1 (Modifié par Jehan 15/03/2015 à 20:49)

Avec Le Mariage de Figaro, nous basculons du drame à la comédie...

Bonjour a tout le monde. Je suis Yashwini et je suis en première. J'arrive pas faire ma dissertation et vu que c'est la première , je me trouve en difficultés. Je demande à m'aider s'il vous plaît. Merci et voici le sujet de la dissertation:

"Les vices, les abus,  voilà ce qui ne changent point,  mais se déguisent en milles formes sous le masque des moeurs dominantes. Leur arracher ce masque et les montrer à découvert telle est la noble tâche de l'homme qui se voue au théâtre." Avec le Mariage de Figaro nous basculons du drame à la comédie, est- ce vraie?

Rappel des règles
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

2 (Modifié par Pyrame 15/03/2015 à 21:05)

Avec Le Mariage de Figaro, nous basculons du drame à la comédie...

Qui est l'auteur de la citation (Beaumarchais?) ? Comment as-tu compris le sujet? Quels sont tes axes de réponse ? Quels exemples de la pièce comptes-tu utiliser et comment?

Déjà, analyse le sujet: "vices", "moeurs dominantes" --> quelle est la position de l'auteur vis-à-vis du théâtre classique?
Selon l'auteur, quel est le rôle du théâtre?

Avec Le Mariage de Figaro, nous basculons du drame à la comédie...

Je ne comprends pas bien la logique entre la citation entre guillemets et la question...

4 (Modifié par Jehan 19/03/2015 à 19:15)

Avec Le Mariage de Figaro, nous basculons du drame à la comédie...

J' ai identifié trois axes: 1- je vais parler sur les vices et les abus de la société du 18 ème siècle et du texte c-à-d, sur le comte almaviva et les autres personnages ,ensuite 2- la noble tâche de l' homme en montrant ce que Beaumarchais avait comme but et 3- je vais étudier la comédie et je vais faire une liaison entre le drame et la comédie. Je vais montrer que dans le texte nous voyons clairement que c'est le rire apparent qui cache le drame. Beaumarchais fait rire le public avant de déclencher le drame. Je vais ensuite faire une comparaison avec Molière car il a ecrit des comédies enthousiastes qui ont fait rire au public. Je vais aussi dénoncer les abus en me concentrant sur la condition féminine où la femme est maltraitée et elle est objet de prostitution et elle est toujours harcelée par les séducteurs riches même à l'âge de 30 ans. Je vais utiliser l' acte 3 pour la condition féminine et la préface pour connaître le but de Beaumarchais. J'ai des soucis avec les nobles tâches de l'homme et je voudrais savoir si mon plan et analyse sont bons.
La citation vient de Beaumarchais. Il l'a mentionnée dans la préface et il a aussi dit : " Je pense qu' on obtient ni grand pathétique ni profonde moralité ni bon ni vrai comique au théâtre sans des situations fortes et qui naissent toujours d' une disconvenance sociale dans le sujet qu' on veut traiter. " Je crois qu'il veut dire qu'on fait rire avant d'instruire et je pense que dans le mariage de Figaro il met au clair les problèmes de la société en faisant rire le public. Diderot a le même pensée que lui car il précise que le théâtre soit peindre les hommes de son siècle , non autour d' un caractère mais aussi d'une condition. Revenant aux vices et aux abus je vais parler de la censure et la vénalité des charges aussi .

5

Avec Le Mariage de Figaro, nous basculons du drame à la comédie...

Donc, pour répondre au sujet : non, on ne bascule pas du drame à la comédie mais, bien au contraire, Beaumarchais utilise la comédie pour traiter de sujets "dramatiques". Veille à ne pas perdre de vue cette problématique. Utilise des exemples précis où "l'on se dépêche de rire avant que d'en pleurer".

6

Avec Le Mariage de Figaro, nous basculons du drame à la comédie...

Mais est-ce que le plan est bon?  Dois-je ajouter autres choses?  Je suis un petit peu perdu..

7

Avec Le Mariage de Figaro, nous basculons du drame à la comédie...

Le plan ne me paraît pas très clair vers la fin (tu écris beaucoup de choses que tu vas "rajouter"). Et si tu parles uniquement de la comédie en III, ça ne va pas.

Quelle problématique prévois-tu ? Elle est essentielle pour ne pas perdre de vue le sujet à traiter.

Beaumarchais (voir ton I et ton II) utilise toujours le rire pour parler de sujets sérieux.

8 (Modifié par Yashwini 19/03/2015 à 13:21)

Avec Le Mariage de Figaro, nous basculons du drame à la comédie...

Mais comment vais-je faire pour convertir la comédie en drame ??

9 (Modifié par Jehan 19/03/2015 à 19:16)

Avec Le Mariage de Figaro, nous basculons du drame à la comédie...

Mais tu le dis toi-même dans ce message :

Yashwini a écrit :

La citation vient de Beaumarchais. Il l'a mentionnée dans la préface et il a aussi dit : " Je pense qu' on obtient ni grande pathétique ni profonde moralité ni bon ni vrai comique au théâtre sans des situations fortes et qui naissent toujours d' une disconvenance sociale dans le sujet qu' on veut traiter. " Je crois qu'il veut dire qu'on fait rire avant d'instruire et je pense que dans le mariage de Figaro il met au clair les problèmes de la société en faisant rire le public.

C'est moi qui souligne. Il ne s'agit pas de "convertir" mais d'associer les deux : faire rire pour parler de sujets sérieux.

Avec Le Mariage de Figaro, nous basculons du drame à la comédie...

Yashwini a écrit :

Mais comment vais-je faire pour convertir la comédie en drame ??

Pour Beaumarchais, drame est synonyme de pièce de théâtre. Sa comédie est un drame, par hypothèse et convertir la comédie en drame n'aurait pour lui aucun sens.
Cependant, il a converti sa comédie en tragédie, en opéra même : Tarare, dont il esquisse la trame dans la Préface du Mariage :

Oh ! que j'ai de regret de n'avoir pas fait de ce sujet moral une tragédie bien sanguinaire ! Mettant un poignard à la main de l'époux outragé, que je n'aurais pas nommé Figaro, dans sa jalouse fureur je lui aurais fait noblement poignarder le Puissant vicieux ; et comme il aurait vengé son honneur dans des vers carrés, bien ronflants, et que mon jaloux, tout au moins général d'armée, aurait eu pour rival quelque tyran bien horrible et régnant au plus mal sur un peuple désolé, tout cela, très loin de nos mœurs, n'aurait, je crois, blessé personne, on eût crié bravo.

La différence entre le comique et le tragique est une question de point de vue : une même histoire peut être drôle si on tient les personnages à distance, et tragique si l'on s'identifie à eux, Beaumarchais a bien vu cela puisqu'il donne deux versions de la même histoire.
Peut-être suis-je ici hors sujet, mais il me semble que Beaumarchais lui-même montre comment convertir une comédie en drame sérieux. (Il faut en effet dire drame sérieux, une expression de Beaumarchais, car drame seul est un terme technique.)