Master de philosophie à l’ENS

Bonjour à tous.

Je suis actuellement en L3 de philosophie à Nanterre et souhaiterais intégrer le phimaster de Lens en philosophie contemporaine.
Mes notes du premier semestre tournent autour de 14 (est ce une note honorable ou non,  je ne sais, je suis en formation à distance), alors que j'ai frôlé l'admission a l'ENS l'année dernière.
Mes notes et commentaires de prépa sont par ailleurs très bons.

Ma question est donc la suivante : savez vous si mon dossier peut vraisemblablement avoir des chances d'être sélectionné, compte tenu de mes notes a luniversité (qui me semblent tout de même moyennes)?

En vous remerciant pour vos réponses
Cordialement

Master de philosophie à l’ENS

Si tu as été admissible à l'ENS, c'est tout de même un bon point qui jouera en ta faveur, je pense.

Master de philosophie à l’ENS

On ne peut pas vous donner de réponse certaine. Mais vous avez vraisemblablement toutes vos chances.
Vous pouvez également tenter le diplôme de l'ENS si vous êtes attiré(e) par un parcours pluridisciplinaire en parallèle du Philmaster. Rien ne dit que vous serez accepté(e) mais vous semblez avoir un profil intéressant pour être normalien(ne)-étudiant(e).

Master de philosophie à l’ENS

je vous remercie pour vos (très) rapides réponses.
cependant, pourriez-vous m'indiquer les différences entre le Phil master et le diplôme de lens ?
Je ne suis pas sûre de bien saisir : le philmaster ne donne-t-il pas le diplôme de Lens ?

Master de philosophie à l’ENS

Le diplôme de l'ENS est un diplôme d'université et complète une formation classique (L3+Master ou Master). Concrètement, en plus de ton cursus normal (Philmaster par exemple), tu dois valider un certain nombre d'ECTS supplémentaires à l'ENS, souvent dans une autre discipline, mais pas nécessairement. Tu te vois attribuer automatiquement un tuteur qui te suit et te conseille sur ton parcours pendant ton cursus. Si l'admission n'est pas automatique, c'est un plus pour entrer dans la préparation à l'agrégation de l'ENS. Enfin, l'administration et l'association des anciens te considèrent comme un "vrai" étudiant de l'ENS.
Le master cohabilité est un diplôme d'Etat délivré par ton établissement d'inscription principale (l'ENS ou l'EHESS dans ton cas). L'identité "ENS" est moins forte. Tu as au moins une inscription complémentaire à l'ENS qui te donne pas mal de droits (restauration, bibliothèques, vie associative...) grâce au statut de "mastérien". Mais le rattachement à l'ENS est beaucoup moins clair car l'administration ne semble pas toujours familière de ce statut (d'autant que la plupart des masters cohabilités ne sont pas gérés par l'ENS...) et tu bénéficies de droits moins vastes que les normaliens-étudiants et, surtout, que les normaliens-fonctionnaires.
C'est assez complexe et très hiérarchisé... C'est l'ENS en somme!

Master de philosophie à l’ENS

Concrètement, ça veut dire que tu ne seras pas "normalien" (le titre vient d'être élargi aux étudiants, donc à ceux reçus pour le diplôme) et que tu n'auras pas le droit aux à côté de ta formation -ex : les séjours à l'étranger, mais aussi la prépa agrégation qui est moins automatique, etc-.

7 (Modifié par Jb69 10/02/2015 à 11:15)

Master de philosophie à l’ENS

Je suis moi-même passé par cette formation et confirme ce qui a été dit plus haut en ajoutant que les points évoqués ne sont à mon sens pas vraiment dommageables ; l'essentiel étant de pouvoir assister aux cours, profiter de la bibliothèque, et pouvoir travailler sous la direction d'un professeur de l'école. Concernant la préparation à l'agrégation, il faut préciser également que beaucoup de normaliens s'inscrivent à Paris-IV ou Paris-I, soit pour avoir plus d'entraînements, soit parce qu'ils ne sont pas entièrement satisfaits par certains de leurs cours (sachant qu'il est inutile d'assister à différents cours sur le même thème ou le même auteur).

Concernant les conditions d'admission, je dirais que le projet de recherche est essentiel ; un très bon dossier ne suffit pas (ce n'est pas une voie d'entrée pour les étudiants sous-admissibles ou admissibles, le but étant d'élargir le recrutement notamment aux bons étudiants de fac) et inversement un dossier correct peut susciter l'intérêt s'il s'accompagne d'un projet de recherche fécond. L'idéal (c'était mon cas) est sans doute d'avoir obtenu préalablement l'accord tacite d'un professeur (voir liste ici : http://j.dokic.free.fr/philmaster/Encad … 4-2015.pdf)

Il faut savoir que l'encadrement des élèves est assez mince, même si je crois que les choses sont en train de changer grâce à quelques élèves motivés. L'intérêt majeur reste de pouvoir passer par l'ENS et de travailler avec un ou des profs reconnus et compétents sur le sujet qui nous intéresse. Il ne faut pas imaginer que l'ENS dispose des meilleurs spécialistes dans tous les domaines. Pour travailler en philosophie politique par exemple, je ne conseillerais pas l'ENS à tout prix. En revanche, aller chercher Mathias Girel pour étudier le pragmatisme est une bonne idée.