Shakespeare, Macbeth - Le beau est affreux, et l'affreux est beau.

Bonjour. Alors en fait, je n'arrive vraiment pas à rédiger ma dissertation. Je suis embrouillée avec les commentaires qu'on a fait, ainsi que les questions de corpus, donc même si j'essaie de lire pour comprendre en quoi ça consiste je trouve vraiment pas. En plus mon sujet m'inspire pas du tout. (Dans Macbeth à l’acte I scène 1, les sorcières proclament : « Le beau est affreux et l’affreux est beau. » Dans quelle mesure cette entrée en matière parait-elle prendre compte de la pièce en globalité ? )... J'espère que vous pourrez m'aider...


Merci, et bonne année au passage.

2

Shakespeare, Macbeth - Le beau est affreux, et l'affreux est beau.

La scène est, partie, en Ecosse, partie, en Angleterre

Scène I
[Un lieu découvert. Tonnerre et éclairs.]
Les TROIS SORCIÈRES entrent.

PREMIÈRE SORCIÈRE. Quand nous réunirons-nous de nouveau toutes les trois, — en coup de tonnerre, en éclair, ou en pluie?

DEUXIÈME SORCIÈRE.— Quand le hourvari aura cessé, — quand la bataille sera perdue et gagnée.

TROISIÈME SORCIÈRE.— Ce sera avant le coucher du soleil.

PREMIÈRE SORCIÈRE.— En quel lieu?

DEUXIÈME SORCIÈRE.Sur la bruyère.

TROISIÈME SORCIÈRE.— Pour y rencontrer Macbeth.

PREMIÈRE SORCIÈRE.J’y vais, Graymalkin.

LES TROIS SORCIÈRES.— Paddock appelle… Tout à l’heure!… — Le beau est affreux, et l’affreux est beau. — Planons à travers le brouillard et l’air impur.

Les sorcières s’évanouissent.

3 (Modifié par Jean-Luc 01/01/2015 à 14:54)

Shakespeare, Macbeth - Le beau est affreux, et l'affreux est beau.

Macbeth est placé sous le signe de la confusion
- entre chien et loup,
- entre illusion et réalité,
- entre bien et mal,
- par la célébration paradoxale d'une beauté barbare...
Regarde ces pages du site https://www.etudes-litteraires.com/macbeth.php

Shakespeare, Macbeth - Le beau est affreux, et l'affreux est beau.

Oui, c'est bien ça le problème. Je suis totalement confuse. Macbeth est considéré comme un héros, mais il fait le mal. Sa femme est couverte d'éloges, mais c'est elle qui est à la tête du meurtre de Duncan. Donc la première partie de la citation semble correspondre à la pièce, mais la deuxième partie... Et surtout, cette citation a une limite donc cela m'embrouille encore plus.

5

Shakespeare, Macbeth - Le beau est affreux, et l'affreux est beau.

La laideur, ce sera le crime, les noirs projets  mais Shakespeare en fait une pièce magnifique. Comment ?

Pense à Baudelaire qui veut atteindre le beau en évoquant le laid.

Shakespeare, Macbeth - Le beau est affreux, et l'affreux est beau.

Est-ce possible de "couper" la citation en deux ? Que dans une première partie je me penche sur "le beau est affreux" et dans une deuxième "l'affreux est beau" ?

7

Shakespeare, Macbeth - Le beau est affreux, et l'affreux est beau.

Si tu revoyais la définition du chiasme et l'effet qu'il veut produire ...

Shakespeare, Macbeth - Le beau est affreux, et l'affreux est beau.

Là, il établie des parallèles non ?

9

Shakespeare, Macbeth - Le beau est affreux, et l'affreux est beau.

Antithèse ou parallèle, les termes me semblent liés.

Shakespeare, Macbeth - Le beau est affreux, et l'affreux est beau.

Le seul problème c'est qu'il faut que cela réponde au sujet et je ne vois pas comment, mais merci.