1

Baudelaire, Rimbaud, Verlaine : comment se situent-ils par rapport au passé ?

J’ai une dissertation à faire pour mon cours de français au cegep sur c'est 3 auteurs (Baudelaire, Rimbaud, Verlaine).
L'argument central doit être basé sur comment chacun se situe par rapport au passé.
Je dois aussi parler de comment interprètent leur passé.

Pour Rimbaud, je sais un type qui a un fort caractère, car il est capable de faire une croix sur le passé et va faire l'avenir.

Pour ce qui est de Verlaine est emprisonné de son passé chaque fois qu'il essaie de s'en libérer son passé refait surface.

Pour Baudelaire je n'ai aucune idée, je comprends mal ses poèmes.
Mais je sais que la poésie pour lui est une sorte d'évasion.

Les poèmes auxquels j’ai le droit de me référer sont :

Baudelaire : L'ennemi
                  L'invitation au voyage
                  Recueillement
                  L'étranger
                  La soupe et les nuages
                  Any where out of the world (n’importe où hors du monde)

Rimbaud : Roman
                Le dormeur du val
                Mauvais Sang
                Départ

Verlaine : Mon rêve familier
              Chanson D'automne
              Il pleut doucement sur la ville
              Triste est mon âme
              Gaspard Hauser chante
              Art Poétique

Bref, ceci sont les poèmes que j’ai le droit d'utiliser. Toute aide va être extrêmement appréciée ;-)

2

Baudelaire, Rimbaud, Verlaine : comment se situent-ils par rapport au passé ?

Bonsoir Jonathan

Dans Recueillement, Baudelaire évoque sa nostalgie du passé.

Vois se pencher les défuntes Années,
Sur les balcons du ciel, en robes surannées;
Surgir du fond des eaux le Regret souriant;

Dans l'étranger, il manifeste son absence de racines, sa volonté de ne provenir d'aucune société humaine. L'étranger est complètement tourné vers un improbable ailleurs.

Dans Any where out of the world (N'importe où hors du monde) qui reprend le thème de l'étranger, Il fait allusion à une expérience de sa jeunesse, son voyage forcé vers l'île Maurice et l'Océan indien

toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons

Enfin dans l'Invitation au voyage, le passé apparaît comme la langue natale, cette connivence secrète, cette empathie avec la surnature idéaliste (néoplatonicienne) avec le monde d'avant, le paradis dont il se sent exclu et qu'il rêve de rejoindre.

Tout y parlerait
À l'âme en secret
Sa douce langue natale.

Le passé apparaît donc ambivalent : il est à la fois attirance et source de répulsion.

3

Baudelaire, Rimbaud, Verlaine : comment se situent-ils par rapport au passé ?

wow !!!
J’aimerais pouvoir comprendre tous ces textes comme toi
Merci énormément.

ps : si tu as le temps, je ne voudrais pas en demander trop mais pourrais-tu me faire un résumé comme tu l'as fait avec Baudelaire pour Verlaine et Rimbaud, car je suis sur que j’ai sûrement oublié des points importants !

Merci encore.

4

Baudelaire, Rimbaud, Verlaine : comment se situent-ils par rapport au passé ?

Bonjour Jonathan,

C'est demandé avec tant de simplicité que je vais essayer.

1- Rimbaud
- Le dormeur du val : Une rencontre insolite lors d'une errance évoque une alliance entre enfance passée et maladie et même mort.
- Roman : Passé et adolescence, éveil à la sensualité, au rêve amoureux, l'émerveillement devant l'âme romanesque. La vie à venir est encore belle. Mais aussi un regard rétrospectif ironique : "on n'est pas sérieux…"
- Mauvais sang : Rimbaud recherche dans son passé d'éventuelles racines pour comprendre son désarroi, sa rébellion, ses aspirations contradictoires, sa tentative de se libérer de son christianisme servile, son appel à des valeurs iconoclastes… Bref il cherche des raisons de ne pas assumer son héritage.
- Départ avec son anaphore d'Assez : une libération, une rupture avec le monde familier et sécurisant…

2 - Verlaine
Mon rêve familier : le désir d'être aimé et le passé enfui, disparu. L'amour appartient à un passé révolu et inaccessible. Le passé est synonyme de regrets, de mort, et d'éloignement...
Chanson d'automne : Exploite le même thème du temps qui fuit et de la vie qui se dissout inéluctablement dans la mort. Le passé est le lieu interdit où, à un moment fugitif, a pu exister  le bonheur.
Il pleut doucement sur la ville :  Verlaine se complait dans ces échos de tristesse et de mélancolie, dans ce temps doux-amer flottant entre le chagrin du présent et le regret du passé. C'est l'occasion d'exprimer une douce plainte musicale qui caractérise l'art de ce poète.
Ô triste, triste était mon âme : même traitement, mais ici associé au regret d'une faute (avoir tiré sur Rimbaud un soir d'ivresse) qui l'a conduit à se séparer de sa femme (Mathilde Mauté) qu'il aime toujours. Le passé rejoint le thème baudelairien de l'exil du paradis et celui de la Bible : Adam et Eve chassés du paradis terrestre après la première faute...
Gaspard Hauser chante :
* Qui est Kaspar Hauser ?
C'est une énigme historique.
Le 26 mai 1828, un personnage mystérieux en habit de paysan, aux multiples déformations corporelles, apparaît sur la place de Nuremberg, vêtu comme un vagabond, avec une lettre à la main destinée à un capitaine de cavalerie.
Il a vécu jusqu'à 17 ans enfermé dans une cave, sans aucun contact avec le monde extérieur, nourri par un inconnu.
Le professeur et écrivain Georg Friedrich Daumer le soumet à plusieurs expérimentations médicales et tente de lui donner une éducation élémentaire.
De nombreux monarques, parmi lesquels Louis Ier de Bavière, s’intéressent à ce personnage qui semble avoir grandi à l’écart de toute civilisation. L’énigmatique Kaspar Hauser fréquente alors les cours et les salons, où il est présenté comme l’étrange sauvage et l’« enfant de l’Europe ».
La rumeur publique voit en lui l’enfant du grand duc de Bade.
Victime de deux attentats, il meurt le 17 décembre 1833, trois jours après la seconde tentative d'assassinat.
Au même titre que le Masque de fer, on ne connaît toujours pas son identité.
* Le Gaspard Hauser que nous présente Verlaine est assez différent du personnage qui a défrayé la chronique.
En fait Verlaine s'identifie à Gaspard
-l'innocent rejeté qui ne trouve pas sa place dans les grandes villes ;
-le mal aimé des femmes, dont il se sent très proche ;
-celui qui souffre d'angoisse existentielle.
Le mal-aimé est rejeté. Il fait appel à notre pitié. Ce poème ruisselle d'émotions simples.
Gaspard, c'est l'enfant sans passé puisqu'il ne connaît pas ses origines. C'est surtout une incarnation romantique de l'être seul marqué par son destin. C'est Verlaine qui cherche en arrière les causes de sa propre malédiction.

5

Baudelaire, Rimbaud, Verlaine : comment se situent-ils par rapport au passé ?

Bonsoir!!

J'aurais une petite question concernant la 3ème strophe de Recueillement !

 

Vois se pencher les défuntes années,
Sur les balcons du ciel, en robes surannées ;
Surgir du fond des eaux le Regret souriant ;

En gros ma question c'est ça veux dire quoi ?
D'abord, quand il dit "Vois",  à qui s'adresse-t-il?
A sa douleur ou à sa souffrance?
Et après le reste, j'ai du mal à comprendre!!
Car lorsqu'il dit "robes surannées" c'est une litote pour traduire les femmes non?

SOS!! Merci!!

6

Baudelaire, Rimbaud, Verlaine : comment se situent-ils par rapport au passé ?

Bonsoir Angelmind,

Baudelaire s'adresse à sa douleur (ou à sa souffrance ce qui est la même chose).
Ce tercet peut évoquer le manteau nuageux violacé par le soleil couchant.
La métaphore est splendide.
Le ciel qui s'assombrit évoque aussi les eaux primordiales (celles qui recouvraient la Terre lors de sa création, voir la Genèse) ainsi que la nostalgie du passé, alors que tout était encore possible et pur.

7

Baudelaire, Rimbaud, Verlaine : comment se situent-ils par rapport au passé ?

Cher Jean-Luc,

Merci pour ta réponse!!
Il n'y a donc aucune présence de femme dans ce tercet?
Et lorsque le poète dit:"Surgir du fond des eaux le Regret souriant"
Que veut-il dire?

8

Baudelaire, Rimbaud, Verlaine : comment se situent-ils par rapport au passé ?

La douleur est personnifiée dans ce sonnet, c'est elle qui peut évoquer une présence féminine. Baudelaire n'a jamais bien réussi ses amours. En tout cas il y a accord profond et substantiel entre l'état d'âme et le paysage. L'un est le miroir de l'autre. Pense à la théorie des correspondances. Baudelaire réagit en esthète.
La métaphore des eaux peut renvoyer à plusieurs connotations :
- les eaux primordiales, celles du début de la création quand la Terre n'a pas encore pris forme, quand toutes les potentialités sont permises, dont celle de ne pas voir naître ce monde gris et atroce qui enferme le poète dans son spleen (une explication possible de ce regret souriant : regret parce que Baudelaire sait ce qu'il est advenu, souriant parce qu'il est un baume dans la souffrance actuelle),
- la naissance de Vénus, déesse de l'amour, surgie de l'écume de la mer (une explication possible de ce regret souriant : regret parce que Baudelaire sait que ses amours ont engendré l'insatisfaction, souriant parce que le poète rêve toujours d'un amour fusionnel et comblant).

Le propre de la poésie est de suggérer. Je ne peux t'affirmer que Baudelaire a voulu évoquer ces aspects. En tant que lectrice, tu as le droit et le devoir de réagir personnellement au poème. Mais les pistes développées sont cohérentes avec la pensée et la vie de Baudelaire.

Baudelaire, Rimbaud, Verlaine : comment se situent-ils par rapport au passé ?

Bonsoir Jean-Luc,

Vous avez écrit :
- les eaux primordiales, celles du début de la création quand la Terre n'a pas encore pris forme, quand toutes les potentialités sont permises, dont celle de ne pas voir naître ce monde gris et atroce qui enferme le poète dans son spleen (une explication possible de ce regret souriant : regret parce que Baudelaire sait ce qu'il est advenu, souriant parce qu'il est un baume dans la souffrance actuelle),

Personnellement, c'est à cette interprétation que me renvoie ce vers. Bien sûr, cela n'exclut pas les autres. Mais c'est ce que je ressens profondément à sa lecture.

Muriel

10

Baudelaire, Rimbaud, Verlaine : comment se situent-ils par rapport au passé ?

Bonsoir Muriel,

Moi aussi, je pencherais  plutôt pour cette interprétation.
Mais à des fins pédagogiques, j'ai indiqué une autre piste pour montrer que la lecture d'un poème est personnelle et donc polysémique. Il faut cependant que l'explication apportée soit cohérente.