1

Nouvelles de science-fiction et psychologie

Bonjour à tous

J'ai récemment mis en ligne plusieurs nouvelles et textes de mon crû.

Voici le lien : http://www.inlibroveritas.net/auteur/4953/david-weber

Pour résumer: des éléments de science-fiction, de psychologie/psychanalyse de fond, et une franchise assez rare en littérature.

N'hésitez pas à me donner un feedback

David

Nouvelles de science-fiction et psychologie

Salut,

En ce qui concerne la nouvelle Le 11 septembre, si la fin fait écho au désir de revanche des américains, c'est bien trouvé. Toutefois, ton style est parfois assez lourd, ce qui fait qu'on n'a pas l'impression d'être à la place d'un enfant de 13 ans. Le contexte enfantin est en soi bien pensé (jeux vidéos, organisation de la journée), mais les phrases de réflexion et de narration font plutôt vieux jeu.

Ceci dit, ce n'est que mon avis. D'autres penseront sûrement différemment.

Bonne continuation en tout cas.

3

Nouvelles de science-fiction et psychologie

Bonsoir,

Pour la fin, ce n'est pas une signification que j'avais envisagé, mais c'est un parallèle intéressant.

Je comprends la distinction que tu fais entre le style old shool (et tu remarqueras que dans old shool il y a school, on retrouve donc ce rapport à l'enfance, mais c'est une blague ultra-poussive lol ^^) et le ressenti qu'on peut avoir en écoutant un gosse de 13 ans parler.

Mais c'est aussi un texte de jeunesse, travaillé sur le fonds mais quand même assez ancien. Sur le lien fourni il y a d'autres travaux plus récents, et puis je vais alimenter le site d'autres oeuvres.

Par curiosité, j'ai regardé ton profil, je vois que tu es bachelier. Si tu écris aussi sur ton temps libre, je serais ravi de te donner également un feedback.

David

Nouvelles de science-fiction et psychologie

Je viens de consulter ton site une nouvelle fois pour y lire Une affaire de nuances. Je dois avouer qu'elle m'a assez plu ; on voit clairement que le style d'écriture est plus riche, plus varié et un tant soit peu inspiré de faits réels. D'ailleurs, tu le précises à la fin ; il s'agit d'une relation que tu as vécue pendant au moins un an et qui s'est terminée dans la prise de conscience de la nécessité d'en sortir.

D'ailleurs, elle m'a clairement demandé de lui écrire un texte en hommage; elle fût assez peu flattée du résultat.

S'il s'agit de ce texte, il y a de quoi : les filles aiment être flattées et ne pas prendre le rôle du grand méchant . Ce que j'ai bien aimé aussi, c'est la phrase de fin qui vient clôturer ta nouvelle : "Désormais, nous savons tous les deux qu'il s'agit d'une simple affaire de nuances". Je la trouve intéressante dans le sens où il y a inversion des rôles : celui qui se livrait au plaisir des passions charnelles se retrouve dans la situation inverse, dans le sens où ce n'est plus lui qui donne, mais reçoit. Tu avais à un moment parlé de viol : ce mot peut, d'une certaine façon, évoquer la situation fragile de certains couples, dans lesquels certaines femmes ne se sentent plus du tout heureuses avec leur conjoint, mais aussi l'enfer que tu as vécu (l'enfer, j'exagère, mais tu retiens un mauvais souvenir de cette expérience) en tant que garçon, et ça, ça change la donne habituelle "femme soumise à l'homme". Personnellement ça m'est déjà arrivé de me retrouver dans des situations où finalement je me rendais compte que ma petite amie du moment se montrait tout d'un coup sous son vrai jour, avec une vision des choses radicalement différente de ce que j'aurais pu penser. Dans ces moments-là, on a peur. C'est ce que j'ai retrouvé dans cette nouvelle.

Mais je diverge sans doute un peu ; peut-être voulais-tu faire passer un autre type de message. En tout cas, je ne peux que t'encourager à écrire, le style est plaisant.

5

Nouvelles de science-fiction et psychologie

Hello,

Désolé du petit délai de réponse. Tu as raison, c'est bien le message que j'ai voulu faire passer en filigrane, que l'ange d'un jour peut être le démon de demain, et que la vie d'un couple est loin d'être lisse.
Et cette peur j'aurais pu la développer, surtout que dans la réalité c'est bien de ce qu'il s'agit; face à une fille impulsive et avec des accès de violence, un sentiment de panique, de frayeur pure, émerge.

Tu ne diverge pas tellement; mes textes sont à visée universaliste, je m'adresse surtout aux gens qui ont souffert et qui on besoin d'une voix.

Pour être clair là dessus, il y a un livre sorti il y a peu, "En finir avec Eddy Bellegueule" de Eddie Louis, le récit auto-fictionnel (mais grandement autobiographique) d'un jeune homosexuel ayant vécu durant sa jeunesse dans un petit village provincial de ploucs dégénérés.

C'est un sujet qui est peu abordé en littérature, les problèmes sociologiques ou de violence à la campagne. Pourtant, les gens qui vivent ce genre de situation, en pensant leur vie misérable et banale, doivent comprendre que cette banalité n'est pas exclusive; d'où l'utilité du bouquin.

C'est pour cela qu'un auteur comme Michel Houellebecq marche si bien, très critiqué, ou mal lu, il laisse pourtant la part belle à ces anti-héros du quotidien.

L'un des buts de la littérature est, à mon sens, de réconforter ces personnes n'ayant pas forcément voix au chapitre.

David