IEP ou classe préparatoire littéraire ?

Bonjour,

Je traverse une passe très difficile ce soir, insurmontable, à savoir : La crainte de mal choisir son cursus.

J'hésite à faire une CPGE Lettres Sup (parallèle Licence Lettres Classiques) pour me préparer au CAPES et à l'agreg plus tard et devenir professeur de Lettres Classiques.
J'ai lu beaucoup de sujets sur le net, les profs de LC étaient traînés de droite à gauche pour combler les trous des lycées et collèges en manque de prof, les épreuves du CAPES sont assez floues, tantôt on parle d'option LC tantôt c'est le concours du CAPES Lettres Classiques, enfin vous voyez, rien de bien rassurant pour un pauvre Terminale L inquiet. De plus, j'ai peur pour l'avenir des professeurs, et pour le salaire. (Soyons francs, si je fais ça et que je retente une réinsertion professionnelle, je vais avoir du mal à trouver quelque chose de stable qui paie bien ? Je parle d'argent, mais j'anticipe mon avenir, n'y voyez rien de cupide.) Enfin, j'ai la crainte de m'ennuyer.

Ensuite vient l'IEP. Matières qui m'intéressent assez, science politique, histoire géographie, langues (pas de maths ? Parfait si c'est bien vrai). Je travaille mon oral mais j'ai toujours du mal à parler clairement. Ces cursus sont aussi bons les uns que les autres ? CPGE ferme des voies ? L'IEP m'assurera-t-il plus de portes ouvertes ? Un avenir stable et confortable ? Les fauteuils de la haute administration sont-ils confortables ?

Côté niveau scolaire, je suis assez bon, plutôt bon, je tourne aux 14,5 -15 de moyenne générale, cette année il me semble que j'ai haussé le niveau (Je travaille plus, la crainte pré-bac dira-t-on), je dois être dans le top 3 de ma classe, un lycée de banlieue. (Léon Blum, Créteil)

Avez-vous des avis à me faire parvenir ? Merci d'avance !

2

IEP ou classe préparatoire littéraire ?

FabienL a écrit :

J'ai lu beaucoup de sujets sur le net, les profs de LC étaient traînés de droite à gauche pour combler les trous des lycées et collèges en manque de prof, les épreuves du CAPES sont assez floues, tantôt on parle d'option LC tantôt c'est le concours du CAPES Lettres Classiques, enfin vous voyez, rien de bien rassurant pour un pauvre Terminale L inquiet. De plus, j'ai peur pour l'avenir des professeurs, et pour le salaire.

Bonsoir Fabien,

Il y a actuellement un capes de lettres qui comporte deux options : lettres classiques et lettres modernes.
Pour ce qui est des affectations on trouve souvent sur les forums des témoignages de professeurs dont la situation n'est pas toujours idéale. Il ne faut certes pas minimiser leurs plaintes mais on aura sans doute plus tendance à les entendre que les avis des professeurs qui n'ont pas de soucis.

Ces cursus sont aussi bons les uns que les autres ? CPGE ferme des voies ? L'IEP m'assurera-t-il plus de portes ouvertes ? Un avenir stable et confortable ? Les fauteuils de la haute administration sont-ils confortables ?

Pour avoir fait une cpge et voir les différents cursus de mes camarades de prépa je peux t'assurer que les profils et les parcours peuvent être très variés : certains ont intégré des écoles de commerce puis des entreprises variées, science po, des master pro, l'école du Louvre puis les concours du patrimoine, la fac puis l'enseignement, le journalisme voir même des reconversions totales!
Les IEP font miroiter beaucoup et ne donnent pas forcément autant qu'elles promettent.. Il vaudrait mieux l'avis d'un étudiant passé par ce cursus mais pour ma part je n'en ai pas eu que de bons échos.

IEP ou classe préparatoire littéraire ?

Je te remercie pour cette réponse rapide, j'attends avec impatience le vécu de ceux qui ont poursuivi ce cursus alors !

4

IEP ou classe préparatoire littéraire ?

Il me semble qu'une partie ta question se résume ainsi: "Ai-je vraiment la vocation pour être professeur de lettres dans le monde actuel?"  La réponse à cette question dépend en partie de toi-même - laisse mûrir ta réflexion- et aussi du témoignage de professeurs en exercice (que je ne suis pas).
Je te donne quelques pistes de réflexion nourries de ma propre expérience. J'avais hésité à ton âge entre la prépa littéraire et Sciences-Po. J'ai choisi la 2ème solution, parce que:1) je n'avais pas vraiment la vocation pour être prof (j'adorerais l'être maintenant, mais c'est trop tard), 2) la classe prépa littéraire était très risquée en termes de débouchés (au cas où tu rates les concours d'ENS/Chartes/St Cyr).
Aujourd'hui, les choses ont un peu changé: la BEL offre des débouchés alternatifs à l'enseignement, ce qui donne à la prépa littéraire un attrait renouvelé et permet à un élève intéressé par l'enseignement de continuer à réfléchir sur sa vocation en prépa sans craindre de s'embarquer dans une impasse.
Un IEP t'offrira sans doute des débouchés plus variés et rémunérateurs, mais la plupart n'exige pas de vocation particulière, au sens noble du terme. Et au final, tu te dis: d'accord j'ai un bon job, mais qu'est ce qu'il apporte aux autres, de vraiment utile à cette société matérialiste.
Enfin, il faut aussi savoir qu'en dehors d'un concours réussi dans la fonction publique, le diplôme d'un IEP ne te garantit pas à 100% d'avoir un super job (cad bien payé, avec des responsabilités, une reconnaissance professionnelle, et tout et tout): un de mes camarades de promotion (Sciences-Po Paris!) végète depuis des décennies dans un emploi de cadre administratif moyen, sans possibilité réelle de promotion; car une fois sur le marché du travail, il faut se battre pour évoluer et, parfois, tous les coups sont permis.

Il est vrai que l'on entend ou lit des choses négatives sur le métier de professeur en ce moment; j'essaie juste de remettre les choses en perspective, car la réalité n'est probablement pas "c'est tout noir d'un côté et tout rose de l'autre"...

PS: Pour ce qui est des maths, on en fait un peu à Sciences-Po (en tous cas on en faisait à mon époque): A un niveau "light", ce sont des maths financières, utiles notamment pour l'étude des statistiques qui sont une matière obligatoire (mais pendant une année seulement je crois-à vérifier). Je ne crois pas que ce soit rédhibitoire, d'autant qu'il y a d'autres matières pour se rattraper; cependant, je conseillerais de suivre la spé-maths aux élèves de la filière littéraire qui souhaitent intégrer un IEP.
A Sciences-Po, au niveau licence, les étudiants peuvent (pouvaient, mais je ne pense pas que cela ait changé) aussi choisir l'option "Economie Approfondie", qui du coup comporte des maths à un niveau beaucoup plus relevé. Mais en général, les littéraires et les bacheliers économiques se ruent vers les options de spécialité dépourvues de - ou les moins gourmandes en - maths.

IEP ou classe préparatoire littéraire ?

Je te remercie pour cette réponse complète. Dans un sens, elle m'alarme un peu. --> devenir prof ou avoir un diplôme IEP, dans les deux cas la vie n'est pas un long fleuve tranquille (pour caricaturer, bien sûr.)
Faire des maths en IEP ne m'inquiète pas, ce qui m'inquiète c'est de ne pas avoir le niveau (je n'ai pas poursuivi en 1ère L.)
Ensuite je ne sens pas vraiment de vocation, mon avenir se résume à un trou béant de volonté de choisir un métier bien précis.
Enfin, ton anecdote de ton ami de science po Paris m'inquiète encore plus. Seul avantage ici, les professeurs sont titulaires (et moyennement stable) avec un salaire qui évolue au fond de la carrière. Ton ami "pourrit" au fond d'une chaise de bureau sans possibilité de promotion ? C'est assez illogique je trouve, surtout quand on lit les brochures internet du site de Sciences Po...

6

IEP ou classe préparatoire littéraire ?

FabienL a écrit :

C'est assez illogique je trouve, surtout quand on lit les brochures internet du site de Sciences Po...

Ils seraient bien fous de dévaloriser leur formation! Qui s'y inscrirait si on promettait 50% de "chance" d'échec à la sortie?

IEP ou classe préparatoire littéraire ?

Pas faux, mais cette publicité mensongère amène à de grosses déceptions je trouve ça injuste, surtout si les gens pensent comme moi et croient aux chiffres sans y réfléchir ahah

8

IEP ou classe préparatoire littéraire ?

Je ne sais pas précisément ce que disent les chiffres. Je sais seulement que tous les étudiants ne sont pas aussi enthousiastes à la sortie qu'à l'entrée
Les IEP promettent beaucoup, quant à ce qu'elles donnent c'est une autre affaire.

9

IEP ou classe préparatoire littéraire ?

FabienL a écrit :

Pas faux, mais cette publicité mensongère amène à de grosses déceptions je trouve ça injuste, surtout si les gens pensent comme moi et croient aux chiffres sans y réfléchir ahah

Il ne s'agit pas de publicité mensongère: le diplôme est une chose, ce que l'on en fait en est une autre qui ne dépend pas forcément de l'école ou du diplôme d'origine.

Il est indéniable qu'il y a de très belles réussites professionnelles parmi les anciens Sciences-Po, qu'en général les diplômés de grandes écoles s'en sortent mieux que les autres. Cependant, il ne faut pas perdre de vue qu'il y a aussi de moins bons parcours, voire des parcours médiocres; il y a même des diplômés de grandes écoles qui se retrouvent au chômage après un premier ou un énième emploi pour des raisons diverses: restructurations, dérapage professionnel, problèmes personnels. Et l'âge avançant, la réinsertion professionnelle devient de plus en plus délicate.

Je veux dire par là qu'un bon diplôme te met le pied à l'étrier en t'assurant un premier emploi de qualité; mais l'évolution de ta carrière dépendra par la suite de tes performances, des appréciations de tes patrons, mais aussi de la chance, des opportunités dans ton entreprise ou celle que tu convoites, dans le secteur privé. 

Si cette réalité te fait peur, alors il vaut mieux que tu choisisses une carrière dans la fonction publique. Tu auras alors des avancements de carrière assurés, moins dépendants des aléas de la vie; mais il te faudra passer des concours difficiles et sélectifs si tu veux t'assurer un train de vie décent; car les salaires dans la fonction publique sont généralement moins élevés que dans le privé. Toutefois, je te déconseille l'enseignement si tu n'en as pas la vocation.

Justement, Sciences-Po peut te permettre de viser les autres concours administratifs de haut niveau (Banque de France, ENA, Administrateur Parlementaire, de la Ville de Paris, etc.). Dans cette optique, elle est finalement loin d'être une si mauvaise école.

10

IEP ou classe préparatoire littéraire ?

Merci pour tes informations je prends tout ça en compte pour choisir mon futur (proche arghh)