Corneille, Le Cid - Pourquoi cette pièce est-elle tragique ?

bonjour à tous,

je suis en 1ère L (équivalent de la 5ème secondaire chez moi en Belgique)
pour mon examen oral en français je dois analyser Le Cid et entre autre expliquer pourquoi cette pièce est tragique. Je voudrais donc parler de la catharsis, de la purgation des passions.
Mais j'ai du mal à déterminer exactement quel message veut faire passer Corneille.

En effet, il met en avant le choix du devoir et de la raison, sur l'amour qui est considéré comme une faiblesse.
Mais comment cela peut-t'il être moralisateur pour un spectateur du 17ème siècle étant donné qu'il court à sa perte en vengeant son père et en faisant souffrir sa maîtresse?

Si vous avez une piste de réflexion sur laquelle me lancer afin de m'orienter vers le but recherché par Corneille quant à la catharsis, je suis preneuse!
Merci d'avance.

2

Corneille, Le Cid - Pourquoi cette pièce est-elle tragique ?

Corneille ne recherche pas a priori la catharsis.
C'est un écrivain baroque qui produit des tragédies héroïques.
Le registre tragique s'appuie sur le conflit insoluble entre des valeurs chevaleresques.
Les héros ne semblent pas maîtres de leur destin.
Ils ne peuvent renoncer à une part d'eux-mêmes ce qui les torture.
Le spectateur les regarde avec pitié et admiration.

Corneille, Le Cid - Pourquoi cette pièce est-elle tragique ?

un grand merci pour votre réponse.
Donc dans le Cid, l'auteur ne cherche pas à purger les esprits?
Ce serait plutôt, comme selon Aristote, un registre tragique qui a pour but d'exciter la crainte et la pitié du spectateur? "rien de plus"?
c'est bien ça?

4

Corneille, Le Cid - Pourquoi cette pièce est-elle tragique ?

Corneille ne croit pas vraiment à la catharsis aristotélicienne, il ne croit pas
« que par la pitié et la crainte, elle purge de semblables passions. Ce sont les termes dont Aristote se sert dans sa définition, et qui nous apprennent deux choses : l'une qu'elle excite la pitié et la crainte, l'autre que par leur moyen, elle purge de semblables passions. Il explique la première assez au long mais il ne dit pas un mot de la dernière, et de toutes les conditions qu'il emploie en cette définition, c'est la seule qu'il n'éclaircit point […] Si la purgation des passions se fait dans la tragédie, je tiens qu'elle se doit faire de la manière que je l'explique; mais je doute si elle s'y fait jamais, et dans celles-là même qui ont les conditions que demande Aristote. Elles se rencontrent dans Le Cid et en ont causé le grand succès : Rodrigue et Chimène y ont cette probité sujette aux passions et ces passions font leur malheur puisqu'ils ne sont malheureux qu'autant qu'ils sont passionnés l'un pour l'autre […] leur malheur fait pitié, cela est constant, et il en a coûté assez de larmes aux spectateurs pour ne le point contester. Cette pitié nous doit donner une crainte de tomber dans un pareil malheur et purger ce trop d'amour qui cause leur infortune et nous les fait plaindre, mais je ne sais si elle nous la donne et si elle le purge, et j'ai bien peur que le raisonnement d'Aristote sur ce point ne soit qu'une belle idée qui n'ait jamais son effet dans la vérité. Je m'en rapporte à ceux qui en ont vu les représentations : ils peuvent en demander compte au secret de leur cœur et repasser sur ce qui les a touchés au théâtre, pour reconnaître s'ils en sont venus par là jusqu'à cette crainte réfléchie, et si elle a rectifié en eux la passion qui a causé la disgrâce qu'ils ont plainte » (Discours de la tragédie, 1660).
S'il admet le rôle de la pitié, il récuse celui de la crainte. Et pour cause ! C'est qu'il est bien conscient que le goût du temps qui se plaît aux tragi-comédies venant d'Espagne s'enflamme pour la jeunesse amoureuse et vaillante. Sans l'admettre ouvertement il a substitué l'admiration à la crainte.

Corneille, Le Cid - Pourquoi cette pièce est-elle tragique ?

Et en ce sens, la question "Pourquoi cette pièce est-elle tragique" est très mal posée ou tendancieuse : Le Cid n'est pas une tragédie.

Corneille, Le Cid - Pourquoi cette pièce est-elle tragique ?

Encore une fois merci, vos réponses sont bien intéressantes.
Vous m'avez bien éclairée et aidée !