1

Hugo, Elle avait pris ce pli...

Bonjour, j'habite en Belgique et j'ai un devoir à rendre dans 3 jours Il s'agit d'un commentaire de texte sur "Elle avait pris ce pli" de Victor Hugo. Pour mes axes j'ai pris la complicité de VH et sa fille, et le fait qu'il lui redonne la vie à travers son poème. Donc pour mon premier axe je dois montrer qu'il s'agit bien d'habitudes, à l'aide de procédés. Est-ce que l'imparfait, ayant donc une valeur d'habitude, est-il un procédé?

Elle avait pris ce pli dans son âge enfantin
De venir dans ma chambre un peu chaque matin ;
Je l’attendais ainsi qu’un rayon qu’on espère ;
Elle entrait et disait : Bonjour, mon petit père ;
Prenait ma plume, ouvrait mes livres, s’asseyait
Sur mon lit, dérangeait mes papiers, et riait,
Puis soudain s’en allait comme un oiseau qui passe.
Alors, je reprenais, la tête un peu moins lasse,
Mon œuvre interrompue, et, tout en écrivant,
Parmi mes manuscrits je rencontrais souvent
Quelque arabesque folle et qu’elle avait tracée,
Et mainte page blanche entre ses mains froissée
Où, je ne sais comment, venaient mes plus doux vers.
Elle aimait Dieu, les fleurs, les astres, les prés verts,
Et c’était un esprit avant d’être une femme.
Son regard reflétait la clarté de son âme.
Elle me consultait sur tout à tous moments.
Oh ! que de soirs d’hiver radieux et charmants
Passés à raisonner langue, histoire et grammaire,
Mes quatre enfants groupés sur mes genoux, leur mère
Tout près, quelques amis causant au coin du feu !
J’appelais cette vie être content de peu !
Et dire qu’elle est morte ! Hélas ! que Dieu m’assiste !
Je n’étais jamais gai quand je la sentais triste ;
J’étais morne au milieu du bal le plus joyeux
Si j’avais, en partant, vu quelque ombre en ses yeux.

Hugo, Elle avait pris ce pli...

Bonjour.

Oui, je pense. Les imparfaits d'habitude sont particulièrement nombreux dans ce poème.

Hugo, Elle avait pris ce pli...

Oui. Attention, toutefois à ne pas compter le premier verbe dans les imparfaits. Mais effectivement tu peux dire que le choix de l'imparfait évoque un passé rituel et s'oppose à un seul  vers au présent qui renvoie à la rupture de la perte de l'enfant. Il semble que Victor Hugo veuille occulter le présent douloureux en se rejetant dans un passé heureux.

Hugo, Elle avait pris ce pli...

tu mettra quoi dans le grand I comme procedes  ?

5

Hugo, Elle avait pris ce pli...

Bonjour, dans le poeme "elle avait pris ce pli" de victor hugo, est-ce qu'il s'agit d'un registre lyrique ou pathetique? Parce que les procedes correspondant au registre pathetique collent mieux avec le poeme, que les procedes du registre lyrique...

6

Hugo, Elle avait pris ce pli...

Il y a bien sûr l'expression des sentiments, du souvenir, de l'expression personnelle (je), de l'évocation d'un  bonheur enfui ... donc un registre lyrique.
Pour être dans le registre pathétique, il faut chercher à apitoyer le lecteur, se  lamenter avec l'excès lexical et syntaxique que cela suppose.

Affaire de ressenti.
J'y vois surtout du lyrique mais aussi un peu de pathétique même si les souvenirs évoqués sont doux et remontent à dix ans. (Léopoldine avait 11 ans en 1835)
Cela dit, ce poème porte la mention : novembre 1846, jour des morts. (donc trois ans après la noyade de léopoldine)

Hugo, Elle avait pris ce pli...

Malgré le caractère tragique de cette catastrophe personnelle, je ne ressens pas le registre pathétique.
Bien sûr, le poème, expression du sentiment, est lyrique.
Au delà de la douleur latente, comme l'écrit Floreale, il est daté du jour des morts, j'y lis plutôt la nostalgie du passé.