1

Laclos, Les Liaisons dangereuses, lettres 96 et 97

Je dois rendre un comentaire comparée entre la lettre 96 et 97 des Liaisons Dangereuses.
Voici le sujet:
En prenant appui sur les deux textes (ressemblances et différences), montrez ce que ces deux lettre à Madame de Merteuil rèvelent:
1. De la personnalité de leurs destinateurs
2. Des types de rapport qu'ils entretiennent avec leur commun destinataire

Nous avons étudié la lettre 97 en cours mais la lettre 96 me pose problème pour ce sujet.

J'ai trouvé des axes:
I. Personnalité du destinateur
  1) A travers le style
  2) A travers le contenu

II.Rapport avec le destinataire
  1) Complicité avec Valmont
  2) Confidente de Cécile

Mon problème est de dire quelque chose sur la lettre de Valmont, à part le champ lexical ou quelques comentaires sur la présnetation de la lettre je ne sais pas quoi dire.

2

Laclos, Les Liaisons dangereuses, lettres 96 et 97

Bonsoir Marquise,

Voilà un canevas qui devrait te permettre d'analyser la fin de la lettre 96.

Liaisons dangereuses Lettre 96 Choderlos de Laclos

Sérieusement, j'étais bien aise d'observer une fois la puissance de l'occasion, et je la trouvais ici dénuée de tout secours étranger. Elle avait pourtant à combattre l'amour; et l'amour soutenu par la pudeur ou la honte; et fortifié surtout par l'humeur que j'avais donnée et dont on avait beaucoup pris. L'occasion était seule; mais elle était là, toujours offerte, toujours présente, et l'amour était absent.
Pour assurer mes observations, j'avais la malice de n'employer de force que ce qu'on en pouvait combattre. Seulement, si ma charmante ennemie; abusant de ma facilité, se trouvait prête à m'échapper, je la contenais par cette même crainte, dont j'avais déjà éprouvé les heureux effets. Hé bien! sans autre soin; la tendre amoureuse, oubliant ses serments, a cédé d'abord et fini même par consentir: non pas qu'après ce premier moment les reproches et les larmes ne soient revenus de concert; j'ignore s'ils étaient vrais ou feints: mais, comme il arrive toujours, ils ont cessé, dès que je me suis occupé à y donner lieu de nouveau. Enfin, de faiblesse en reproche, et de reproche en faiblesse, nous ne nous sommes séparés que satisfaits l'un de l'autre, et également d'accord pour le rendez-vous de ce soir.
Je ne me suis retiré chez moi qu'au point du jour, et j'étais rendu de fatigue et de sommeil: cependant j'ai sacrifié l'une et l'autre au désir de me trouver ce matin au déjeuner; j'aime, de passion, les mines de lendemain. Vous n'avez pas d'idée de celle-ci. C'était un embarras dans le maintien! une difficulté dans la marche! des yeux toujours baissés, et si gros, et si battus! Cette figure si ronde s'était tant allongée! rien n'était si plaisant. Et pour la première fois, sa mère, alarmée de ce changement extrême, lui témoignait un intérêt assez tendre! et la Présidente aussi, qui s'empressait autour d'elle! Oh! pour ces soins-là, ils ne sont que prêtés; un jour viendra où on pourra les lui rendre, et ce jour n'est pas loin. Adieu, ma belle amie.

En quoi l'altitude de Valmont est-elle celle d'un libertin ?

Problématique : Le portrait d’un libertin en action par lui-même

1.    L’absence de sentiments
a.    Il n’est nullement question d’amour : cette inclination est en fait une honte pour le libertin dans la mesure où il entend totalement rester maître de lui.
b.    Il s’agit pour lui d’habileté dans l’exécution : Un stratège de la poliorcétique (art du siège)
c.    le plaisir sexuel comme effet secondaire mais très appréciable
d.    le plaisir principal de la victoire proportionnel à la difficulté du combat

2.    Un prédateur sûr de lui
a.    Un manipulateur
b.    Un fin connaisseur de l’âme féminine
c.    Un observateur cynique
d.    Un calculateur : Le réinvestissement du bénéfice de la victoire sur Cécile pour atteindre le véritable but, la défaite de la Présidente