Comment interpréter ce poème (auteur inconnu)* ?

*J'avais initialement attribué ce texte à Roger Vitrac, poète surréaliste trop peu connu. Vous verrez ultérieurement ce qu'il en est.   
_____________________________________________________________


LA CURÉE DE LUNE
Je donne mon cœur
à cette saison vois-tu
dans le ciel ce phénix étrange
la lune tend ses bras et toi
tu joues dans des chambres sombres
paradis mon cœur
me brise l'amour
un jour sois sereine
un jour

Comment interpréter ce poème (auteur inconnu)* ?

   Jacques, nous essayons là de répondre à Kasia et j'en suis rendu à analyser l'apport de l'idée d'anacéphaléose pour donner le sens du lien que recherche (ou nous fait rechercher) Floréale entre les parties de répetitions... C'est un joli poème non dépourvu d'évocations, ça ferait un bon sujet nouveau que tu pourrais ouvrir en nous précisant où se situe ton problème de compréhension ou tout simplement que tu es convaincu qu'on interprète pas un tel poème (cris d'oiseaux, rivages...de ta réponse 7)... mais qu'un doute te taraude. J'y répondrais peut-être en un second temps. But de Benzèma !!! yesss !...   refusé par l'arbitre !.... Grrr !   

Comment interpréter ce poème (auteur inconnu)* ?

Quel bon modérateur tu fais  ! Je déplacerai le sujet.

4

Comment interpréter ce poème (auteur inconnu)* ?

Risqué et peut-être inutile "d'interpréter" un poème surréaliste mais enfin, on peut s'autoriser à laisser se déclencher des évocations avec la polysémie et les images.


Avec une lecture tabulaire,  j'y vois ici comme un décor de théâtre en couleur, en contraste (jour/nuit) : lune, phénix, chambre sombre.
J'y perçois, à tort ou à raison, un règlement de compte, un JEU  entre JE et TU. (Je donne/tu joues)
Et puis un titre qui renforce l'idée de malaise d'un paradis perdu :
Définitions de curée : Partie d'une bête abattue donnée aux chiens. Le moment où l'on fait cette distribution [Vénerie]. 
Lutte acharnée pour obtenir quelque chose [Figuré]. Synonyme ruée 

Rien pourtant n'est définitif. Chasse à l'amour certes, mais c'est sans compter avec le temps : saison, phénix, un jour ...

Comment interpréter ce poème (auteur inconnu)* ?


Je te trouve bien prompte Floréale, je m'épate en modo mais je le soupçonne aussi de faire son Jacquot, à ta place je vérifierais qu'il n'y ait là quelques contrepèteries ou autres cochoncetés... y a comme une odeur !... mêlée de souffre !

Comment interpréter ce poème (auteur inconnu)* ?

Il n'y a aucun des pièges que tu évoques dans ce texte ; je veux simplement que l'on confronte nos "interprétations" sur un poème surréaliste, mais qui ne me semble pas cependant relever de l'écriture automatique. Par contre, je vais le déplacer (je n'ai pas le temps et j'ai peur de faire une bêtise parce qu'il faut créer un nouveau sujet ; si un collègue veut le faire à ma place...)

Comment interpréter ce poème (auteur inconnu)* ?

Mon interprétation.

Un chagrin d'amour. Il souffre, le coeur déchiré. La lune, maternelle, l'enveloppe et il espère que cet amour, instable, renaisse ou que lui-même puisse s'en remettre. Il pense à l'être aimé qui s'éclate dans d'autres lieux pendant que son coeur est dévoré par la douleur d'avoir été rejeté et espère qu'un jour, cet être retrouvera suffisamment de stabilité ou de maturité pour continuer sereinement sa route.

J'adore l'univers de ce poème.
Contrairement à toi, Jacques, je pense que ce poème peut relever de l'écriture automatique.

Comment interpréter ce poème (auteur inconnu)* ?

Mais moi, je ne suis pas persuadé qu'il s'agisse nécessairement d'une relation homme/femme. Pourquoi pas un sentiment de déréliction qui pousserait le "poète" a vouloir s'unir aux éléments cosmiques dans un acte d'adoration et l'attente d'une rédemption ? Par contre, je ne sais pas comment interpréter le "sois sereine" de la fin... En tout état de cause, je ne crois pas que ce poème relève de l'écriture automatique pure. Il date d'après la rupture de 1928.

Comment interpréter ce poème (auteur inconnu)* ?

J'ai pensé aussi à une autre relation que femme/homme, et comme toi le "sois sereine" m'a fait hésiter.
Un instant, j'ai cru qu'il évoquait justement cette fameuse rupture de 1928.
Et, pour moi, il a pu continuer à pratiquer l'écriture automatique après cette exclusion.

10

Comment interpréter ce poème (auteur inconnu)* ?

Je me permets d'avancer un élément de réflexion plus que de réponse.

Au château d'Argol de Julien Gracq a été qualifié de roman surréaliste - à tort selon l'auteur mais avec quelques raisons selon les critiques de l'époque, notamment parce qu'il est de bon ton de donner des étiquettes.

Je suis un grand admirateur de ce livre qui est tout sauf le résultat d'une écriture automatique. On pourra objecter que l'auteur, dans la fougue de sa jeunesse, s'est un peu fait plaisir en utilisant un vocabulaire très riche dont nul doute qu'il provenait de son immense culture littéraire.

Ce roman, même s'il possède une intrigue en filigrane, j'aime le lire en me laissant bercer par les mots, en laissant mon imagination et mon ressenti remplacer, pour une fois, l'éternelle réflexion logique à laquelle je me livre au cours de mes autres lectures.

Pour revenir à la poésie, je suis hélas très peu connaisseur par manque d'éducation littéraire et peut-être aussi d'intérêt personnel. Mais je me soigne... J'ai lu "tout" Rimbaud l'an dernier, et là encore je me suis laissé guider par les mots. Les analyses que j'ai lues ensuite dans les notes de mon édition de La Pléiade ne m'ont pas apporté tant que ça. Je crois que je relirai Rimbaud sans relire ces notes.

Ici aussi, je crois qu'une analyse n'est pas nécessaire. Ce n'est que mon avis.