Rabelais, Gargantua, chapitre 57

Bonjour,
j'ai le chapitre de Gargantua en lecture supplémentaire ci-dessous.
L’abbaye de Thélème, Gargantua, chapitre LVII (1534).


L’extrait :


Toute leur vie était dirigée non par les lois, statuts ou règles, mais selon leur bon vouloir et libre-arbitre. Ils se levaient du lit quand bon leur semblait, buvaient, mangeaient, travaillaient, dormaient quand le désir leur venait. Nul ne les éveillait, nul ne les forçait ni à boire, ni à manger, ni à faire quoi que ce soit... Ainsi l'avait établi Gargantua. Toute leur règle tenait en cette clause :

FAIS CE QUE VOUDRAS,

car des gens libres, bien nés, biens instruits, vivant en honnête compagnie, ont par nature un instinct et un aiguillon qui pousse toujours vers la vertu et retire du vice; c'est ce qu'ils nommaient l'honneur. Ceux-ci, quand ils sont écrasés et asservis par une vile sujétion et contrainte, se détournent de la noble passion par laquelle ils tendaient librement à la vertu, afin de démettre et enfreindre ce joug de servitude; car nous entreprenons toujours les choses défendues et convoitons ce qui nous est dénié.

Par cette liberté, ils entrèrent en une louable émulation à faire tout ce qu'ils voyaient plaire à un seul. Si l'un ou l'une disait : " Buvons ", tous buvaient. S'il disait: "Jouons ", tous jouaient. S'il disait: " Allons nous ébattre dans les champs ", tous y allaient. Si c'était pour chasser, les dames, montées sur de belles haquenées, avec leur palefroi richement harnaché, sur le poing mignonne- ment engantelé portaient chacune ou un épervier, ou un laneret, ou un émerillon; les hommes portaient les autres oiseaux.

Ils étaient tant noblement instruits qu'il n'y avait parmi eux personne qui ne sût lire, écrire, chanter, jouer d'instruments harmonieux, parler cinq à six langues et en celles-ci composer, tant en vers qu'en prose. Jamais ne furent vus chevaliers si preux, si galants, si habiles à pied et à cheval, plus verts, mieux remuant, maniant mieux toutes les armes. Jamais ne furent vues dames si élégantes, si mignonnes, moins fâcheuses, plus doctes à la main, à l'aiguille, à tous les actes féminins honnêtes et libres, qu'étaient celles-là. Pour cette raison, quand le temps était venu pour l'un des habitants de cette abbaye d'en sortir, soit à la demande de ses parents, ou pour une autre cause, il emmenait une des dames, celle qui l'aurait pris pour son dévot, et ils étaient mariés ensemble; et ils avaient si bien vécu à Thélème en dévotion et amitié, qu'ils continuaient d'autant mieux dans le mariage; aussi s'aimaient-ils à la fin de leurs jours comme au premier de leurs noces.

J'en ai fait un petit résumé personnel si ça vous intéresse (avec qq ajouts du web aussi):

L'Abbaye de Thélème. Gargantua - Rabelais

La vie des Thélémites
Leur vie est dirigée non pas par des lois mais par leur libre arbitre c'est à dire selon le principe de "Fais ce que tu voudras". En effet cela leur est possible car ce sont des gens libres, bien nés et biens éduqués.
De plus cette liberté ne les conduit pas à l'individualisme, mais à une sorte d'harmonie sociale : tous font les mêmes choses en même temps (ce qui, à la Renaissance, représentait le comble de l'harmonie, alors que cela nous semble à nous, une forme d'aliénation... ).
les Thélémites ont une culture encyclopédique à la manière de Gargantua (mais les sciences ne sont pas mentionnées, pas plus que les connaissances pratiques : il s'agit de former des courtisans, non des rois !), ils savent donc lire, écrire, chanter, jouer d'un instrument, et maîtrisent 5 ou 6 langues. On termine par l'habituel partage des rôles entre hommes et femmes : aux premiers les exercices physiques et les arts guerriers, aux secondes l'art de plaire (jolies, douces) et les travaux d'aiguille ! Mais rappelons que nous sommes en 1534-35, et non au vingtième siècle... Le but de Thélème : un mariage harmonieux - et l'on verra dans le Tiers Livre qu'un tel mariage relève de l'utopie ! Grande nouveauté pour l'époque, qui ne connaissait guère que des mariages de convenance, du moins chez les Nobles (ce sera encore le cas chez Molière), et réponse humaniste à la querelle des femmes : une femme bien née, bien éduquée, qui se marie par inclination et non par contrainte, ne peut être qu'une épouse heureuse et aimante...
_____

Et j'ai trouvé des questions qu'on pourrait poser à l'entretien comme:
En quoi la vie des Thélémites est-elle une utopie ?
Je dirais que c'est une utopie dans le sens où les gens qui y vivent sont très cultivés et parviennent à vivre en harmonie selon la règle "fais ce que tu voudras". Ce qui est difficile dans la réalité, à cause de la divergence des visions des choses.

En quoi l’abbaye de Thélème correspond-elle à l’idéal d’un esprit humaniste ?
Il y a une foi en l'homme. Cependant cet homme appartient à une élite qui a reçu une éducation parfaite. Et aussi les hommes vivent en harmonie.

Peut-on dire que la devise résume le texte ?
Quels sont les principes mis en application dans l’abbaye de Thélème ?

Si vous vouliez bien m'aider à peut être mieux répondre aux questions. Je ne sais pas si j'y ai répondu de façon assez complète. Voilà merci

2

Rabelais, Gargantua, chapitre 57

Bonjour Ayako,

Tu pourrais ajouter :
- une morale élitiste, fondée sur l'honneur, sur l'émulation généreuse,
- un avatar de l'idéal chevaleresque,
- une société nobiliaire,
- et enfin le présupposé d'un homme naturellement bon, une conception hérétique de la nature humaine (très éloignée des enseignements chrétiens d'une humanité viciée par le péché originel).

Tu peux rapprocher la devise thélémite de cet aphorisme de Saint-Augustin :

Aime et fais ce que tu veux.

Tu serais en droit de penser que Rabelais s'est inspiré du docteur de l'Église en laïcisant la formule. L'idéal de la morale reste une volonté bien orientée et en particulier tournée vers autrui... L'idéal rabelaisien ne se situe pas dans la facilité, ou la licence parce qu'il n'est pas une satisfaction égoïste...

Rabelais, Gargantua, chapitre 57

Bonsoir Jean-Luc,

Quel bonheur de lire vos propos : votre analyse de ce texte...
Quel bonheur aussi de voir, pour une fois, saint Augustin mis à l'honneur...

Muriel

4

Rabelais, Gargantua, chapitre 57

Bonsoir Muriel,

Merci du compliment.
Ce que j'ai voulu faire ressortir, c'est la possibilité que ce texte soit très subversif. Il ne faut pas oublier que Rabelais a été clerc et qu'il a donc sans doute étudié Saint Augustin, père et docteur de l'Église.

Si cette hypothèse est avérée, Rabelais, qui tronque la première partie de la formule augustinienne, (la référence à la Charité, l'Amour divin) donne à la morale de Thélème (Thélème signifie « bon vouloir » en grec) une liberté très humaniste (fondée sur l'homme seul) et s'aventure ainsi hors du dogme chrétien (l'homme est une créature dépendante et abîmée par le péché, incapable d'atteindre le bien par ses seules forces).

Rabelais, Gargantua, chapitre 57

Bonsoir Jean-Luc,

Oui, les deux voies (voix ?) sont différentes... 

Muriel

6

Rabelais, Gargantua, chapitre 57

Bonsoir,

Voila, j'ai parcouru le forum et j'ai vu beaucoup de commentaires de personnes ayant passé leurs oraux. Un d'eux a dit être tombé sur l'abbaye de Thélème de Rabelais et l'examinateur a été jusqu'à demander des exemples précis de passages maniant l'humour, l'ironie dans l'oeuvre en général (GARGANTUA) ainsi que des exemples précis qui montrent les valeurs humanistes selon Rabelais dans l'oeuvre. N'ayant pas lu le livre (nous avons étudié UNIQUEMENT 3 extraits du livre (photocopiés) je n'ai aucune réponse à ces questions. Pouvez vous m'éclaircir svp.

Merci d'avance.

7

Rabelais, Gargantua, chapitre 57

Salut dans l'abbei de thelem, je voulais savoir, si Rabelais fais une critique implicite du clergé ? car il montre tous l'inverse de ce qu'est une abbei certe, mais il a lui même fait partie du clergé ?! donc je comprend pas ! à quoi sert son utopie merci

8

Rabelais, Gargantua, chapitre 57

J'ai aucun commentaire sur l'abbaye de théléme comme mes autres textes aussi  quelqu'un aurai un site où je pourrai trouvé un commentaire ...

Rabelais, Gargantua, chapitre 57

Oui j'aimerai aussi un commentaire sur l'abbaye de thélème ; Gargantua pour l'oral...si vous pouvez m'aider

10

Rabelais, Gargantua, chapitre 57

J'ai besoin d'aide :

C'est sur le chapitre correspondant à l'abbaye de thélème:

En quoi peut-on dire que l'extrait illustre les valeurs humanistes ?

(Rappel supprimé.)