21 (Modifié par hhanna 06/11/2019 à 15:35)

Du Bellay, Les Regrets, sonnet 34 - Comme le marinier, que le cruel orage...

Bonjour, j’ai un commentaire à faire sur ce sonnet et après des jours de reflexion je ne comprends toujours pas, dans le paratexte, on nous informe de la corruption qui règne à la cour du pape et du mal de pays qu’a Du Bellay mais dans le texte rien n’y fais réfèrence. J’ai penser à une métaphore qui lierait la corruption et le sonnet mais je ne trouve pas, je dois trouver une problématique qui pour moi devrait être : « Comment Du Bellay dénonce t’il la corruption qui règne à Rome à travers ce poème ? ». Je me trompe peut-être, si vous avez une explication je suis preneuse, merci d’avance

22 (Modifié par floreale 06/11/2019 à 15:38)

Du Bellay, Les Regrets, sonnet 34 - Comme le marinier, que le cruel orage...

Pourtant les messages qui précèdent te montrent que dans les deux tercets, Du Bellay file la métaphore pour que son ami Morel comprenne les désillusions de son séjour.

Du Bellay, Les Regrets, sonnet 34 - Comme le marinier, que le cruel orage...

Alors dans le texte il y a une comparaison en 2 parties  1) comme 2) ainsi
Et dans les deux tercets une métaphore ? J’ai noté que Morel est dans ce texte en sureté pendant que Du Bellay est voué au naufrage je ne comprends pas les vers ou il dit « De mille tourbillons son onde renversée :
Tu la vois jusqu’au ciel s’élever bien souvent »
De quoi parle il ?

Du Bellay, Les Regrets, sonnet 34 - Comme le marinier, que le cruel orage...

Tu la vois jusqu’au ciel s’élever bien souvent »
De quoi parle il ?

Il évoque la mer démontée, les vagues énormes qui le menacent.

Du Bellay, Les Regrets, sonnet 34 - Comme le marinier, que le cruel orage...

Ah ! Merci, je comprends deja mieux.
Dans les messages précédents, beaucoup disent que dans le texte il n’y a que 2 personnages, le marin en danger ( le poète ) et Morel mais j’en vois plus, le marinier qui à reussi à rejoindre le port après de nombreux efforts, les « quelqu’autres bien loin » qui ne s’en sortiront sûrement pas, Morel bien en securité au port et du Bellay je me trompe ?

Du Bellay, Les Regrets, sonnet 34 - Comme le marinier, que le cruel orage...

Comme le marinier, que le cruel orage
A longtemps agité dessus la haute mer,
Ayant finalement à force de ramer
Garanti son vaisseau du danger du naufrage,
Regarde sur le port, sans plus craindre la rage
Des vagues ni des vents, les ondes écumer ;
Et quelqu’autre bien loin, au danger d’abîmer,
En vain tendre les mains vers le front du rivage :
Ainsi, mon cher Morel, sur le port arrêté,
Tu regardes la mer, et vois en sûreté
De mille tourbillons son onde renversée :
Tu la vois jusqu’au ciel s’élever bien souvent,
Et vois ton Du Bellay à la merci du vent
Assis au gouvernail dans une nef percée,

-Deux personnes réelles :
Morel à l’abri, du Bellay en grand danger.
- Le premier est comparé au marinier qui a eu le bonheur de rentrer à bon port, le second à ce quelqu’autre qui se débat en perdition dans la tempête.

Du Bellay, Les Regrets, sonnet 34 - Comme le marinier, que le cruel orage...

Merci beaucoup pour votre réponse j’ai enfin compris le texte