1

Malraux, La Condition humaine - « La dignité humaine », murmura Katow...

Bonjour,

            Je recherche un texte ou un évènement qui pourrait me servir d'ouverture pour ma conclusion à un de mes textes de français, Malraux, La Condition humaine, issu du chapitre 6, dans lequel Katow va se sacrifier en donnant sa pilule de sa cyanure à ses deux compagnons d'armes.

Merci beaucoup !

2

Malraux, La Condition humaine - « La dignité humaine », murmura Katow...

Tu peux citer l'Armée des ombres de Kessel qui reprend une situation similaire pendant l'occupation.
Ou faire remarquer que Katow est un personnage christique puisqu'il prend sur lui la souffrance de ses compagnons.

3 (Modifié par celnesse 20/06/2015 à 08:47)

Malraux, La Condition humaine - « La dignité humaine », murmura Katow...

Bonjour,

  Je dois revoir une lecture analytique pour mon oral de français, mais je viens de me rendre compte que le texte correspondant a disparu. Il s'agit d'un extrait du chapitre 6 de Malraux sur la Condition Humaine. Je recherche une personne qui pourrait m'envoyer ce chapitre, si cela est possible.


Merci beaucoup.

Personne pour aider ?

Malraux, La Condition humaine - « La dignité humaine », murmura Katow...

S'agit-il de cet extrait ?

"Malgré la rumeur, malgré tous ces hommes qui avaient combattu comme lui, Katow était seul, seul entre le corps de son ami mort et ses deux compagnons épouvantés, seul entre ce mur et ce sifflet (le sifflet de la chaudière de la locomotive) perdu dans la nuit. Mais un homme pouvait être plus fort que cette solitude et même, peut-être, que ce sifflet atroce : la peur luttait en lui contre la plus terrible tentation de sa vie. Il ouvrit à son tour la boucle de sa ceinture (à l'intérieur de laquelle se trouve la capsule de cyanure). Enfin :
- Hé, là, dit-il à voix très basse. Souen, pose ta main sur ma poitrine, et prends dès que je la toucherai : je vais vous donner mon cyanure (celui de Kyo, l'autre dirigeant de l'insurrection). Il n'y en a absolument que pour deux. Il avait rénoncé à tout sauf à dire qu'il n'y en avait que pour deux. Couché sur le côté, il brisa le cyanure en deux. Les gardes masquaient la lumière, qui les entourait d'une auréole trouble ; mais n'allaient-ils pas bouger ? Impossible de voir quoi que ce fût ; ce don de plus que sa vie, Katow le faisait à cette main chaude qui reposait sur lui, pas même à des corps. Elle se crispa comme un animal, se sépara de lui aussitôt. Il attendit, tout le corps tendu. Et soudain, il entendit l'une des deux voix : "C'est perdu. Tombé."
Voix à peine altérée par l'angoisse, comme si une telle catastrophe n'eût pas été possible, comme si tout eût dû s'arranger. Pour Katow aussi, c'était impossible. Une colère sans limites montait en lui mais retombait, combattue par cette impossibilité. Et pourtant ! Avoir donné cela pour que cet idiot le perdît !
- Quand ? demanda-t-il. - Avant mon corps. Pas pu tenir quand Souen l'a passé : je suis blessé à la main. - Il a fait tomber les deux, dit Souen
Sans doute cherchaient-ils entre eux. Ils cherchèrent ensuite entre Katow et Souen, sur qui l'autre était probablement presque couché, car Katow, sans rien voir, sentait près de lui la masse des deux corps. Il cherchait lui aussi, s'efforçant de vaincre sa nervosité, de poser sa main à plat, de dix centimètres en dix centimètres, partout où il pouvait atteindre. Leurs mains frôlèrent la sienne. Et tout à coup une des deux la prit, la serra, la conserva.
- Même si nous ne retrouvons rien... dit une des voix.

Katow lui aussi, serrait la main, à la limite des larmes, pris par cette pauvre fraternité sans visage, presque sans voix (tous les chuchotements se ressemblent) qui lui était donnée dans cette obscurité contre le plus grand don qu'il eût jamais fait, et qui était peut-être fait en vain. Bien que Souen continuât à chercher, les deux mains restaient unies. L'étreinte devint soudain crispation :
- Voilà. Ô résurrection !...

5 (Modifié par celnesse 21/06/2015 à 10:40)

Malraux, La Condition humaine - « La dignité humaine », murmura Katow...

Oui !!! Merci beaucoup !!!! Il me manque cependant le début qui commence à la première parole de Katow "la dignité humaine", et la fin qui s'achève sur le mot "rien" pour évoquer la mort

Malraux, La Condition humaine - « La dignité humaine », murmura Katow...

Bon. Tu as quand même un peu de matière.  Sinon, direction le livre de poche !

7

Malraux, La Condition humaine - « La dignité humaine », murmura Katow...

Voilà l'extrait complet !

« La dignité humaine », murmura Katow, qui pensait à l’entrevue de Kyo avec König. Aucun des condamnés ne parlait plus. Au delà du fanal, dans l’ombre maintenant complète, toujours la rumeur des blessures… Il se rapprocha encore de Souen et de son compagnon. L’un des gardes contait aux autres une histoire : têtes réunies, ils se trouvèrent entre le fanal et les condamnés : ceux-ci ne se voyaient même plus. Malgré la rumeur, malgré tous ces hommes qui avaient combattu comme lui, Katow était seul, seul entre le corps de son ami mort et ses deux compagnons épouvantés, seul entre ce mur et ce sifflet perdu dans la nuit. Mais un homme pouvait être plus fort que cette solitude et même, peut-être, que ce sifflet atroce : la peur luttait en lui contre la plus terrible tentation de sa vie. Il ouvrit à son tour la boucle de sa ceinture. Enfin :
— Hé là, dit-il à voix très basse. Souen, pose ta main sur ma poitrine, et prends dès que je la toucherai : je vais vous donner mon cyanure. Il n’y en a ’bsolument que pour deux.
Il avait renoncé à tout, sauf à dire qu’il n’y en avait que pour deux. Couché sur le côté, il brisa le cyanure en deux. Les gardes masquaient la lumière, qui les entourait d’une auréole trouble ; mais n’allaient-ils pas bouger ? Impossible de voir quoi que ce fût ; ce don de plus que sa vie, Katow le faisait à cette main chaude qui reposait sur lui, pas même à des corps, pas même à des voix. Elle se crispa comme un animal, se sépara de lui aussitôt. Il attendit, tout le corps tendu. Et soudain, il entendit l’une des deux voix :
— C’est perdu. Tombé.
Voix à peine altérée par l’angoisse, comme si une telle catastrophe n’eût pas été possible, comme si tout eût dû s’arranger. Pour Katow aussi, c’était impossible. Une colère sans limites montait en lui mais retombait, combattue par cette impossibilité. Et pourtant ! Avoir donné cela pour que cet idiot le perdît !
— Quand ? demanda-t-il.
— Avant mon corps. Pas pu tenir quand Souen l’a passé : je suis aussi blessé à la main.
— Il a fait tomber les deux, dit Souen.
Sans doute cherchaient-ils entre eux. Ils cherchèrent ensuite entre Katow et Souen, sur qui l’autre était probablement presque couché, car Katow, sans rien voir, sentait près de lui la masse de deux corps. Il cherchait lui aussi, s’efforçant de vaincre sa nervosité, de poser sa main à plat, de dix centimètres en dix centimètres, partout où il pouvait atteindre. Leurs mains frôlaient la sienne. Et tout à coup une des deux la prit, la serra, la conserva.
— Même si nous ne trouvons rien… dit une des voix.
Katow, lui aussi, serrait la main, à la limite des larmes, pris par cette pauvre fraternité sans visage, presque sans vraie voix (tous les chuchotements se ressemblent) qui lui était donnée dans cette obscurité contre le plus grand don qu’il eût jamais fait, et qui était peut-être fait en vain. Bien que Souen continuât à chercher, les deux mains restaient unies. L’étreinte devint soudain crispation :
— Voilà.
Ô résurrection !… Mais :
— Tu es sûr que ce ne sont pas des cailloux ? demanda l’autre.
Il y avait beaucoup de morceaux de plâtre par terre.
— Donne ! dit Katow.
Du bout des doigts, il reconnut les formes.
Il les rendit — les rendit — serra plus fort la main qui cherchait à nouveau la sienne, et attendit, tremblant des épaules, claquant des dents. « Pourvu que le cyanure ne soit pas décomposé, malgré le papier d’argent », pensa-t-il. La main qu’il tenait tordit soudain la sienne, et, comme s’il eût communiqué par elle avec le corps perdu dans l’obscurité, il sentit que celui-ci se tendait. Il enviait cette suffocation convulsive. Presque en même temps, l’autre : un cri étranglé auquel nul ne prit garde. Puis, rien.

8

Malraux, La Condition humaine - « La dignité humaine », murmura Katow...

Merci beaucoup, c'est parfait !