Au lieu du Spleen de Paris, le Promeneur Solitaire vous semble-t-il un titre qui rende compte du recueil ?

Au lieu du Spleen de Paris le Promeneur Solitaire vous semble t-il un titre qui rende compte du recueil ?

Bonjour, actuellement en 1ère S ma professeur m'a donné ce sujet à traité mais je me pose quelques questions quand au plan que j'ai commencé. Pourriez vous me dire ce que vous en pensez ? 

Ce que j'ai fait :

I. Le promeneur solitaire est un titre qui rende compte du poème car il illustre des thème récurant du poème

A°) dans se titre on retrouve le thème de la solitude très recherché par Baudelaire
   ex:"l'étranger" "le désespoir de la vieille"  "a une heure du matin" "les veuves" "la solitude" "enivrez-vous" "déjà!" "any where out of the world"

B°) on retrouve le thème du voyage, de la rêverie
     ex: "l'étranger" "une hémisphère dans une chevelure" "l'invitation au voyage" "les dons des fées" " les projets" "les fenêtres" "le port" "la soupe et les nuages" "any where out of the world"

C°) on retrouve le thème de la nature
     ex: "le confiteor de l'artiste" "le fou et la Venus" "les bienfaits de la lune" "un cheval de race"

II. Le promeneur solitaire n'est pas un titre qui rende suffisamment compte du poème car il n'illustre pas des thème récurant du poème

A°) dans le titre on ne retrouve pas le theme du Spleen
     ex:"le désespoir de la vieille" "la chambre double" "le mauvais vitrier" "a une heure du matin" "le crépuscule du soir" "déjà!" "les bienfaits de la lunes" "le tire et le cimetière"

B°) on ne retrouve pas le thème de la ville
     ex: "un plaisant" "la femme sauvage et la petite maîtresse" "le vieux saltimbanque" "le gateau" "les yeux des pauvres" "le joueur généreux" "déjà!" "ville" "any where out of the world"

C°) je n'ai pas encore trouvé...




voilà je ne sais pas si de faire thèse et antithèse répond tout a fait au sujet. Merci et bisous .


                                                                                                                            Goldwin

2

Au lieu du Spleen de Paris, le Promeneur Solitaire vous semble-t-il un titre qui rende compte du recueil ?

Bonjour,

Il y a quelques fautes à corriger.
Ce plan est bon. Il est bien argumenté.
A mon sens il est incomplet car il n'offre pas de dépassement.
Je te propose de développer l'idée suivante : Aucun des titres ne peut convenir car aucun ne rend compte de l'originalité de la démarche. Petits poèmes en prose, le titre définitif, (qui n'est pas abordé) pointerait sur la nouvelle recherche esthétique mais négligerait le projet constant de Baudelaire : changer la vie, retrouver l'Idéal, échapper à l'angoisse et l'ennui par la poésie, au besoin par une forme novatrice...

Au lieu du Spleen de Paris, le Promeneur Solitaire vous semble-t-il un titre qui rende compte du recueil ?

Bonjour et merci d'avoir pris le temps de me répondre 

Pour l'idée que tu me dis de développer je suis tout à fait d'accord avec toi  je me suis rendu compte en trouvant des arguments pour expliquer en quoi ce titre ne rendait pas compte du recueil  que c'était presque le plan opposé au titre Le Spleen de Paris puisque les thèmes qu'il regroupe sont ceux que Le Promeneur Solitaire n'illustre pas et inversement.
Mais comment dois je l'intégrer ? dans une troisième partie ou dans la II ?


                                                                                                      Merci d'avance, Goldwin 

4

Au lieu du Spleen de Paris, le Promeneur Solitaire vous semble-t-il un titre qui rende compte du recueil ?

Dans une 3e partie en proposant le titre définitif, lui aussi assez décevant...

5

Au lieu du Spleen de Paris, le Promeneur Solitaire vous semble-t-il un titre qui rende compte du recueil ?

Il y a eu hésitation. Baudelaire accepte et rejette successivement : "Le Promeneur solitaire" trop proche de Rousseau, "Le Rôdeur parisien", "La Lueur et la fumée" (que Baudelaire aimait, lettre à Houssaye de Noël 1861) et "Poèmes nocturnes" , premier titre oublié par la suite.

Il te faudra choisir ta thèse mais Baudelaire apparaît bien comme un marcheur, un promeneur qui regarde, croise, rencontre et entend "les bourdonnements de la vie extérieure". C'est ce flâneur qui voit au-delà des toits la fenêtre où "vit la vie, rêve la vie, souffre la vie". Ce solitaire qui erre la nuit est aussi attiré par la foule, côtoie la misère, perce le mystère, décrit la nouveauté, cherche ce qui composera les tableaux en prose. C'est la rencontre de l'insolite et du quotidien.

L'hésitation sur le titre est loin d'être secondaire. Elle est symptôme de l'attention particulière que Baudelaire porte au recueil et au mal qui le tourmente.