21 (Modifié par Jehan 24/12/2016 à 13:36)

À travers la littérature médiévale

Simon UA a écrit :

Je n'ai presque aucune expérience de la littérature médiévale, excepté Sylvain, le chevalier au lion.

Euh... Le chevalier ne s'appelle-t-il pas plutôt Yvain

À travers la littérature médiévale

C'est peut-être une variante !   

23

À travers la littérature médiévale

J'ai même du mal à retenir le titre, c'est dire... 

24

À travers la littérature médiévale

En cette période de fêtes tu auras confondu avec Les Aventures de Sylvain et Sylvette

À travers la littérature médiévale

Voici le début de la geste de Sylvain (XIème siècle, francien) :

Ore entreprens a decliner l’estoire
Du prod Sylvan, qui ot maint pris et gloire.
Plein ot le cuer d’amor esperital
Quant se partist a querre le saint graal.
Tant ert vaillanz et tot plein de droiture
Que nus por lui ni cerchiast aventure.

26 (Modifié par Simon UA 24/12/2016 à 20:11)

À travers la littérature médiévale

C'est intéressant de voir l'évolution de la langue. 

C'est ce que j'apprécie le plus, voir sa transformation.

À travers la littérature médiévale

C'était bien sûr une invention personnelle... 

28 (Modifié par Yvain 02/01/2017 à 12:41)

À travers la littérature médiévale

Un topos : le blason de l'amour charnel.
Tout commence par le regard...

1° Chez Chrétien de Troyes :

Quant vuidie lor fu la chambre,
Lor droit rendent a chascun mambre ;
Li huil d'esgarder se refont,
Cil qui d'amors la voie font
Et lor message au cuer envoient,
Car mout lor plait quanque il voient.
Apres le message des iauz
Vint la douceurs, qui mout vaut miauz,
Des baisiers qui amors attraient.
Andui cele douceur essaient
Et lor cuers dedanz en aboivrent,
Si que a poinnes s'en dessoivrent.
De baisier fu li premiers jeus ;
Et l'amors qui iert entr'aux deus,
Fist la pucele plus hardie :
De rien ne s'est acohardie,
Tot soffri, que que li grevast.
Ainçois que ele se levast,
Ot perdu le non de pucele ;
Au matin fu dame novele.
         Erec et Enide
, éd Champion.   

Li huil = les yeux au cas sujet ; le h évite la confusion avec uil, "vil" (cf huile, huit).
Le cas régime (iauz) figure aussi plus loin.

2° Chez Clément Marot

Fleur de quinze ans, si Dieu vous saulve et gard,
J'ay en Amours trouvé cinq pointz expres.
Premierement il y a le Regard ;
Puis le Devis, et le Baiser après ;
L'Atouchement le Baiser suit de près.
Et tous ceulx la tendent au dernier poinct
Qui est, et quoy ? je ne le diray point.
Mais s'il vous plait en ma Chambre vous rendre,
Je me mettray voulentiers en Pourpoint,
Voyre tout nud, pour le vous faire apprendre
.
       Épigramme 51, éd. Garnier- Flammarion.


Chez Chrétien, la fin du passage n'est guère idyllique : l'initiation à l'amour est souffrance pour la femme, même si celle-ci est un "adversaire" valeureux (De rien ne s'est acohardie / Tot  soffri que que li grevast).
Marot est grivois, mais c'est la loi du genre.

29

À travers la littérature médiévale

La « grivoiserie » de Marot reste charmante pour notre époque, peut-être aussi parce qu'on la lit en français médiéval. 

Quant à Érec et Énide, il est depuis bien longtemps l'ouvrage que je préfère chez Chrétien de Troyes.

Merci pour ces beaux passages (je t'avoue que, si je trouve Marot compréhensible voire facile, je n'arrive pas encore à saisir toutes les subtilités de Chrétien de Troyes sans avoir sous les yeux l'édition bilingue...).

À travers la littérature médiévale

Cette chanson de rencontre propose un remède radical à l'acédie des moines et des moniales... (Anonyme (?), dialecte lorrain, XIIIème siècle).

L'autrier un lundi matin        L'autre jour, lundi matin,
M'an aloie ambaniant,          J'allais me divertissant,
S'entrai an un biau jardin,    J'entrai en un beau jardin,
Trovai nonette seant.           Trouvai une nonne assise.
   Ceste chansonette               Cette chansonnette
   Dixoit lai nonette :               Chantait la nonnette :
   "Longue demoree                "Vous tardez beaucoup,
Faites, frans moinnes loialz.  Moine sincère et loyal."
   Se plus sui nonette,              Si je suis encore
   Ains ke soit vespree,             Nonnette, avant vêpres,
Je morrai des jolis malz.        Je mourrai sous les doux maux.

Cant la nonette antendi,        Quand j'entendis la nonnette,
Que si s'aloit gaimentant,      Qui allait se lamentant,
Maintenant me dexendi         Aussitôt je descendis
Sor l'erbette verdoiant.         Sur l'herbette verdoyante.
   Et elle s'escrie :                    Et elle s'écrie :   
   "Je morrai d'envie                "Je meurs de désir
   Por la demoree                     Tant vous me laissez
Ke faites, moinnes loialz."      Attendre, moine loyal."
   Se plus sui nonette                Si je suis encore
   Ains ke soit li vespree,           Nonnette, avant vêpres,
Je morrai des jolis malz.        Je mourrai sous les doux maux.

La nonain se gaimentoit ;       La none se lamentait ;
Resgardait aval un preit,        En regardant vers un pré,
Vit lou moinne qui venoit,      Elle vit le moine venir,
Qui avoit son frot osteit.        Qui avait ôté son froc.
   Droit vers lai nonette             Droit vers la nonnette
   Maintenant s'adresse,            Vite il se dirige ;
   Si l'ait escolee ;                     Il l'a bien étreinte ;
Et elle s'escrie an halt :         Et elle s'écrie fort :
   Duez, tant buer fu nee,          Dieu, je suis bien née,
   Cant serai amee                    Puisque vous m'aimez
De vos, frans moinnes loialz ! Moine sincère et loyal !

                               (Extrait d'un vieux recueil, traduction personnelle).