1

La philosophie du trou

Nul doute que le trou vous est cher et commun. Les trous sont partout. Ils se dissimulent ou se livrent tout entier à nos yeux. J’ai longuement analysé les trous dernièrement. Bon ! qu’on se le dise. Le trou noir, le trou de ver, le trou dans la couche d’ozone, le trou de mémoire, le trou du compostage, le chas dans l’aiguille....  Pourtant rien sur les trous.

Je me suis laissé tenter par l’élaboration d’une philosophie du trou. Belle trouvaille pour noyer cet océan de paresse dominicale. Le trou dans la semaine qu’on me dira. Quand ce n’est pas un pont. Car le pont de l’Ascension, par exemple, comble le trou des jours fériés. Un pont couvre-t-il toujours les trous ? 

De mes yeux avisés de phénoménologue, j’ai depuis des semaines étudié les compostages. Fascinant. J’ai remarqué que le trou laissait passer la lumière alors que le trou d’un puits signifie son fond. J’ai regardé de plus près le compostage. Il trouve aussi, dans l’horizon, un mur de ciel, de briques, etc. J’ai tourné autour du trou, mais pas du pot où l’on y trouve un trou. Ne compliquons pas les choses avec un pot en plus ! J’ai vu, en tournant autour, mon nez. Nez, donc narines, donc trous. Intéressant.

J’ai pensé à cet instant que le trou de mon nez, par sa fonction mécanique, était une instance de gouvernance. Il régule, respire à cadence, perçoit, transmet, informe. Le trou politique. Cependant, le trou est une absence, donc pas de politique. Absence de quoi d’ailleurs ?

J’ai cherché dans la philosophie des morts, mais rien sur le trou. Faudrait que j’y regarde dans celle des vivants.

Des choses sur le trou ?

La philosophie du trou

Le trou au sens où tu l'entend peut être le vide causé par l'abondance de nos désirs, qui nous mène d'un moment à l'autre a l'amertume.

L'amertume de voir notre félicitée insatiable et qui fait de nos corps et âmes des énigmes pour nous même, et qui mène certaines personnes à croire qu'une vie qu'on comprend est plus éprouvante qu'une mort qu'on ne peut craindre du fait de ce qu'elle nous est inconnue.

Un bref passage de réflexion mélancolique parce que la philosophie du trou, chez moi au premier abord m'a fait penser au poinssonneur des lilas.

En soit et dans une certaine mesure, dans le langage le trou n'est pas, il est rempli d'espace vide et dans l'espace, tout est prétexte au sens! Je veux dire que peut importe: un son qui sort d'une bouche, et produit dans l'intention simple d'emmettre un son sans sens, est de toute manière marqué par cette même intention d'émettre un bruit insignifiant, ce qui lui donne du sens. Tu suis? 

Moi qui suis dans une école de théâtre depuis peu le trou me fait aussi penser au trou de mémoire!
Le trou peut être un oublie. 

Pardonnez mes fautes d'orthographes les amis, elles sont le résultat de la flemme, elle même résultat d'une nuit sans sommeil.

3

La philosophie du trou

Une petite précision, cette philosophie du trou, c'est bien le holisme ?

4

La philosophie du trou

http://www.cnrtl.fr/lexicographie/holisme

5 (Modifié par mdelille 19/04/2015 à 14:08)

La philosophie du trou

Oui, effectivement j’avais pensé au vide Raihan. Sauf que le vide n’existe guère. Je me souviens de mes lectures scientifiques récentes sur le LHC. Là-bas, des scientifiques produisent des collisions de hadrons pour créer les conditions primaires de l’univers, et observer ce que l’on nomme la matière noire ou exotique. On y a découvert la masse du Boson de Higgs sur Atlas. Belle découverte. Toutefois ces expériences ont prouvé que le vide n’existe pas dans la mesure où ce dernier a aussi une masse détectable. Il est constitué de matière.

Dès lors, par analogie, j’émets l’hypothèse que le vide sémantique ou autre n’existe pas non plus. Ce trou dans le compostage n’est pas vide. Il est constitué de matière. Invisible, certes, mais pas inexistante. Le trou de mémoire n’est qu’une défaillance neuronale scientifiquement démontrée. Puis, si l’on est adepte de la chapelle freudienne ou du lacanisme, nous pourrions suggérer que le trou de mémoire est une manifestation de l’inconscient, si tant est que l’on adhère à ce concept.

Pour ce qui est de l’holistique, je ne pense pas que le trou soit de convenance. Je vais peut-être y remettre le nez avec ses trous. Le trou de l’aspirateur aspire après tout.

6

La philosophie du trou

Pour l'holistique ou l'holisme, comme on veut, hole veut dire trou ; c'est la philosophie du jeu de mot.

7

La philosophie du trou

Et connaissez-vous la philosophie du grain de riz ?...

8

La philosophie du trou

Non, mais je suis demandeur.

9

La philosophie du trou

C'est une affaire très sérieuse , mystico-orientalisante, qui me convient parfaitement.

Donc, les hommes sont des grains de riz qui forment un tas. Un seul grain de riz change de place, le tas se modifie, voire s'effondre.

Conclusion : je fais mon "travail" là où je suis. Ma place est unique en ce bas monde.

Les choses les plus simples sont les plus vraies.

10

La philosophie du trou

C'est sérieux votre affaire... J'avais une petite histoire sans prétention. 
Deux types transportent un trou dans un camion. Ils grimpent une côte escarpée. Arrivés au sommet, ils font une pause. L'un descend du camion et jette un œil à la cargaison : le trou a disparu ! Il a dû tomber pendant la montée. Ils décident de faire marche arrière pour retrouver leur trou. Le camion recule, recule... et tombe dans le trou.