1

La bêtise dans Madame Bovary de Flaubert

Bonjour !
J'ai un devoir de littérature (TL) sur Madame Bovary à rendre jeudi, mais les cours que nous avons fait jusque là ne me permettent pas vraiment de m'éclairer sur le sujet. J'aurais espéré que quelqu'un parmi vous connaisse l'oeuvre et puisse me donner des pistes pour répondre à cette question.

"Une critique littéraire a écrit que "Madame Bovary est avant tout une oeuvre sur la bêtise". Qu'en pensez-vous ?"

Je dois rédiger deux parties qui contiennent chacune deux sous-parties, mais je ne sais pas vraiment sur quel plan partir.
J'avais deux idées avant de commencer les recherches :

I/ La bêtise au sens de manque d'esprit critique
1: Le personnage naïf de Charles
2: La naïveté d'Emma face aux paroles de Lheureux et Rodolphe
II/ La bêtise au sens d'acte irréfléchi
1: L'adultère d'Emma
2: Les dépenses et la mort

OU

I/ Une oeuvre sur la bêtise...
1: La naïveté
2: L'adultère et la mort
II/ ...mais pas seulement!
1: Bêtises justifiées (adultère due à l'absence de sentiment d'Emma, et mort due à ses dettes insurmontables)
2: Autre thèmes plus importants que celui de la bêtise (?)

Voilà, je ne suis pas vraiment convaincue de mes plans, et après quelques recherches, j'ai trouvé beaucoup d'informations qui expliquaient que d'autres choses étaient considérées comme de la bêtise (déshumanisation de certains personnages, omniprésence de l'animalité, critique de la bourgeoisie par Flaubert, omniprésence des objets qui prennent parfois le dessus sur les personnages, langage banal de certains personnages médiocres comme Charles...)
Si vous avez d'autres idées, des meilleurs plans etc... je suis preneuse !

Merci pour votre aide !

2

La bêtise dans Madame Bovary de Flaubert

Les deux plans que vous proposez montrent que vous n'avez pas vraiment compris la portée du sujet. Par contre, vos recherches dans la dernière partie du message sont correctes. Il faut y adjoindre la naïveté de Charles et celle d'Emma (difficile, je le concède, de faire la part entre naïveté et bêtise). Critique de la médiocre (et donc bête) bourgeoisie provinciale, des rêves fumeux d'Emma.

Réfléchir à l'énoncé du sujet : "avant tout".

3

La bêtise dans Madame Bovary de Flaubert

Je ne vois pas vraiment ce que l'omniprésence de l'animalité et des objets a à voir avec la bêtise dans l’œuvre... s'agit-il toujours de la bêtise des personnages ? Je suis un peu perdue, j'ai peur de m'éloigner du sujet.

4 (Modifié par floreale 07/04/2015 à 13:12)

La bêtise dans Madame Bovary de Flaubert

Un critique littéraire a écrit que "Madame Bovary est avant tout une oeuvre sur la bêtise".

L'ouverture du roman se fait sur le personnage de Charles et se termine par l'ascension de Homais. L'univers du roman est négatif et  le réel est un perpétuel désenchantement. On sait l'aversion que Flaubert portait aux Rouennais et à la bourgeoisie qui s'exhibe et imite. Il va donc tourner en dérision des personnages, des comportements, des discours et même des objets.

La bêtise et la médiocrité de certains personnages (Homais )
La bêtise dans certains tableaux de foule ( la noce normande, les comices agricoles ...)
La bêtise de certains discours (pauvreté d'une parole de Charles au début en classe, les articles et les conversations de Homais, les échanges amoureux et les poncifs ...) Les idées reçues, les clichés,  "la conversation plate comme un trottoir"
Même les objets prennent une dimension symbolique : la casquette, les ronds de serviettes de Binet, le portrait de Charles, les vases bleus d'Emma, les pantoufles de Homais ...

Un homme en pantoufles de peau verte, quelque peu marqué de petite vérole et coiffé d'un bonnet de velours à gland d'or, se chauffait le dos contre la cheminée. Sa figure n'exprimait rien que la satisfaction de soi-même, et il avait l'air aussi calme dans la vie que le chardonneret suspendu au-dessus de sa tête dans une cage d'osier : c'était le pharmacien.

Et pour faire un petit tour d'horizon de la bêtise ...

http://www.thefreelibrary.com/La+betise … 0221850898

5

La bêtise dans Madame Bovary de Flaubert

J'ajouterais qu'il y a une bêtise (naïveté ? maladresse ? manque de maturité ?) qui pourrait être excusable.
Mais il existe aussi une bêtise sotte et malveillante ou lâche qui transforme cette comédie des ridicules provinciaux en une véritable tragédie...