Balzac, Le Chef-d’œuvre inconnu - Porbus s'inclina respectueusement...

Bonjour, je dois faire une etude sur ce passage le chef d'oeuvre inconnu mais j'ai beaucoup de difficultés à trouver et visualiser l'analyse, j'ai deja fait de petits trucs mais j'trouve que ce n'est pas assez donc j'attend vos réponses bonne soirée

Rappel des règles
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

Voici le texte:

Porbus s'inclina respectueusement, il laissa entrer le jeune homme en le croyant amené par le vieillard et s'inquiéta d'autant moins de lui que le néophyte demeura sous le charme que doivent éprouver les peintres-nés à l'aspect du premier atelier qu'ils voient et où se révèlent quelques-uns des procédés matériels de l'art. Un vitrage ouvert dans la voûte éclairait l'atelier de maître Porbus. Concentré sur une toile accrochée au chevalet, et qui n'était encore touchée que de trois ou quatre traits blancs, le jour n'atteignait pas jusqu'aux noires profondeurs des angles de cette vaste pièce ; mais quelques reflets égarés allumaient dans cette ombre rousse une paillette argentée au ventre d'une cuirasse de reître suspendue à la muraille, rayaient d'un brusque sillon de lumière la corniche sculptée et cirée d'un antique dressoir chargé de vaisselles curieuses, ou piquaient de points éclatants la trame grenue de quelques vieux rideaux de brocart d'or aux grands plis cassés, jetés là comme modèles. Des écorchés de plâtre, des fragments et des torses de déesses antiques, amoureusement polis par les baisers des siècles, jonchaient les tablettes et les consoles. D'innombrables ébauches, des études aux trois crayons, à la sanguine ou à la plume, couvraient les murs jusqu'au plafond. Des boîtes à couleurs, des bouteilles d'huile et d'essence, des escabeaux renversés ne laissaient qu'un étroit chemin pour arriver sous l'auréole que projetait la haute verrière dont les rayons tombaient à plein sur la pâle figure de Porbus et sur le crâne d'ivoire de l'homme singulier. L'attention du jeune homme fut bientôt exclusivement acquise à un tableau qui, par ce temps de trouble et de révolutions, était déjà devenu célèbre, et que visitaient quelques-uns de ces entêtés auxquels on doit la conservation du feu sacré pendant les jours mauvais. Cette belle page représentait une Marie égyptienne se disposant à payer le passage du bateau. Ce chef-d'oeuvre, destiné à Marie de Médicis, fut vendu par elle aux jours de sa misère.

Balzac, Le Chef-d’œuvre inconnu - Porbus s'inclina respectueusement...

Bonsoir.

Et si tu nous faisais part d'abord des quelques "petits trucs" que tu as trouvés ?

3

Balzac, Le Chef-d’œuvre inconnu - Porbus s'inclina respectueusement...

Il faut, par une analyse serrée, que tu trouves l'originalité de cette description de l'atelier du peintre Porbus. Elle est menée par le regard du néophyte : Poussin.

Un décor hétéroclite et le désordre apparent
La lumière qui vient de la voûte, sa symbolique
L'admiration du jeune peintre qui pénètre dans ce "lieu saint".