également, car ce que vous avez fait ne m'a pas l'air mauvais ! Après PureStress, je ne pense pas que tu vas finir à 7/16 pour ce petit écart qui, en fin de compte, n'est pas annoncé hors-sujet par le sujet lui-même ! On les aura nos points d'avance !