5 771

Selon vous, pourrais-je entrer en hypokhâgne ?

Bonjour à tous

Je suis actuellement en terminale L spécialité math dans un lycée à Nantes où le niveau est plutôt bon. J'aimerais rentrer en prépa littéraire A/L dans un des lycées suivants : Lakanal, Henri IV, Janson de Sailly, Louis Le Grand, Fénelon ou Condorcet. Je voulais savoir ce que vous pensiez de mon dossier.

Notes aux épreuves anticipées :
français écrit : 16
français oral : 18
sciences : 16
TPE : 19

Mon dernier bulletin (1er trimestre) :
Philosophie 15,36 (classe 11,76, max 15,81) "Très bon début d'année, bonne participation orale, continuez ainsi"
Histoire-Géo 18,5 (12,05;18,5) "Très bon travail, très bonne maîtrise des sujets proposés"
Littérature 15,38 (10,92;16) "De très bons résultats ce trimestre, vous avez des qualités rédactionnelles, poursuivez ainsi"
LELE 17,75 (14,41;18,25) "Bon trimestre, travail très sérieux"
Anglais LV1 16,21 (14,38;18,2) "Un très bon trimestre, a atteint un très bon niveau de langue"
Allemand LV1 17,24 (14,67;17,24) "Très bon travail, élève très sérieux et volontaire"
Mathématiques 17,41 (12,28;18,41) "Très bon trimestre, félicitations"

Je précise aussi que l'année dernière j'étais en ES, j'ai été premier en français et en HG aux trois trimestres. Je sais que c'est plutôt bien mais comme il y a énormément de demandes dans les lycées d'Ile de France je me demande tout de même si ça suffira. Je vais aussi demander des prépas nantaises. Merci d'avance pour vos retours.

5 772

Selon vous, pourrais-je entrer en hypokhâgne ?

shogun, il me semble que cela vaut le coup de te porter candidat pour tous les lycées mentionnés, tu as tes chances partout, il demeure l'aléa de la sélection mais ce n'est vraiment pas aberrant de pouvoir espérer d'être pris dans la plupart d'entre eux

5 773 (Modifié par TheRedRoom 21/01/2019 à 21:02)

Selon vous, pourrais-je entrer en hypokhâgne ?

Sur le site prépas.org, orienté vers les prépas scientifiques, ils ont épinglé la chose suivante, qui me semble être tout à fait valable par chez nous également :

Nous ne savons pas quelles sont les notes nécessaires pour rentrer dans chaque prépa : chaque lycée possède sa propre commission de sélection avec ses propres critères. De plus le classement de votre dossier dépend - incroyable - des autres dossiers. D'une année sur l'autre un même dossier peut avoir un classement très différent.

Il me semble que c'est du bon sens.
On ne peut pas vous dire si vous allez être pris !

5 774

Selon vous, pourrais-je entrer en hypokhâgne ?

Merci pour vos réponses. Je me doute bien qu'on ne sait point quels sont les critères précis de sélection. Néanmoins avoir un avis extérieur n'est jamais inutile.

5 775 (Modifié par Jehan 21/01/2019 à 22:08)

Selon vous, pourrais-je entrer en hypokhâgne ?

Ça ne sert qu'à te rassurer sur le fait que, de manière très générale, tu as ta place en prépa si c'est ce que tu souhaites faire, et après tout, c'est déjà pas mal. Et ce que je dis pour toi, c'est vrai pour tous ceux qui posent cette question sur ce forum ou aux JPO, et je comprends que ce processus puisse être source de stress.

Non, je ne parle pas des critères de sélection, ça je les connais tout de même à peu près (je suis prof en prépa, je les pratique ! )
Ce que je ne sais pas, c'est
1/ le nombre de dossiers que nous recevrons
2/ qui, parmi ceux que nous avons classés, prendra sa place ou qui la libérera pour le suivant.

Voilà, c'est-à-dire que même en sortant de la commission ou ton dossier sera évalué, les membres de la commission ne seront pas forcément en mesure de te dire si tu seras prise ou non !  Soit tu es dans les 40 premiers et je suis en mesure de te dire que tu es prise, soit il y a quelque chose de rédhibitoire dans ton dossier (ce n'est pas si courant) et je suis en mesure de te dire que tu n'es pas prise, soit tu es parmi les 300 ou 400 autres candidats qui sont classés entre les deux, c'est-à-dire l'immense majorité. Pour ceux-là, c'est vraiment dur à dire.

5 776

Selon vous, pourrais-je entrer en hypokhâgne ?

chloe211101 a écrit :

D'accord je comprends donc je mettrai dans mon dossier que j'ai fait euro anglais ! Et sans être indiscrète ta moyenne était de combien ? Après je posais la question pour le latin parce que une prof de latin m'a proposé d'entrer dans son cours et je ne sais pas si j'accepte ou pas sachant que j'en ai fait 4 ans. J'ai mis Michelet dans mes vœux aussi

j'avais entre 15 et 16,5 en TL sachant que j'étais dans un lycée privé
pour le latin ne t'en rajoute pas tu auras assez du latin l'année prochaine je pense

5 777 (Modifié par Jehan 22/01/2019 à 17:34)

Selon vous, pourrais-je entrer en hypokhâgne ?

Bonjour à tous ^^
Alors avant de rentrer dans le vif du sujet, je dois un peu présenter mon parcours, particulièrement erratique, pour que vous compreniez un peu comment je suis.

Au moment de choisir ma filière de lycée, j'ai choisi S, plus pour la réputation de '' sésame '' pour l'avenir que par goût pour les sciences. évidemment, comme j'étais plutôt glandeur, et que je détestais math comme physique, ma moyenne invariable de 14 a un peu chuté, à 12 à cause de notes horribles en math et physique. 
J'aurais pu continuer, mais j'ai décidé de changer de filière pour l'année de Terminale. Je suis rentré d'emblée en L, où, miracle, je me sentais comme un poisson dans l'eau, sans travailler toujours, je gardais ma moyenne de 14,5 et mes félicitations à tout les trimestres. Impec.
Mes profs me voyaient en histoire ou lettres, en fac ou même en prépa, au vu de mes capacités, mais sans trop insister à cause de mon flegme. J'ai eu mon bac mention AB, à cause de notes contestables en Lettres et Histoire qui ne reflétaient pas mon niveau ( j'avoue la pilule est toujours pas passée ).
    Je suis donc parti ensuite ... en fac de biologie. Car je voulais, naïvement, devenir riche, donc rentrer en médecine par le biais de biologie. J'étais pas mauvais en 1ère S. Mais  la distance des parents et le désintérêt m'ont fait arrêter. Comme je voulais pas rien faire, j'ai préparé le concours d'entrée en école d'infirmier, car mes parents me l'ont proposé, l'école était pas loin. En le préparant tout seul avec un livre, je pensais pas l'avoir, sauf que capacités oratoire et écrite = classé 20ème sur 660.
Donc l'an suivant, rentré en école d'infirmier. Si j'ai eu la plupart des partiels, j'ai interrompu l'année avant de l'avoir car je ne me supportais plus en stage.

Cette fois, j'ai choisi d'entrer en licence de Lettre. On rejoint là ma situation actuelle.
Mes parents avaient peur que je change encore d'avis plus tard, donc pour limiter les frais, je suis donc en licence de Lettre à distance. Sur un ordi, avec des partiels en mai et juin. Là, je me remets à kiffer, lecture de classique, cours intéressant. J'ai galéré à trouver mon rythme, mais j'arrive maintenant à travailler en autonomie 4 heures par jours, à lire et étudier les cours ( hors lecture ).

Maintenant, retour au coeur du sujet, la prépa :
... Sauf que là ou j'en suis, je me rends compte qu'on n'a rien sans rien. Je prends conscience que ne pas bosser alors qu'on aime, c'est se montrer lâche et stupide. J'ai changé. De feignant, je suis devenu moyennement travailleur, moyennement car évidemment on passe pas de veau à panthère si facilement, d'autant plus tout seul. J'ai l'impression de manquer de méthode, et que malgré mes bases correctes, je pourrais être encore meilleur en y étant poussé, ce que je ne pense pas que la fac fera, se contentant souvent du minimum. C'est pour ça que je pense rentrer en prépa l'an prochain.

Mon problème est le suivant : j'aurais 21 ans, et je rentrerais dans cursus pour post-bac. Mon dossier risque d'être compliqué à faire accepter. Mon bac n'a que la mention AB, malgré des moyennes tout au long de l'année en philo, anglais, latin, littérature, et histoire toute entre 13 et 16.
à cela se rajoute dans mon dossier une année en Biologie sans notes, car j'ai arrêté très tôt dans l'année, et une année en Infirmier avec des notes, mais non validée malgré tout.
Enfin, cette année en à distance de Lettre n'aura des partiels que en mai, donc j'aurais rien à montrer de mon efficacité actuelle si ce n'est un 16,5 en latin, issu d'un devoir maison.
Pensez-vous qu'avec un dossier montrant autant d'indécision sur l'orientation, je peux malgré tout être accepté en Hypokhâgne ??
Pour tout dire, j'aimerais passer l'agrégation ou les concours du CELSA et de l'ENS, et la prépa me semble indispensable pour acquérir une capacité de travail élevée et une aisance oratoire et rédactionnelle encore plusieurs paliers au-dessus de mon niveau actuel.
Qui plus est, malgré un échec à l'un ou l'autre de ces concours, mon année de L1 Lettre validée pourrait s’additionner aux deux années de la prépa, pour me donner un accès direct en master, sans perte de temps dû à un nouveau-nouveau départ.

Pensez-vous qu'avec des lettres de motivation aux petits oignons, ma candidature pourrait être acceptée en hypokhâgne ?? Malgré le fait que ce soit ma quatrième réorientation ??

5 778

Selon vous, pourrais-je entrer en hypokhâgne ?

Bonjour,
Je ne saurais te dire pour les prépas les plus prestigieuses, mais pour les autres prépas (c'est-à-dire la majorité d'entre elles), ton dossier sera sans doute classé vu tes résultats de lycée. Parmi les "petites" prépas, nombreuses sont celles qui ne remplissent pas leurs classes, ce qui veut dire que si tu es classé, même tout en bas de la liste d'attente, tu auras une place.
Par contre il faut vraiment faire une lettre "aux petits oignons" comme tu dis, en mettant l'accent sur ta volonté de passer les concours.

5 779

Selon vous, pourrais-je entrer en hypokhâgne ?

Pensez-vous qu'avec des lettres de motivation aux petits oignons, ma candidature pourrait être acceptée en hypokhâgne ?? Malgré le fait que ce soit ma quatrième réorientation ??

Honnêtement, je suis moins optimiste que CCCC, mais c'est sans doute dans ma nature.
Tu dessines le portrait d'un glandeur qui ne cadre guère avec les exigences primitives de la classe préparatoire. Mais tout change, comme on l'évoquait sur un autre fil.
Si tu es accepté en hypokhâgne, ce que je te souhaites puisque tu sembles maintenant être plus proche de la panthère que du veau, j'aimerais le savoir, juste pour mes propres statistiques. A mon époque, il y avait une limite d'âge pour passer les concours : 22 ans, tu te rends compte ? Mais ce n'est plus le cas aujourd'hui.

5 780 (Modifié par Jehan 22/01/2019 à 21:55)

Selon vous, pourrais-je entrer en hypokhâgne ?

C'est plutôt rassurant, vu que je ne demande que des prépas du sud de la France, dont beaucoup sont pas considérées comme des têtes de gondole ^^ Toutefois, concernant le fait que je me sois autoproclamé ''glandeur'' lorsque j'étais au lycée, je tiens à préciser que j'ai toujours rendu mes devoirs dans les temps, quitte à les faire de nuit ( en L en tout cas, en S c'était un peu différent ... ) et je participais en classe bien qu'assez discrètement. J'ai toujours lu les livres demandés et n'ai jamais séché.
Je le précise car je me souviens d'autres glandeurs, qui ne venaient pas toujours en cours et se montraient assez discourtois avec les professeurs parfois. Je distinguerais cette catégorie de la mienne.
Ce qui contribuait à faire de moi un glandeur, c'était principalement ma tendance à ne réviser qu'au dernier moment, une petite demi-heure avant un contrôle, et donc à ne faire que ce qui était attendu de moi, mais rarement plus.
Ainsi, si les remarques de mes profs de math et de physique en première S laissent entendre un laisser-aller, toutes les remarques de la terminale L montrent que je n'ait jamais été perçu comme un élève qui prend les choses par-dessus la jambe, mais comme quelqu'un de studieux et intéressé, avec parfois un manque de participation dû à la timidité.

Je suppose que j'aurai les réponses en Mai, comme tout le monde sur Parcoursup. Ce n'est parfois qu’après avoir visité de déplaisantes contrées que l'on peut se résoudre à faire le nécessaire pour demeurer où l'on se sent bien. Je pense que j'aurais échoué si j'étais rentré en prépa après le Bac. Mon parcours préliminaire me permet de vouloir donner le meilleur de moi, de vouloir évoluer en somme, et je pense que se tromper peut être salvateur dans certains cas.