1 (Modifié par liloulaplume 15/03/2015 à 14:49)

Stendhal, Le Rouge et le Noir, chapitre XLIII - Et moi, je vais séduire sa fille !...

Bonjour,
je dois faire un commentaire composé donc avoir un plan et le développer sur le Chapitre XIII, sur le livre Le Rouge et le Noir de Stendhal, je n'arrive même pas à démarrer, si vous pouviez m'aider à le faire, c'est assez urgent, et je dois fournir un bon travail, je n'ai pas le choix.. merci d'avance.

J'ai tout de même cherché, et trouvé un axe dont je ne suis absolument pas sur : 
I) La haine de Julien envers le marquis
II)Une joie immense: la conquête de la jeune femme réussi

Je ne sais pas comment formulé le reste, il voudrait séduire la femme qui doit épouser le marquis, puis il réussit,à la fin du passage il explique clairemement la joie que cela lui à procuré


Ca porte sur un passage bien précis :

Et moi, je vais séduire sa fille ! rendre impossible peut-être ce mariage avec le marquis de Croisenois, qui fait le charme de son avenir : s’il n’est pas duc, du moins sa fille aura un tabouret. Julien eut l’idée de partir pour le Languedoc malgré la lettre de Mathilde, malgré l’explication donnée au marquis. Cet éclair de vertu disparut bien vite.

Que je suis bon, se dit-il, moi, plébéien, avoir pitié d’une famille de ce rang ! Moi, que le duc de Chaulnes appelle un domestique ! Comment le marquis augmente-t-il son immense fortune ? En vendant de la rente, quand il apprend au château qu’il y aura le lendemain apparence de coup d’État. Et moi, jeté au dernier rang par une providence marâtre, moi à qui elle a donné un cœur noble et pas mille francs de rente, c’est-à-dire pas de pain, exactement parlant, pas de pain ; moi refuser un plaisir qui s’offre ! Une source limpide qui vient étancher ma soif dans le désert brûlant de la médiocrité que je traverse si péniblement ! Ma foi, pas si bête ; chacun pour soi dans ce désert d’égoïsme qu’on appelle la vie.

Et il se rappela quelques regards remplis de dédain, à lui adressés par Mme de La Mole, et surtout par les dames ses amies.

Le plaisir de triompher du marquis de Croisenois vint achever la déroute de ce souvenir de vertu.

Que je voudrais qu’il se fâchât ! dit Julien ; avec quelle assurance je lui donnerais maintenant un coup d’épée. Et il faisait le geste du coup de seconde. Avant ceci, j’étais un cuistre, abusant bassement d’un peu de courage. Après cette lettre, je suis son égal.

Oui, se disait-il avec une volupté infinie et en parlant lentement, nos mérites au marquis et à moi ont été pesés, et le pauvre charpentier du Jura l’emporte.

Bon ! s’écria-t-il, voilà la signature de ma réponse trouvée. N’allez pas vous figurer, Mlle de La Mole, que j’oublie mon état. Je vous ferai comprendre et bien sentir que c’est pour le fils d’un charpentier que vous trahissez un descendant du fameux Guy de Croisenois, qui suivit Saint Louis à la croisade.

Julien ne pouvait contenir sa joie. Il fut obligé de descendre au jardin. Sa chambre, où il s’était enfermé à clé, lui semblait trop étroite pour y respirer.

je suis en classe de première, et j'ai vraiment besoin d'aide.. merci d'avance!

2

Stendhal, Le Rouge et le Noir, chapitre XLIII - Et moi, je vais séduire sa fille !...

Bonjour,

Ce que tu as trouvé est un bon début.

Reprenons.
Ce texte est introspectif, il nous livre les pensées tumultueuses qui agitent Julien. Il a un caractère délibératif.
Julien soupèse la meilleure décision, il examine sans pudeur les raisons de son choix. Il se présente comme un personnage ambigu, pétri d'aspirations héroïques et de mesquinerie déplaisante.
C'est un héros réaliste qui se démarque de l'emphase romantique.
L'extrait présente également une critique sociale. N'oublie pas le sous-titre du roman.

Essaie de creuser ces pistes.

3

Stendhal, Le Rouge et le Noir, chapitre XLIII - Et moi, je vais séduire sa fille !...

Bonjour,

Merci beaucoup, les pistes sur lesquels vous m'avez dirigé m'aide d'avantage,je vais essayer de me baser un peu plus sur ce que vous avez ennoncé, merci bien!

4

Stendhal, Le Rouge et le Noir, chapitre XLIII - Et moi, je vais séduire sa fille !...

Modifie un peu tes axes
1 - L'envie d'un arriviste méprisé
2 - La critique d'une noblesse affairiste et superficielle
3 - Un héros ambigu finalement peu sympathique

5

Stendhal, Le Rouge et le Noir, chapitre XLIII - Et moi, je vais séduire sa fille !...

D'accord, je vais faire ça, merci encore  !!

6 (Modifié par webmestre 18/03/2015 à 11:44)

Stendhal, Le Rouge et le Noir, chapitre XLIII - Et moi, je vais séduire sa fille !...

Et moi, je vais séduire sa fille ! rendre impossible peut-être ce mariage avec le marquis de Croisenois, qui fait le charme de son avenir : s’il n’est pas duc, du moins sa fille aura un tabouret. Julien eut l’idée de partir pour le Languedoc malgré la lettre de Mathilde, malgré l’explication donnée au marquis. Cet éclair de vertu disparut bien vite.

Que je suis bon, se dit-il, moi, plébéien, avoir pitié d’une famille de ce rang ! Moi, que le duc de Chaulnes appelle un domestique ! Comment le marquis augmente-t-il son immense fortune ? En vendant de la rente, quand il apprend au château qu’il y aura le lendemain apparence de coup d’État. Et moi, jeté au dernier rang par une providence marâtre, moi à qui elle a donné un cœur noble et pas mille francs de rente, c’est-à-dire pas de pain, exactement parlant, pas de pain ; moi refuser un plaisir qui s’offre ! Une source limpide qui vient étancher ma soif dans le désert brûlant de la médiocrité que je traverse si péniblement ! Ma foi, pas si bête ; chacun pour soi dans ce désert d’égoïsme qu’on appelle la vie.

Et il se rappela quelques regards remplis de dédain, à lui adressés par Mme de La Mole, et surtout par les dames ses amies.

Le plaisir de triompher du marquis de Croisenois vint achever la déroute de ce souvenir de vertu.

Que je voudrais qu’il se fâchât ! dit Julien ; avec quelle assurance je lui donnerais maintenant un coup d’épée. Et il faisait le geste du coup de seconde. Avant ceci, j’étais un cuistre, abusant bassement d’un peu de courage. Après cette lettre, je suis son égal.

Oui, se disait-il avec une volupté infinie et en parlant lentement, nos mérites au marquis et à moi ont été pesés, et le pauvre charpentier du Jura l’emporte.

Bon ! s’écria-t-il, voilà la signature de ma réponse trouvée. N’allez pas vous figurer, Mlle de La Mole, que j’oublie mon état. Je vous ferai comprendre et bien sentir que c’est pour le fils d’un charpentier que vous trahissez un descendant du fameux Guy de Croisenois, qui suivit Saint Louis à la croisade.

Julien ne pouvait contenir sa joie. Il fut obligé de descendre au jardin. Sa chambre, où il s’était enfermé à clé, lui semblait trop étroite pour y respirer.

Salut, j'ai besoin de rédiger un commentaire sur cet extrait et j'ai besoin d'aide pour trouver la problématique et les Axes.
Merci d'avance, Cordialement

Rappel des règles
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

Stendhal, Le Rouge et le Noir, chapitre XLIII - Et moi, je vais séduire sa fille !...

Voici déjà le texte proprement présenté.

Et moi, je vais séduire sa fille ! rendre impossible peut-être ce mariage avec le marquis de Croisenois, qui fait le charme de son avenir : s’il n’est pas duc, du moins sa fille aura un tabouret. Julien eut l’idée de partir pour le Languedoc malgré la lettre de Mathilde, malgré l’explication donnée au marquis.
Cet éclair de vertu disparut bien vite. Que je suis bon, se dit-il ; moi, plébéien, avoir pitié d’une famille de ce rang ! Moi, que le duc de Chaulnes appelle un domestique ! Comment le marquis augmente-t-il son immense fortune ? En vendant de la rente, quand il apprend au château qu’il y aura le lendemain apparence de coup d’État. Et moi, jeté au dernier rang par une Providence marâtre, moi à qui elle a donné un cœur noble et pas mille francs de rente, c’est-àdire pas de pain, exactement parlant pas de pain ; moi, refuser un plaisir qui s’offre ! Une source limpide qui vient étancher ma soif dans le désert brûlant de la médiocrité que je traverse si péniblement ! Ma foi, pas si bête ; chacun pour soi dans ce désert d’égoïsme qu’on appelle la vie.
Et il se rappela quelques regards remplis de dédain, à lui adressés par madame de La Mole, et surtout par les dames ses amies.
Le plaisir de triompher du marquis de Croisenois vint achever la déroute de ce souvenir de vertu.
Que je voudrais qu’il se fâchât ! dit Julien ; avec quelle assurance je lui donnerais maintenant un coup d’épée. Et il faisait le geste du coup de seconde. Avant ceci, j’étais un cuistre, abusant bassement d’un peu de courage. Après cette lettre, je suis son égal.
Oui, se disait-il avec une volupté infinie et en parlant lentement, nos mérites, au marquis et à moi, ont été pesés, et le pauvre charpentier du Jura l’emporte.
Bon ! s’écria-t-il, voilà la signature de ma réponse trouvée. N’allez pas vous figurer, mademoiselle de La Mole, que j’oublie mon état. Je vous ferai comprendre et bien sentir que c’est pour le fils d’un charpentier que vous trahissez un descendant du fameux Guy de Croisenois, qui suivit saint Louis à la croisade.
Julien ne pouvait contenir sa joie. Il fut obligé de descendre au jardin. Sa chambre, où il s’était enfermé à clef, lui semblait trop étroite pour y respirer.

Stendhal, Le Rouge et le Noir, chapitre XLIII - Et moi, je vais séduire sa fille !...

Oui,excuse moi j'ai fais un vulgaire copier/coller j'ai pas du tout fais attention
As-tu une petite idée ?

9 (Modifié par Pyrame 18/03/2015 à 10:26)

Stendhal, Le Rouge et le Noir, chapitre XLIII - Et moi, je vais séduire sa fille !...

Par exemple: en quoi ce texte marque-t-il la réussite d'un parvenu? En quoi constitue-t-il une revanche sur la société pour Julien? En quoi les effets de la déclaration d'amour de Mathilde sont-ils si inattendus en s'élargissant à une revanche sur la société?
Quelque chose de ce goût-là...

J'imagine que tes axes ne peuvent pas suivre le mouvement du texte, c'est ça? Ils doivent être thématiques?

Voici une petite esquisse de plan:

Introduction : les effets inattendus de la déclaration d’amour sur Julien : pas la joie d’un amour réciproque, l’attention ne se fait pas sur elle, ou sur ses sentiments pour elle, mais sur lui !
I] Des remords vite oubliés
1) Julien se remémore sa condition (au lieu de penser à sa maîtresse) et son traitement
2) L’immoralité des gens de hauts rangs (du marquis de la Mole)
3) …qui aboutit à une justification de son amour et de sa future relation.

II] La réussite d’un parvenu. Une revanche sur la société.
1) Julien se sent l’égal de ses maîtres.
2) La victoire contre son rival (le promis de Mathilde).
3)  Elargissement de sa propre victoire à un victoire du Tiers-Etat contre la vieille aristocratie.

10

Stendhal, Le Rouge et le Noir, chapitre XLIII - Et moi, je vais séduire sa fille !...

Il faut dire que je n'en demandait pas tant mais merci pour tout, je bloquais seulement sur les grandes parties du plan