1 (Modifié par bonsouriant 26/04/2015 à 05:34)

Valeurs du conditionnel - Le conditionnel d'imagination

Bonjours à toutes et à tous !
J’aimerais bien savoir si cet énoncé (exercice d'entrainement à l'écrit) pris d'un livre parascolaire est correct grammaticalement sachant que je sais qu’il n’est pas très littéraire : ce qui m’intéresse ici c’est seulement la correction linguistique. Aidez-moi SVP ! (Auriez-vous l’obligeance de jeter un coup d’œil sur ma petite recherche sur le conditionnel d’imagination que vous trouverez ci-dessous avant de me répondre).
Merci d'avance!

    Ce serait le 25 avril 2035, il ferait beau pour une journée assez mouvementée, je m’allongerais sur mon lit, je fermerais mes yeux, j’aurais vu une bête monstrueuse.



Petite recherche sur le conditionnel:

Des textes littéraires écrits au conditionnel :
    « Ce serait une matinée comme les autres. Sous la porte d’entrée on aurait glissé trois enveloppes, longues et étroites, aux en-têtes imposants, gravés, en relief, aux suscriptions précises et régulières, frappées sur une I.B.M direction. Leurs mains trembleraient un peu en les ouvrant : ce serait trois chèques, avec des ribambelles de chiffres. » *1
Georges Perec, Les Choses, 1965

    « Ils auraient su s’habiller, regarder, sourire comme des gens riches. Ils auraient eu le tact, la discrétion nécessaires. Ils auraient oublié leur richesse, auraient su ne pas l’étaler. Ils ne s’en seraient pas glorifiés. Ils l’auraient respirée. Leurs plaisirs auraient été intenses. Ils auraient aimé marcher, flâner, choisir, apprécier. Ils auraient aimé vivre. Leur vie aurait été un art de vivre.
    La vie, là, serait facile, serait simple. Toutes les obligations, tous les problèmes qu’implique la vie matérielle trouveraient une solution naturelle. Une femme de ménage serait là chaque matin. On viendrait livrer, chaque quinzaine, le vin, l’huile, le sucre. /…/ Il y aurait une cuisine vaste et claire, une belle table en bois blanc au centre, des tabourets, des bancs. Il serait agréable de venir s’y asseoir, chaque matin, après une douche, à peine habillé. Il serait tôt. Ce serait le début d’une longue journée de mai.
    Leur appartement serait rarement en ordre, mais son désordre serait son plus grand charme. Ils s’en occuperaient à peine : ils y vivraient. /…/ Ils travailleraient longtemps, sans fébrilité et sans hâte, sans aigreur. Puis ils dîneraient ou sortiraient dîner, ils retrouveraient leurs amis ; ils se promèneraient ensemble.
    Ils appelleraient cet équilibre bonheur et sauraient, par leur liberté, par leur sagesse, par leur culture, le préserver, le découvrir à chaque instant de leur vie commune. »
Georges Perec, Les Choses, 1965

   « Oui, tout à l’heure, je me pencherais et je saisirais Marguerite entre mes bras, pour sécher ses larmes. Quelle joie de nous retrouver ! et comme nous nous aimerions davantage ! Je prendrais encore deux jours de repos, puis j’irais à mon administration. Une vie nouvelle commencerait pour nous, plus heureuse, plus large. » *2
Emile Zola, La mort d’Olivier Bécaille

    « Ce serait ma petite fille. Je serais une dame. Je viendrais te voir et tu la regarderais (…) Ce serait charmant de vivre ensemble. Je me promènerais avec Cosette… » *3
Victor Hugo, Les misérables

    « La vue de ces arbres ferait frémir une âme sensible et bien courageux seraient les voyageurs qui oseraient s’aventurer en ces lieux. » *4
T. Gautier, Le Chevalier double, 1840

   « Un jour, peut être, au cours des siècles à venir, on lirait cette écriture, elle serait déchiffrée elle aussi, et traduite. » *5
MD, p.44

   « Monsieur l’officier, dit-elle après un moment de silence, vous ne m’avez rien dit de vous, et j’aurais voulu vous entendre raconter quelques aventures de guerre. » *6
Balzac H, de Le médecin de campagne

   « Ils n’auraient pas manqué d’argent. » *7
Georges Perec, Les Choses, P128

  « Les voisins auraient vu une étrange scène. Un monstre aurait enfoncé la porte, serait entré dans la maison, aurait saccagé les lieux puis serait sorti par le toit. D’après eux, il ne reviendrait pas. Il se cacherait à présent dans la forêt. » *8
Etude de l a Cafetière de T. Gautier, Ma plume fantastique

  « Sans ces simulacres subsistants, leurs galanteries auraient été bien insipides et bien froides. » *9
Diderot D, Essais sur la peinture

  « Pendant quatre années, les soucis d'examens le domineraient ; il glisserait aux compagnies les plus médiocres ; le trouble de l'âge, de pauvres curiosités le rendraient l'égal de  ses camarades et leur complice. »
F. Mauriac, Le mystère Frontenac, chap. XII, 1933, Livre de Poche, pp. 99-100, éd. 1984

  « Il ne serait pas malheureux. Parfois, à de longs intervalles, comme d'un être enseveli, un gémissement monterait du plus profond de lui même ; il laisserait s'éloigner les camarades ; et seul, à une table du Café de Bordeaux, parmi les chardons et les femmes mafflues des mosaïques modern style. »
F. Mauriac, Le mystère Frontenac, chap. XII, 1933, Livre de Poche, pp. 99-100, éd. 1984

  « Il l’exprimerait, au jour le jour, dans un journal qui  serait publié après une grande guerre ; il s’y résignerait, n’ayant plus rien écrit, depuis des années. Et ces pages atroces sauveraient la face ; elles feraient plus pour sa gloire que ses poèmes ; elles enchanteraient et troubleraient heureusement une génération de désespérés. »
F. Mauriac, Le mystère Frontenac, chap. XII, 1933, Livre de Poche, pp. 99-100, éd. 1984

Remarques:
- Le conditionnel peut exprimer un fait en le présentant comme imaginaire, c’est le mode du rêve. L’absence de corrélation permet cette ambiguïté (n’est pas associé à un CC de condition).
- Le conditionnel passé peut servir à exprimer une supposition, donner une information incertaine.
- Le conditionnel passé peut exprimer l’antériorité par rapport à une action au conditionnel présent (exprimer quelque chose qui se passe avant le conditionnel présent). Ex. 1. Il a dit qu’il viendrait jouer dès qu’il aurait fini ses devoirs. 2. Elle a promis qu’elle nous rendrait visite aussitôt qu’elle serait sortie de son bureau.
- Le conditionnel exprime un procès hypothétique irréel du présent dépendant d’une condition sous-entendue qui se voit dans le contexte préalable. Voir l’énoncé *7.
- Le conditionnel peut exprimer un sentiment, dans une phrase exclamative ou interrogative : l’indignation, l’étonnement, la colère, un soupçon, un regret. Ex. J’aurais ouvert vos tiroirs ? Dans ce contexte, on emploie le conditionnel pour évoquer des faits qui se déroulent au présent parce qu'on refuse de considérer comme vrais ou réels; le conditionnel les maintient dans le domaine de l’hypothétique. Exemples : Vraiment, il aurait parlé de moi! Aurais-tu perdu la raison? M’aurais-tu oublié ?
- Le procès aurais voulu vous entendre de l’énoncé *6 peut aisément être remplacé par un présent à savoir : je veux vous entendre. Aussi, le conditionnel ancre les événements dans l’époque présente et non dans l’époque passée. En effet, les événements se réalisent au moment de parole. Dans ce contexte « l’effet de sens préludique », le conditionnel passé ancre les événements au moment de la parole : les événements sont donc posés au moment de parole et se réalisent au moment de la parole. Ici, c’est le conditionnel non actuel (atemporel).
- Aux plans modaux, le conditionnel passé rapporte des actes de langage qui se définissent en relation avec le repère « alors » qui signifie la non-actualité. Comme ce tiroir porte nécessairement sur le passé, les actes évoqués au conditionnel passé sont des actes atténués et non accomplis (ne sont pas situés dans le passé).
- Puisque l’effet de sens contrefactuel est utilisé pour des événements qui ne s’actualiseront jamais, le conditionnel n’ancre ces procès dans aucune époque. Le temps est en quelque sorte suspendu. Voir l’énoncé *9.

Bibliographie :
Le Bon Usage, Grevisse Maurice.
Recherches sur la syntaxe et la sémantique du conditionnel en français, Abouda L.
L’emploi du conditionnel dans « Les Choses » par Georges Perec et la traduction en norvégien de ce temps verbal, Thèse de doctorat, Tora Asheim.
Le conditionnel, forme temporelle ou atemporelle, Audrey Lauze.
Etude de l a Cafetière de T. Gautier, Ma plume fantastique.
Office québécois de la langue française.
Leçon, P288 du manuel Fleurs d’encre E.T.A. Hoffmann, L'Homme au sable.
Assistance Scolaire Personnalisée Collège.
Envoi du 3ème AS.
ling.arts.kuleuven.be
users.skynet.be/courstoujours
Learn french for free.

2 (Modifié par paulang 26/04/2015 à 13:17)

Valeurs du conditionnel - Le conditionnel d'imagination

Ce serait le 25 avril 2035, il ferait beau pour une journée assez mouvementée, je m’allongerais sur mon lit, je fermerais mes yeux, j’aurais vu une bête monstrueuse.

Je vois mal ce que fait le conditionnel passé souligné parmi tous les conditionnels présents.

Le type se projette en 2035 et les yeux fermés, il imagine un événement passé. Pourquoi pas...

En *8, on voit ce mélange des temps du conditionnel. Mais ils sont employés dans deux phrases distinctes et le présent succédant au passé, la chronologie est respectée. Rien ne choque.

Attendez le point de vue des pros.

Edit: Bizarre ! il semble que l'heure initiale du message se modifie lorsqu'on se corrige alors que le "modifier" n'est plus là.

3 (Modifié par bonsouriant 26/04/2015 à 17:32)

Valeurs du conditionnel - Le conditionnel d'imagination

Merci beaucoup paulang pour la réponse.
En ce qui concerne le conditionnel passé pas de problème, quel que soit le cas car :
1. Si on le considère dans un rapport d’antériorité pas de problème : si comme on dit : je m’allongerais sur mon lit et je fermerais mes yeux car j’aurais vu une bête monstrueuse. Alors c'est correct.
Autres possibilitės 2. Le procès aurais voulu vous entendre de l’énoncé *6 peut aisément être remplacé par un présent à savoir : je veux vous entendre. Aussi, le conditionnel ancre les événements dans l’époque présente et non dans l’époque passée. En effet, les événements se réalisent au moment de parole. Dans ce contexte « l’effet de sens préludique », le conditionnel passé ancre les événements au moment de la parole : les événements sont donc posés au moment de parole et se réalisent au moment de la parole. Ici, c’est le conditionnel non actuel (atemporel).  « Monsieur l’officier, dit-elle après un moment de silence, vous ne m’avez rien dit de vous, et j’aurais voulu vous entendre raconter quelques aventures de guerre. » *6
3. (Le conditionnel peut exprimer un sentiment, dans une phrase exclamative ou interrogative : l’indignation, l’étonnement, la colère, un soupçon, un regret. Ex. J’aurais ouvert vos tiroirs ? Dans ce contexte, on emploie le conditionnel pour évoquer des faits qui se déroulent au présent parce qu'on refuse de considérer comme vrais ou réels; le conditionnel les maintient dans le domaine de l’hypothétique. Exemples : Vraiment, il aurait parlé de moi! Aurais-tu perdu la raison? M’aurais-tu oublié ?)

N’est-ce pas ?

4 (Modifié par Jehan 26/04/2015 à 18:15)

Valeurs du conditionnel - Le conditionnel d'imagination

je m’allongerais sur mon lit et je fermerais mes yeux car j’aurais vu une bête monstrueuse

Oui, puisqu'on imagine le futur, ici, ce conditionnel passé, c'est un peu comme un futur antérieur par rapport à un futur.

5

Valeurs du conditionnel - Le conditionnel d'imagination

Exactement Jehan!
Merci infiniment pour la participation!

6 (Modifié par paulang 26/04/2015 à 23:26)

Valeurs du conditionnel - Le conditionnel d'imagination

J’aurais ouvert vos tiroirs ?

Il faut vraiment beaucoup d'imagination pour voir ici un événement présent.

Le type est accusé d'avoir ouvert un tiroir. Il rétorque : j'aurais ouvert vos tiroirs ? Si l'interrogation est actuelle, le contenu lui évoque bien un acte passé.

Je ne vois pas davantage de présent dans la phrase suivant celle-la.

7

Valeurs du conditionnel - Le conditionnel d'imagination

Salut paulang!
Tout ce que j'ai écrit est d'après de références très fiables (veuillez voir la bibliographie).
Merci encore une fois!

8 (Modifié par dechezmoi 01/05/2015 à 17:11)

Valeurs du conditionnel - Le conditionnel d'imagination

bonsouriant a écrit :

Bonjours à toutes et à tous !
J’aimerais bien savoir si cet énoncé (exercice d'entrainement à l'écrit) pris d'un livre parascolaire est correct grammaticalement sachant que je sais qu’il n’est pas très littéraire : ce qui m’intéresse ici c’est seulement la correction linguistique. Aidez-moi SVP ! (Auriez-vous l’obligeance de jeter un coup d’œil sur ma petite recherche sur le conditionnel d’imagination que vous trouverez ci-dessous avant de me répondre).
Merci d'avance!

    Ce serait le 25 avril 2035, il ferait beau pour une journée assez mouvementée, je m’allongerais sur mon lit, je fermerais mes yeux, j’aurais vu une bête monstrueuse.

Oui, c’est correct puisque,ici ,on imagine des faits en employant le conditionnel. Et, je pense que rien ne choque quand on mélange le passé et le présent de ce mode.

9

Valeurs du conditionnel - Le conditionnel d'imagination

Dechezmoi, merci de confirmer, mais attention à l'orthographe : "c'est correct" et non "c'est correcte". Tu risques de semer la confusion dans l'esprit de certains apprenants qui nous lisent.

10

Valeurs du conditionnel - Le conditionnel d'imagination

@dechezmoi

Ce n'est pas agrammatical, certes. Toutefois, par souci de clarté, j'écrirais, selon la situation :" je fermerais les yeux car j'aurais vu une bête monstrueuse" (cf. un message de Jehan) ou bien "je fermerais les yeux ; auparavant, j'aurais vu une bête monstrueuse."