1

Analyse des classes grammaticales dans une phrase

Bonsoir,

Je suis en train de réviser un concours, et je me remets en tête les classes grammaticales. Pour m'entraîner, j'ai essayé de répertorier chaque mot d'une phrase de Proust, pouvez-vous me corriger ? Sinon, avez vous des idées pour m'améliorer ?

Swann était certain que s'il avait vécu maintenant loin d'Odette, elle aurait fini par lui devenir indifférente, de sorte qu'il aurait été content qu'elle quittât Paris pour toujours : il aurait eu le courage de rester ; mais il n'avait pas celui de partir. (Un Amour de Swann)

1. Swann : Substantif masculin (nom propre)
2. était : Verbe (d'état) à l'imparfait
3. certain : Adjectif qualificatif (attribut du sujet Swann)
4. que : Pronom relatif
5. si : préposition
6. il : pronom personnel (Swann)
7. avait vécu : verbe au plus-que-parfait
8. maintenant : ???
9. loin : adjectif qualificatif
10. de : déterminant - article défini
11. Odette : Substantif féminin (nom propre)
12. elle : pronom personnel (Odette)
13. aurait fini : verbe au conditionnel
14. par : préposition
15. lui : pronom personnel (Swann)
16. devenir : verbe à l'indicatif
17. indifférente : adjectif qualificatif
18. de sorte que : conjonction de subordination
19. il : pronom personnel (Swann)
20. aurait été : verbe au conditionnel
21. content : adjectif qualificatif
22. que : conjonction de subordination
23. elle : pronom personnel (Odette)
24. quittât : verbe au subjonctif passé
25. Paris : subs. masc. nom propre
26. pour : préposition
27. toujours : nom (???)
28. il : pr. personnel
29. aurait eu : verbe au conditionnel
30. le : déterminant article défini
31. courage : substantif masculin
32. de : préposition
33. rester : verbe à l'indicatif
34. mais : conjonction de coordination
35. il : pronom personnel
36. ne...pas : négation ???
37. avait : verbe à l'imparfait
38. celui : pronom démonstratif
39. de : préposition
40. partir : verbe à l'indicatif


Voilà je m'excuse si c'est brouillon, d'autant plus que mes cours sur les catégories grammaticales remontent à la primaire... au mieux au collège... J'accepte toute aide et tout commentaire 

Analyse des classes grammaticales dans une phrase

BougreDeZouave a écrit :

1. Swann : Substantif masculin (nom propre)
2. était : Verbe (d'état) à l'imparfait
3. certain : Adjectif qualificatif (attribut du sujet Swann)
4. que : Pronom relatif conjonction de subordination
5. si : préposition conjonction de subordination
6. il : pronom personnel (Swann)
7. avait vécu : verbe au plus-que-parfait
8. maintenant : ??? adverbe
9. loin : adjectif qualificatif  adverbe
10. de : déterminant - article défini  préposition
11. Odette : Substantif féminin (nom propre)
12. elle : pronom personnel (Odette)
13. aurait fini : verbe au conditionnel  passé
14. par : préposition
15. lui : pronom personnel (Swann)
16. devenir : verbe à l'indicatif  l'infinitif
17. indifférente : adjectif qualificatif
18. de sorte que : conjonction de subordination locution conjonctive
19. il : pronom personnel (Swann)
20. aurait été : verbe au conditionnel passé
21. content : adjectif qualificatif
22. que : conjonction de subordination
23. elle : pronom personnel (Odette)
24. quittât : verbe au subjonctif passé imparfait
25. Paris : subs. masc. nom propre
26. pour : préposition
27. toujours : nom (???)  adverbe
28. il : pr. personnel
29. aurait eu : verbe au conditionnel passé
30. le : déterminant article défini
31. courage : substantif masculin
32. de : préposition
33. rester : verbe à l'indicatif  l'infinitif
34. mais : conjonction de coordination
35. il : pronom personnel
36. ne...pas : négation ??? locution adverbiale négative
37. avait : verbe à l'imparfait
38. celui : pronom démonstratif
39. de : préposition
40. partir : verbe à l'indicatif  l'infinitif

3

Analyse des classes grammaticales dans une phrase

Merci de votre réponse Anne, j'ai encore du progrès à faire...

J'ai trouvé un test de grammaire sur Internet que j'ai essayé de faire, puis-je vous soumettre mes réponses ?

1. Citez quatre types différents de pronoms, en faisant apparaître chacun de ces quatre types dans une
phrase-exemple.

-Pronoms relatifs : Le chien qui mange la viande est enragé.
-Pronoms démonstratifs : Le chien enragé, c'est celui-ci.
-Pronoms personnels : Ce chien, je le déteste.
-Pronoms possessifs : Ce chien est mien.

2. Indiquez la nature de bien dans chacune de ces deux phrases, en explicitant les propriétés sur
lesquelles vous avez basé votre décision :
(a) Ma voisine m’a dit qu’elle était bien malheureuse.
(b) Ma voisine m’a dit que ses vacances lui avaient fait un bien fou.

a = il s'agit d'un adverbe, il précise l'adjectif "malheureuse" et est supprimable.
b = il s'agit d'un nom, il est pronominalisable (ses vacances le lui avaient fait) et est précédé par un déterminant article indéfini.

3. Identifiez la nature de de dans chacune des phrases suivantes, en justifiant systématiquement vos
choix :
(a) Dominique lui a préparé de bons petits plats.
(b) Dominique lui a parlé de sa jeunesse dans le Périgord.
(c) De quoi s’agit-il ?

a = il s'agit d'un déterminant article indéfini qui introduit le GN "bons petits plats"
b = il s'agit d'une préposition introduisant le COD "sa jeunesse dans le Périford"
c = préposition ???

4. Mettez la phrase Paul avait repeint le portail à la voix passive.

Le portail avait été repeint par Paul.

5. Identifiez la nature de que dans les phrases suivantes :
(a) Je ne connais pas ce garçon que tu veux me faire rencontrer.
(b) Quoi que tu dises, cela ne m’empêchera pas d’avoir mon propre avis.
(c) Que vois-tu au loin ?
(d) Je sais que tu reviendras.
(e) L’hypothèse que son frère serait décédé ne me semble pas très crédible.

a = conjonction de subordination
b = conjonction de subordination (locution conjonctive)
c = pronom interrogatif
d = pronom relatif
e = conjonction de subordination

6. Exploitez chacune des phrases suivantes pour expliquer en quoi elles invitent à reconnaître à demain
un statut s’écartant de la catégorie de l’adverbe.
(a) On ne sait pas de quoi demain sera fait.
(b) Le principal apport des hommes, ce qui les distingue initialement des animaux, est
certainement leur capacité à imaginer demain (A. Jacquard, Petite philosophie à l’usage des
non-philosophes).
(c) Ce travail devra être achevé pour demain.

a = c'est un nom car il est pronominalisable (on ne sait pas de quoi il sera fait)
b = nom pour les mêmes raisons (à l'imaginer)
c = nom qui peut être remplacer par un autre nom (pour Octobre)

7. Forgez une phrase contenant un attribut du sujet, et une autre contenant un attribut de l’objet (en
soulignant à chaque fois l’attribut).

1. Ma maison demeure vide.
2. Je déclare le résultat nul.

8. Citez quatre propriétés permettant d’identifier un complément en tant que COD (Complément
d’Objet Direct).

1. On peut le pronominaliser, contrairement au COI, (il mange le chat, il le mange)
2. On peut le remplacer par que/qui à l'interrogative : que mange-t-il ?
3. On peut utiliser un présentatif pour le mettre en relief : c'est le chat qu'il mange
4. Il est placé après le verbe sous forme GN, avant sous forme pronom.

9. Écrivez en toutes lettres les nombres suivants : 300 euros ; 180 pays ; 82 questions ; se reporter à la
page 80.

-Trois cents euros
-Cent quatre-vingts pays
-Quatre-vingt deux questions
-La page quatre-vingt

10. Indiquez la fonction grammaticale de vous dans Vous y voici ! Justifiez votre réponse.

C'est une phrase averbale, "vous" est le sujet d'un noyau verbal supposé "vous y voici arrivés"

11. Au regard des phrases suivantes, on pourrait considérer que parler et penser se comportent
exactement de la même façon au regard du type de complément en à qu’ils sélectionnent. Au moyen
d’un test, montrez que cela n’est pas tout à fait exact.
(a) Il parle à sa mère.
(b) Il pense à sa mère.

a= parle est un verbe transitif qui introduit un COD (il lui parle)
b= pense est un verbe intransitif qui introduit un COI (il lui pense n'est pas possible)

12. En vous fondant sur les données ci-après, classez les pronoms conjoints.
(a) Donne-le-lui.
(b) Parlez-moi de vous.
(c) Il te plaît, ce danseur ?
(d) Je me reconnais des torts.
(e) Je me reconnais sur cette photo.
(f) C’est toi qui ramasses.
(g) Eux ont reconnu mes défauts, et moi les leurs.

a) le = pronom personnel COD ; lui = pronom personnel COI
b) moi = pronom personnel COD
c) te = pronom personnel COD
d) me = pronom personnel réfléchi
e) me = pronom personnel COD
f) qui = pronom relatif sujet
g) eux = pronom personnel sujet ; moi = pronom personnel sujet ; les leurs = pronom possessif COD

13. Quelle(s) règle(s) doit-on expliciter pour éviter à des apprenants étrangers de produire une phrase
telle que *Ils nous vous arrachent (au lieu de Ils nous arrachent à vous) ? Votre présentation devra
être aussi économique que possible.

Un COI est généralement introduit par une préposition, on peut utiliser la forme interrogative pour s'entraîner "à qui nous arrachent-ils?"

14. Accordez correctement le participe passé de succéder dans la phrase suivante, et justifiez votre
choix :
(a) Les accusés se sont SUCCÉDER toute la matinée.

Les accusés se sont succédé toute la matinée.
Au passé composé le participe passé ne s'accorde pas avec l'auxiliaire être.


J'ai l'impression que mes explications sont très floues, même quand je connais la réponse...

Analyse des classes grammaticales dans une phrase

J'ai trouvé un test de grammaire sur Internet que j'ai essayé de faire, puis-je vous soumettre mes réponses ?

1. Citez quatre types différents de pronoms, en faisant apparaître chacun de ces quatre types dans une
phrase-exemple.
-Pronoms relatifs : Le chien qui mange la viande est enragé.
-Pronoms démonstratifs : Le chien enragé, c'est celui-ci.
-Pronoms personnels : Ce chien, je le déteste.
-Pronoms possessifs : Ce chien est mien.
Oui, mais ne te demande-t-on pas une seule phrase avec les quatre types de pronom ?

2. Indiquez la nature de bien dans chacune de ces deux phrases, en explicitant les propriétés sur
lesquelles vous avez basé votre décision :
(a) Ma voisine m’a dit qu’elle était bien malheureuse.
(b) Ma voisine m’a dit que ses vacances lui avaient fait un bien fou.

a = il s'agit d'un adverbe, il précise l'adjectif "malheureuse" et est supprimable.
b = il s'agit d'un nom, il est pronominalisable (ses vacances le lui avaient fait) et est précédé par un déterminant article indéfini.

3. Identifiez la nature de de dans chacune des phrases suivantes, en justifiant systématiquement vos
choix :
(a) Dominique lui a préparé de bons petits plats.
(b) Dominique lui a parlé de sa jeunesse dans le Périgord.
(c) De quoi s’agit-il ?

a = il s'agit d'un déterminant article indéfini qui introduit le GN "bons petits plats"
b = il s'agit d'une préposition introduisant le COD COI "sa jeunesse dans le Périford" (Un complément d'objet introduit par une préposition est un complément d'objet indirect.)
c = préposition ??? Oui

4. Mettez la phrase Paul avait repeint le portail à la voix passive.
Le portail avait été repeinte par Paul. (Le participe passé d'un verbe non pronominal conjugué avec l'auxiliaire être s'accorde avec le sujet.)

5. Identifiez la nature de que dans les phrases suivantes :
(a) Je ne connais pas ce garçon que tu veux me faire rencontrer.
(b) Quoi que tu dises, cela ne m’empêchera pas d’avoir mon propre avis.
(c) Que vois-tu au loin ?
(d) Je sais que tu reviendras.
(e) L’hypothèse que son frère serait décédé ne me semble pas très crédible.

a = conjonction de subordination Pronom relatif. Il a un antécédent  (garçon) et il a une fonction dans la proposition subordonnée : COD de rencontrer.
b = conjonction de subordination (locution conjonctive)
c = pronom interrogatif
d = pronom relatif Conjonction de subordination. Pas d'antécédent, pas de fonction dans la proposition subordonnée.
e = conjonction de subordination

6. Exploitez chacune des phrases suivantes pour expliquer en quoi elles invitent à reconnaître à demain un statut s’écartant de la catégorie de l’adverbe.
(a) On ne sait pas de quoi demain sera fait.
(b) Le principal apport des hommes, ce qui les distingue initialement des animaux, est certainement leur capacité à imaginer demain (A. Jacquard, Petite philosophie à l’usage des
non-philosophes).
(c) Ce travail devra être achevé pour demain.

a = c'est un nom car il est pronominalisable (on ne sait pas de quoi il sera fait) et sujet de sera.
b = nom pour les mêmes raisons (à l'imaginer)  et COD de imaginer.
c = nom qui peut être remplacer par un autre nom (pour Octobre)

7. Forgez une phrase contenant un attribut du sujet, et une autre contenant un attribut de l’objet (en soulignant à chaque fois l’attribut).
1. Ma maison demeure vide.
2. Je déclare le résultat nul.

8. Citez quatre propriétés permettant d’identifier un complément en tant que COD (Complément d’Objet Direct).

1. On peut le pronominaliser, contrairement au COI, (il mange le chat, il le mange) On peut aussi pronominaliser un COI. A la 3ème personne, pour le COd ce sera en le, la et le et pour le COI en lui, leur, en et y.
2. On peut le remplacer par que/qui à l'interrogative : que mange-t-il ? Qui est pour le sujet
3. On peut utiliser un présentatif pour le mettre en relief : c'est le chat qu'il mange On peut aussi mettre en relief un COI, mais ce sera avec la préposition.
4. Il est placé après le verbe sous forme GN, avant sous forme pronom.

Il n'est pas introduit par une préposition.

9. Écrivez en toutes lettres les nombres suivants : 300 euros ; 180 pays ; 82 questions ; se reporter à la
page 80.

-Trois cents euros
-Cent quatre-vingts pays
-Quatre-vingt-deux questions
-La page quatre-vingt
Depuis la réforme de 1990, on peut mettre des traites d'union entre tous les éléments : Trois-cents euros, Cent-quatre-vingts pays

10. Indiquez la fonction grammaticale de vous dans Vous y voici ! Justifiez votre réponse.

C'est une phrase averbale, "vous" est le sujet d'un noyau verbal supposé "vous y voici arrivés"

11. Au regard des phrases suivantes, on pourrait considérer que parler et penser se comportent exactement de la même façon au regard du type de complément en à qu’ils sélectionnent. Au moyen
d’un test, montrez que cela n’est pas tout à fait exact.
(a) Il parle à sa mère.
(b) Il pense à sa mère.

a= parle est un verbe transitif indirect qui introduit un COI (il lui parle)
b= pense est un verbe intransitif qui introduit un COI (il lui pense n'est pas possible)
C'est seulement la pronominalisation du COI qui est différente :
(a) Il parle à sa mère : il lui parle.
(b) Il pense à sa mère : il y pense, il pense à elle.

12. En vous fondant sur les données ci-après, classez les pronoms conjoints.
(a) Donne-le-lui.
(b) Parlez-moi de vous.
(c) Il te plaît, ce danseur ?
(d) Je me reconnais des torts.
(e) Je me reconnais sur cette photo.
(f) C’est toi qui ramasses.
(g) Eux ont reconnu mes défauts, et moi les leurs.

a) le = pronom personnel COD ; lui = pronom personnel COI
b) moi = pronom personnel COD COI (parlez à moi)
c) te = pronom personnel COD COI (il plait à toi)
d) me = pronom personnel réfléchi COI (je reconnais à moi des torts)
e) me = pronom personnel COD
f) qui = pronom relatif sujet La notion de conjoint ou disjoint ne concerne que les pronoms personnels.
g) eux = pronom personnel sujet ; moi = pronom personnel sujet ; les leurs = pronom possessif COD eux et moi sont des formes disjointes.

13. Quelle(s) règle(s) doit-on expliciter pour éviter à des apprenants étrangers de produire une phrase telle que *Ils nous vous arrachent (au lieu de Ils nous arrachent à vous) ? Votre présentation devra
être aussi économique que possible.

Un COI est généralement introduit par une préposition, on peut utiliser la forme interrogative pour s'entraîner "à qui nous arrachent-ils?"
Il faut sans doute parler de l'ordre et de la compatibilité des formes conjointes.

14. Accordez correctement le participe passé de succéder dans la phrase suivante, et justifiez votre
choix :
(a) Les accusés se sont SUCCÉDER toute la matinée.

Les accusés se sont succédé toute la matinée.
Au passé composé le participe passé ne s'accorde pas avec l'auxiliaire être. Il s'agit d'un verbe accidentellement pronominal. L'accord se fait comme s'il était conjugué avec avoir : accord avec le COF s'il est placé avant le verbe. Mais "se" n'est pas COD mais COI (succéder à quelqu'un). Il n'y a donc pas d'accord.

5 (Modifié par paulang 25/05/2015 à 08:24)

Analyse des classes grammaticales dans une phrase

4.          Portail est masculin. Pourquoi repeinte
11.b      Penser est également transitif indirect
13.        Comment faire la différence entre Ils nous arrachent à vous. et Ils vous arrachent à nous.
Rien trouvé sur ce point. Même ici il n'est pas sûr que le Finlandais s'y retrouve. Comment dès lors être économique comme le précise la question
Ce document vaut pour question 12.

6 (Modifié par Invité 25/05/2015 à 08:45)

Analyse des classes grammaticales dans une phrase

Merci Paulang de relever mes fautes  d'inattention ou mes omissions !
J'espère qu'il n'y en a pas d'autres.


13. Sur l'exemple donné, il faut répondre que deux formes identiques pour les compléments direct et indirect (me, te, se, nous, vous) ne peuvent pas être placées toutes deux devant le verbe. Dans ce cas, le COD est devant et le COI est placé après le verbe, donc sous la forme disjointe, avec sa préposition.
Les Finlandais trouveront l'ensemble des règles (312 et suivantes, dans le paragraphe place des pronoms). Courage à eux !

7 (Modifié par BougreDeZouave 26/05/2015 à 01:49)

Analyse des classes grammaticales dans une phrase

Merci beaucoup à vous deux de vos réponses et d'avoir pris le temps de me lire, j'apprécie vraiment.

J'ai des grosses lacunes sur COD/COI et conjonction de subordination/pronom relatif... Il faut que je travaille ça.

Analyse des classes grammaticales dans une phrase

Consolez-vous, j'ai des lacunes sur 90% de l'analyse grammaticale. Cela ne me soucie guère, car j'ai acquis la conviction de son inutilité hors quelques notions qu'il faut absolument connaitre. C'est uniquement de la masturbation intellectuelle pour grammairiens, qui n'améliorera jamais l'écriture de M. Toulemonde. Enseigner, par exemple, la ponctuation serait infiniment plus utile.

9 (Modifié par BougreDeZouave 26/05/2015 à 18:08)

Analyse des classes grammaticales dans une phrase

Oui... mais je ne peux pas expliquer tout cela dans ma copie de concours 

J'ai fais l'analyse d'une autre phrase de Proust, si vous voulez bien jeter un coup d'oeil, j'ai fais particulièrement attention à la subordination :

Mais (Conjonction de coordination) souvent (Adverbe) les (Déterminant Article Défini) choses (Substantif féminin) qu(Pronom relatif)’il(Pronom personnel) ne(Locution adverbiale négative) connaissait(Verbe) pas², qu(Pronom relatif)’il(Pronom personnel) redoutait(Verbe) maintenant(Adverbe) de(Préposition) connaître(Verbe à l'infinitif), c(Pronom démonstratif impersonnel)’est(Verbe) Odette(Nom propre) elle(Pronom personnel réfléchi)-même qui(Pronom relatif) les(Pronom personnel COD) lui(Pronom personnel COI) révélait(Verbe) spontanément(Adverbe), et(Conjonction de coordination) sans(Préposition) s’en(Pronom personnel) rendre compte(Groupe verbal infinitif) ; en effet(Locution adverbiale) l’(Déterminant Article Défini)écart(Subs. masc.) que(Pronom relatif COD) le(Déterminant Article Défini) vice(Subs. Masc.) mettait(Verbe) entre(Préposition) la(Déterminant Art. Défini) vie(Subs. Féminin) réelle(Adjectif qualificatif) d(Déter. Art. Indéfini)’Odette et(Conjonction de coordination) la vie relativement(Adverbe) innocente(Adjectif qualificatif épithète) que(Pronom relatif) Swann avait cru, et(Conjonction de coordination) bien souvent2 Adverbes) croyait encore(Adverbe), que(Conjonction de subordination) menait sa(Déterminant possessif) maîtresse, cet(Déterminant démonstratif) écart, Odette en(Pronom personnel) ignorait lDéterminant Article Défini’étendue.

Edit : Navré, je me rends compte après publication que c'est très peu clair... Je ne sais pas quelle méthode utiliser sur Internet pour l'analyse.

10 (Modifié par Invité 26/05/2015 à 19:43)

Analyse des classes grammaticales dans une phrase

paulang a écrit :

Consolez-vous, j'ai des lacunes sur 90% de l'analyse grammaticale. Cela ne me soucie guère, car j'ai acquis la conviction de son inutilité hors quelques notions qu'il faut absolument connaitre. C'est uniquement de la masturbation intellectuelle pour grammairiens, qui n'améliorera jamais l'écriture de M. Toulemonde. Enseigner, par exemple, la ponctuation serait infiniment plus utile.

Euh... ça peut servir pour bien orthographier un texte, non ? Ca peut aussi servir pour bien traduire un texte en langue étrangère...

d(Déter. Art. Indéfini)’Odette  : d' = préposition