1 (Modifié par aidezmoi6699 31/05/2015 à 22:34)

Quelles relations les quatre poètes entretiennent-ils avec la musique?

bonjour à tous! 
j'ai à rédiger un corpus avec pour question: Quelles relations les quatre poètes entretiennent-ils avec la musique?
mes 4 textes sont: "ecrit sur la plinthe d'un bas-relief antique" de Hugo, "invocation" de Lamartine ( qui commence par "Toi qui donnas sa voix à l'oiseau de l'aurore,"), "la musique" de Baudelaire et "Ariettes oubliées" de Verlaine.
pour l'intro j'ai mis:

Le corpus se compose de quatre poèmes ayant pour thème la musique. Ces quatre textes sont « Invocation » de Lamartine, « Ecrit sur la plinthe d’un bas-relief antique » d’Hugo, « la musique » de Baudelaire et « Ariettes oubliées » de Verlaine. Ce corpus cherche à trouver les liens qu’ont ces poèmes avec la musique.

Pour le plan (j'ai beaucoup de mal) :'( je ne suis pas sure de ce que j'ai mis mai voilà:
I:La musique présentée de façon métaphorique
II:les visions de la musique par les poètes
je n'ai pas trouvé de sous-partie.

j'aimerai beaucoup que vous m'aidiez à améliorer mon plan car je suis perdue 

Où sont les textes ?
Les versions numériques de vos textes sont peut-être disponibles sur Internet. Avez-vous vérifié ?
Si vous trouvez les textes, recopiez-les dans votre message.

2

Quelles relations les quatre poètes entretiennent-ils avec la musique?

Non, ces poètes ne sont pas tous des romantiques.

3

Quelles relations les quatre poètes entretiennent-ils avec la musique?

ah bon? merci

Quelles relations les quatre poètes entretiennent-ils avec la musique?

As-tu un peu avancé dans ton travail ?

5

Quelles relations les quatre poètes entretiennent-ils avec la musique?

j'ai juste amélioré mon introduction car je n'étais pas chez moi après avoir publié mon message

Quelles relations les quatre poètes entretiennent-ils avec la musique?

Petite remarque...
Tu n'as pas à rédiger un corpus, pas plus que le corpus ne traite de quatre poèmes.
On ne s'exprime pas ainsi et le début de ton introduction ne convient pas.
Il faut donc corriger.

Tu dois répondre à une question portant sur un groupement de textes c'est ce groupement qu'on appelle corpus.
Le corpus ne traite pas de quatre poèmes mais se compose de quatre poèmes qui traitent de tel ou tel sujet ou thème.
De quelle façon le thème est-il abordé ?

Quelles relations les quatre poètes entretiennent-ils avec la musique?

Et de toute manière, il ne faut pas commencer par l'introduction.

8 (Modifié par floreale 01/06/2015 à 14:52)

Quelles relations les quatre poètes entretiennent-ils avec la musique?

Peut-être conviendrait-il d'analyser d'abord chaque texte à la lumière de la question posée. Et c'est aussi l'occasion de faire quelques recherches utiles.

Les contemplations (1856).


À MADEMOISELLE LOUISE B.

La musique est dans tout. Un hymne sort du monde.
Rumeur de la galère aux flancs lavés par l'onde,
Bruits des villes, pitié de la sœur pour la sœur,
Passion des amants jeunes et beaux, douceur,
Des vieux époux usés ensemble par la vie,
Fanfare de la plaine émaillée et ravie,
Mots échangés le soir sur les seuils fraternels,
Sombre tressaillements des chênes éternels,
Vous êtes l'harmonie et la musique même !
Vous êtes les soupirs qui font le chant suprême !
Pour notre âme, les jours, la vie et les saisons,
Les songes de nos cœurs, les plis des horizons,
L'aube et ses pleurs, le soir et ses grands incendies,
Flottent dans un réseau de vagues mélodies ;
Une voix dans les champs nous parle, une autre voix
Dit à l'homme autre chose et chante dans les bois.
Par moment, un troupeau bêle, une cloche tinte.
Quand par l'ombre, la nuit, la colline est atteinte,
De toutes parts on voit danser et resplendir,
Dans le ciel étoilé du zénith au nadir,
Dans la voix des oiseaux, dans le cri des cigales,
Le groupe éblouissant des notes inégales.
Toujours avec notre âme un doux bruit s'accoupla ;
La nature nous dit : « Chante ! » et c'est pour cela
Qu'un statuaire ancien sculpta sur cette pierre
Un pâtre sur sa flûte abaissant sa paupière.

Juin 1833.

"La musique est dans tout".
L'idée ici développée est celle d'un monde à la fois orchestre (tout est son et musique) et une partition à lire. Le poème est dédié à Louise Bertin, musicienne accomplie. En cette année 1833, Louise Bertin avait travaillé la musique de l'opéra La Esmeralda, livret de Victor Hugo.

Louise Bertin, inspirée par le roman Notre Dame de Paris, compose la musique d'un opéra et demande à Victor Hugo d'en écrire le livret. Louis Boulanger, ami du poète dessine les costumes. C'est Berlioz, engagé par M. Bertin au Journal des Débats pour y tenir la rubrique musicale, qui dirige les répétitions.

La Esmeralda sera donné à l'Opéra en novembre 1836, mais attaqué par les ennemis de Bertin l'Aîné aux cris de "A bas les Bertin ! A bas le Journal des Débats !", il sera rapidement retiré

Toi qui donnas sa voix à l'oiseau de l'aurore,
Pour chanter dans le ciel l'hymne naissant du jour;
Toi qui donnas son âme et son gosier sonore
A l'oiseau que le soir entend gémir d'amour;

Toi qui dis aux forêts : Répondez au zéphire !
Aux ruisseaux : Murmurez d'harmonieux accords;
Aux torrents : Mugissez; à la brise : Soupire !
À l'océan : Gémis en mourant sur tes bords !

Et moi, Seigneur, aussi, pour chanter tes merveilles,
Tu m'as donné dans l'âme une seconde voix
Plus pure que la voix qui parle à nos oreilles,
Plus forte que les vents, les ondes et les bois !

Les cieux l'appellent Grâce, et les hommes Génie;
C'est un souffle affaibli des bardes d'Israël,
Un écho dans mon sein, qui change en harmonie
Le retentissement de ce monde mortel !

Pour le romantique Lamartine, la musique est un don divin tout comme la poésie qui chante les merveilles de la création.