1

Comment tester le métier de professeur ?

Bonjour à toutes/tous,

Voilà mon problème : j'ai 25 ans, un M2 de lettres en poche et l'envie de faire enfin mes premiers pas dans la vie active et de partager mes connaissances. Je me suis inscrite pour la préparation du CAPES de lettres modernes mais je n'arrive pas à me motiver pour la simple et bonne raison que je ne suis pas sûre de vouloir obtenir ce concours.

En effet, je n'ai jamais été responsable d'une classe d'adolescents et, pour ajouter à mes doutes, beaucoup de ceux qui me connaissent me disent que je fais plus "instit" que prof et que je me ferais "massacrer" devant des collégiens, étant plutôt calme et réservée (pour ne pas dire timide et complexée). Je voudrais pourtant enseigner au collège car l'étude de la langue me plaît davantage que la littérature : je m'ennuierais ferme au lycée et je ne parviendrais pas à motiver les élèves, n'étant moi-même guère emballée par les exercices de la dissertation ou du commentaire de texte...

Autre problème : je n'ai pas plus d'expérience du primaire que du secondaire. J'ai eu la chance de rencontrer une dame très gentille, directrice d'école, qui est prête à m'accueillir dans sa classe pour un stage d'observation non officiel. Spontanément, connaissant mon caractère, je préfèrerais me retrouver devant des enfants plutôt que des adolescents : je n'aurais aucune appréhension si l'on me disait "tu vas devoir faire cours à des CM2 ou à des 6ème" mais j'irais à reculons devant une classe de 4ème ou de 3ème...

Outre la question de l'autorité, je ne vois que des avantages et des inconvénients des deux côtés (primaire / secondaire) et ma préférence varie suivant mon humeur du moment : c'est tout simplement désespérant... Les deux concours ne m'effraient pas spécialement car je serai prête à travailler à fond lorsque mon choix sera définitivement arrêté. Je me suis inscrite cette année aux deux concours, CAPES de lettres et CRPE, mais si je reste dans l'incertitude je ne décrocherai ni l'un ni l'autre (pas facile de se concentrer sur ses cours lorsqu'on n'est pas sûre que le jeu en vaille vraiment la chandelle...).

En ce qui concerne le stage d'observation au collège, ma tutrice (qui est un prof formidable) m'a dit elle-même que ce n'était guère représentatif car il y a un fossé gigantesque entre observer - ou même dispenser - un cours dans une classe "domptée" dès le début de l'année par un prof expérimenté et se retrouver propulsé en ZEP, seul maître à bord après Dieu ou toute autre divinité...

Merci à tous ceux qui auront eu le courage de lire mon témoignage jusqu'au bout (écrit pour me décharger le cœur au lieu de réviser...) et qui pourront peut-être me donner quelques conseils.

2

Comment tester le métier de professeur ?

Une question simple ... Dans ta vie familiale, sociale, avec quel public as-tu le contact le plus facile ? Quel public t'intéresse d'abord ? Auquel as-tu envie d'expliquer, de montrer, de faire découvrir ? As-tu une autorité "naturelle" ?

Personnellement, j'ai sû très vite que j'étais à l'aise avec les 16-20 ans.

3

Comment tester le métier de professeur ?

Bonjour Floreale,

C'est là le problème : dans ma vie familiale, il n'y a ni adolescent ni enfant (je suis (de loin) la plus jeune côté frères / sœurs / cousins / cousines et je n'ai ni neveu ni nièce).

Dans ma vie sociale, j'ai déjà donné (et je donne encore) des cours particuliers à des étudiants. Ça se passe bien, j'ai un bon contact et en général j'arrive à briser la glace assez rapidement car j'aime bien rire et plaisanter mais c'est une technique qui n'est pas valable devant toute une classe. Je ne pense pas avoir d'autorité naturelle, je suis plutôt du genre bonne poire qui ne sait pas dire "non" et je redoute beaucoup les situations de conflit lorsque le ton monte (l'agressivité me rend malade). Voilà pourquoi j'appréhende d'être confrontée à des adolescents plus ou moins en crise, tout en n'ayant eu aucun contact avec des enfants.

Côté enseignement, comme je l'ai dit je préfère les matières linguistiques aux matières littéraires. J'ai assisté durant mon master à des réunions sur le thème de l'apprentissage de l'orthographe à l'école et j'ai vraiment trouvé cela passionnant. J'essaierai donc d'observer une classe de CM1-CM2 car je pense que c'est une tranche d'âge qui pourrait me convenir ; en revanche, si je devais passer le CRPE, je redouterais d'être mutée en maternelle car je suis loin de l'être ! En fait, je pense que je me situe à cheval entre la primaire et le secondaire, du CM1 à la cinquième. Avant le CM1, j'aurais peur de ne pas avoir les qualités "maternelles" requises pour m'occuper de ces jeunes enfants ; au-delà de la cinquième, j'aurais peur de me faire marcher sur les pieds...

Comment tester le métier de professeur ?

Malheureusement, pour avoir enseigné à différents niveaux (y compris sixième/cinquième), la question de l'autorité n'est pas vraiment une question d'âge. J'ai connu des sixièmes plus difficiles que des lycéens et des troisièmes encore plus calmes que des primaires.
Évidemment, plus ils sont jeunes et moins ils risquent de contester l'autorité du professeur, mais ne tombez pas dans l'erreur de penser n'avoir aucun problème avec ce genre d'élèves. Vous en aurez fatalement à gérer.

Cela dit, ne désespérez pas pour autant. L'autorité de quelqu'un n'est jamais figée, vous pouvez très bien dépasser votre caractère naturel et devenir sévère lorsqu'il y a besoin. Quand vous tenez une classe, vous êtes comme sur scène : un personnage. Jouez votre rôle et tout se passera bien. Le tout est de savoir se montrer sévère mais juste (ce qui n'est pas facile, certains élèves nous cassent toujours plus les pieds que d'autres, c'est normal). L'élève refuse l'injustice.

Enfin, si vous souhaitez tester le métier de professeur, je n'ai malheureusement pas d'idée en tête vous permettant cela. Il y a bien Emploi d'Avenir Professeur mais vous ne devez plus remplir les conditions nécessaires à l'obtention du poste. Avez-vous déjà essayé les cours particuliers ? Ce n'est pas une gestion de classe, je l'admets, cependant vous pourriez déterminer avec quel niveau vous êtes le plus à l'aise.

Dernier point : je m'apprêtais à vous demander si vous disposez d'autre moyen d'assister à des cours, à l'instar de la proposition de votre amie directrice, et je me suis rappelé l'existence de "documentaires" sur la vie en établissement. Vous pouvez en regarder, mais méfiez-vous. Le succès du film "Entre les murs" (si ma mémoire est bonne, cela date un peu) était aussi grand que son échec dans la représentation de la vie scolaire, par exemple.

Bon courage à vous !

PS : J'espère que vous n'espérez pas faire fortune dans ce métier 

Comment tester le métier de professeur ?

Elle peut toujours occuper un poste de remplaçant pour tester le métier de prof.

Comment tester le métier de professeur ?

Comment tester le métier de professeur ?

En enseignant, bien sûr.
C'est difficile autrement.
Si on a la possibilité d'assister à des cours dans une classe, c'est bien.
Et puis, on a été élève soi-même, on a une petite idée du métier, même si on ne le voit que de l'extérieur.
Cependant, l'enseignement devant des classes de 20 à 38 élèves n'a rien à voir avec des cours particuliers.
Il ne faut pas croire que l'enseignement à des CM2 ou à des sixièmes est forcément plus facile que l'enseignement à des troisièmes ou à des premières.
Personnellement, j'ai enseigné une fois dans ma vie à des sixièmes, je n'en ai jamais redemandé.
Au lycée, j'ai eu des secondes, des premières, des terminales, et j'ai préféré les premières. Affaire de goût.
J'a enseigné dans des collèges situés en zone sensible, comme on dit ou disait, non sans une certaine angoisse à l'annonce de la nomination.
Finalement, tout s'est bien passé avec des quatrièmes et des troisièmes (nette préférence pour les troisièmes), et la mutation en lycée par la suite m'a déçue.
Il est difficile de prévoir ce qu'on va préférer, tant les publics sont différents, que ce soit à l'école, au collège ou au lycée.
Pour ma part, dans l'ensemble, j'ai préféré enseigner au collège, mais en troisième, pas aux tout petits.

Comment tester le métier de professeur ?

Oui, c'est très variable d'une classe à l'autre, d'un établissement à l'autre. Ce n'est pas juste une question d'âge. En zone sensible  la première année mes 3èmes étaient calmes, même un peu "mous" car ils ne participaient pas, et mes 6èmes étaient nombreux et surexcités, ils parlaient à tord et à travers, difficiles à canaliser ! De manière générale au point de vue de la discipline, il me semble que c'est plus facile avec les 1ères et terminales au lycée et avec les 3èmes au collège, mais bien sûr ce n'est qu'une généralité !
Le plus difficile ce n'est pas quand les élèves plus grands "contestent" ton autorité (du moins ce n'est jamais ce qui m'a posé problème), ce qui est épuisant c'est quand tu es face à une classe surchargée que tu ne sais pas gérer, c'est à dire que tu n'as pas su leur faire intégrer les règles de base (ne pas se lever, prendre la parole à tour de rôle, se taire quand tu parles, etc.). Ils peuvent par ailleurs être très aimables avec toi et ne pas du tout te contester, mais tout le monde bavarde, intervient quand il a un commentaire à faire, se lève pour jeter un truc à la poubelle, tu parles dans le brouhaha, et quand tout à coup tu t'énerves parce que tu n'en peux plus, ils ne voient pas du tout où est le problème !  Et ce genre de situation se pose aussi (même surtout) avec des CM1, CM2, sixièmes.
Mais tout cela s'apprend quand on est motivé et qu'on se sent une vocation pour le métier. Ce sont des souvenirs de débutante, on apprend en 2, 3 ou 4 ans environ à gérer. Quel que soit l'âge les règles de gestion de classe et d'autorité sont les mêmes, avec des nuances.

Comment tester le métier de professeur ?

tu parles dans le brouhaha,

Règle d'or : Ne jamais parler dans le brouhaha.
Cela ne sert à rien. Comme ils sont plus nombreux que toi, on ne t'entendra pas.
S'ils sont sympas, tu le leur expliques ou tu l'écris au tableau, car ils risquent de ne pas entendre.
Bien sûr, il faut déjà qu'ils sachent lire.

Comment tester le métier de professeur ?

Voilà, effectivement, mais au début on le fait quand même pour avancer (ce qu'on croit...) et ensuite la mauvaise habitude est prise. Pour moi c'est plus fatigant que lorsqu'un élève bien précis conteste notre autorité en se rebellant, ce qui reste ponctuel et isolé, alors qu'être dans le brouhaha pendant 6 heures par jour parce qu'on n'a pas donné les bonnes habitudes, c'est épuisant (et cela doit être fréquent face à des petits)

10

Comment tester le métier de professeur ?

Bonsoir,

Merci pour tous vos témoignages ! La confrontation de vos expériences diverses et variées dans le monde de l'enseignement me donne matière à réflexions...

Après un premier stage d'observation dans une classe de 6ème, de 4ème et de 3ème, je me suis bien rendu compte que les difficultés variaient considérablement suivant l'âge des élèves. Disons que, spontanément, j'ai eu davantage envie de travailler avec les sixièmes, si "mignons" et si débordants d'enthousiasme et d'énergie, qu'avec les quatrièmes et les troisièmes, dont certains étaient franchement insolents ou endormis. Me connaissant, je crois que je parviendrais mieux à m'imposer pour calmer le joyeux brouhaha qui régnait dans la classe de sixième que pour effacer le sourire goguenard que les plus grands lançaient à la prof... Et même si j'étais incapable d'endiguer ce brouhaha, je pense qu'il me serait plus supportable que l'insolence d'un élève. Ce sont aussi les élèves qui fabriquent le prof, "bon" ou "mauvais", et maintenant que je suis sur le point de passer de l'autre côté du miroir, j'admire tous ceux qui garde l'envie de peaufiner leurs cours pour des élèves ingrats (je sais qu'on n'est pas payé pour les aimer, mais bon...). Et pourtant, ayant moi-même été au collège il n'y a pas si longtemps, je comprends tout à fait que le français ne soit pas  la priorité d'un ado assommé de cours et de problèmes en tous genres...

Voilà mon point de vue à l'heure actuelle (notez l'emploi abondant de modalisateurs...).