171 (Modifié par Simon UA 16/10/2017 à 19:30)

Histoire et culture russes

Oui, ça semble bien correspondre au personnage. C'est surprenant qu'il soit toujours si populaire chez les Russes.

Sinon, un exemple de l'humour assez sec de Poutine, qui a "mouché" le président du Zénith Saint-Pétersbourg :
https://www.youtube.com/watch?v=KgdDDLvp91c

Salut !

Un reportage sur le Kremlin.
https://www.youtube.com/watch?v=97CNfYsFlSE

On y découvre son histoire, les différentes personnes qui y travaillent, etc.


Salut !

Je lis le livre Gorbatchev, de Bernard Lecomte.

C'est vraiment hyper intéressant et on mesure bien l'ampleur des réformes que Gorbatchev a fait passer en très peu de temps : réformes économiques, du rôle du Parti, effacement progressif de l'armée, du système électoral et, surtout, de la liberté d'expression...

C'est aussi impressionnant sa campagne (même si elle a échoué) contre l'alcoolisme. Il avait reçu un rapport de scientifique qui lui expliquait l'ampleur du phénomène et les chiffres étaient hallucinants : 1 enfant sur 6 naissait attardé du fait de l'alcoolisme de ses parents, l'espérance de vie était sous les 60 ans, 97% des hommes buvaient régulièrement... Mais au final, malgré une terrible répression ça n'a rien résolu.

Ce qui est intrigant aussi c'est la fin de Youri Andropov. Apparemment il est tombé très vite malade et est mort rapidement. Pourtant, lorsqu'il prend le pouvoir, il est apparemment en bonne santé. C'est possible qu'il ait été empoisonné ?

172 (Modifié par Yvain 16/10/2017 à 19:57)

Histoire et culture russes

Non, il était malade de longue date, ce qui ne veut évidemment pas dire qu'on n'ait pas pu abréger ses jours... Son réformisme ne plaisait pas à tous, notamment à la gérontocratie à laquelle il avait décidé de mettre un terme.

Pour ce qui est de l'alcoolisme, tes chiffres me paraissent exagérés, mais c'est une impression. Mais c'est un fléau, et il ne date d'hier : mon grand-oncle avait dû se rendre un jour chez le pope, je ne sais pour quelle raison, et avait trouvé celui-ci couché sur le poêle, ivre-mort (je veux bien sûr parler du grand poêle russe, qui comporte des bancs et même des couchettes aménagées sur ses parois).

173

Histoire et culture russes

Je reprends tel quel ce qui est marqué dans le livre, qui cite le rapport. Maintenant c'est possible que les chiffres n'étaient pas tout à fait exact. Mais c'est vrai que ça semble énorme.

- 48.7% des personnes condamnées pour crimes étaient saoules au moment des faits ;
- l'alcool est responsable de 85% des meurtres et viols sur le territoire ;
- 90% des jeunes du pays commencent à boire avant 15 ans ;
- 25% des accidents du travail et 30% des accidents de la route sont imputables à l'alcool ;
- l'alcool coûte 5 à 7% du PNB du pays ;
- l'alcool représente 25 à 30% du budget des ménages ;
- 40 millions d'alcooliques en URSS, dont 17 millions cliniquement malades ;
- 1 million de morts par an sont dus à l'alcool ;
- 1 enfant sur 6 naît "débiles" à cause de l'alcoolisme de ses parents.

Pour Andropov ils disent dans le livre qu'en fait c'est lui le père de la perestroïka finalement. Avant Gorbatchev. En fait les deux hommes se connaissaient de longue date et s'appréciaient beaucoup.

Pour la moyenne d'âge dans les instances dirigeantes c'est vrai que ça fait vieux. Il y en avait certains qui avaient atteint les 80 ans (!) avec parfois plus de 30 ans à leur poste.

174 (Modifié par Yvain 16/10/2017 à 20:28)

Histoire et culture russes

Oui, mais c'était aussi un apparatchik qui avait appelé à la répression en Hongrie (il y était ambassadeur, je crois). Il a aussi été chef du KGB.
Son réformisme était dicté par l'urgence de la situation ; pour l'URSS, c'était soit tenter des réformes, soit disparaître. Andropov avait une grande qualité : la vision à long terme.

175 (Modifié par Simon UA 16/10/2017 à 20:39)

Histoire et culture russes

D'après ce qui est expliqué, son ancien poste de directeur du KGB lui a justement permis de manœuvrer pour obtenir la tête de l'URSS. En Hongrie oui, il était ambassadeur. Il a organisé la répression avec Kroutchev et Joukov (le fameux général de la 2e Guerre mondiale). Comme directeur du KGB, c'est aussi lui a qui a "popularisé" les internements psychiatriques de dissidents. C'était pas un démocrate, c'est sûr...

Pour ses réformes comme celles de Gorbatchev, la tâche me semble vraiment impossible vu l'état et le fonctionnement du système. Le livre de Bernard Lecomte décrit vraiment bien la déglingue totale de l'économie soviétique : magasins vides, agriculture improductive, chantiers en rade, défaillance dans les transports (avec de nombreux accidents...). Même pour le défilé de 1989 sur la Place rouge qui est normalement une démonstration de force, ça n'a duré que 30 minutes avec que des équipements anciens. Il n'y avait peut-être même plus assez d'argent pour payer le carburant des véhicules.

En fait apparemment les réformes de Gorbatchev ont totalement paralysé un système très rigide. Il a probablement voulu aller trop vite.

Histoire et culture russes

Et il s'est planté dans ses réformes économiques. Je me souviens d'un reportage où un Russe disait : "Il est peut-être prix Nobel de la paix, mais sûrement pas d'économie". Il faut dire que sa politique était minée par l'économie souterraine...

177 (Modifié par 21/10/2017 à 10:52)

Histoire et culture russes

Apparemment aussi ses réformes menées au pas de charge étaient trop rapides.

Dans le livre ils disent que les directeurs d'usines ou d'entreprises d'Etat qui recevaient les directives parlant d'économie de marché ne savaient même pas de quoi il était question ! Pour le reste visiblement il ne restait de toute façon plus un rond pour financer quoi que ce soit et le secteur "productif" soviétique était de toute façon inadapté à un passage à l'économie de marché, du moins de façon si rapide. Il aurait fallu licencier des millions de gens, fermer des centaines d'entreprises non rentables, trouver des capitaux pour renflouer les caisses... Gorbatchev avait espéré un gros prêt du G7 mais finalement il a reçu une réponse négative.

Sur la fin c'est assez paradoxal car, sentant son pouvoir vaciller, il s'est appuyé sur la frange la plus conservatrice pour rester au pouvoir !

Salut !

J'ai trouvé ce livre, Les Russes blancs, d'Alexandre Jevakhoff.

L'auteur raconte le destin de cette "communauté", depuis la fin du règne de Nicolas II jusqu'à leur dispersion hors de la Russie.

178

Histoire et culture russes

Juste en passant, j'ai eu l'occasion récemment de voir le film magnifique et terrible d'Андрей Звягинцев, Нелюбовь (Faute d'amour), qui montre l'absurde, la perte de repères de la société (russe, occidentale) contemporaine, sa difficulté à trouver ou à construire un sens à l'existence.
http://www.festival-cannes.com/fr/films … #vid=14030

J'en retiens des paroles et des silences d'une rare violence morale, et malheureusement aussi d'une grande justesse, de très belles images, le partage de l'inquiétude, de l'angoisse, du désespoir des personnages...

179 (Modifié par Yvain 22/10/2017 à 11:35)

Histoire et culture russes

Il est sûr qu'on n'est plus au temps où on chantait :

Забота у нас простая,
Забота наша такая:
Жила бы страна родная
— И нету других забот.

180

Histoire et culture russes

Traduction s’il vous plaît !