Peut-on considérer la saga Harry Potter comme de la littérature ?

Personnellement je les ai lus, j'ai aimé. Que ce soit de bons romans, je te l'accorde aisément. On a une intrigue bien ficelée, des personnages attachants, et un bel univers (surtout au début). Mais c'est une histoire, c'est un scénario. Il n'y a pas la moindre forme d'expression, de travail sur l'écriture même. Rowling n'en a pas l'ambition, et ne s'en cache pas. Il est simplement idiot de vouloir à tout prix l'ériger en chef-d’œuvre littéraire, en simple raison du succès. En son temps aussi, le mélodrame était un genre ultra-populaire, je doute pourtant que tu n'en aies jamais vu une pièce.

Mépris est un terme inapproprié, mais un amoureux de la littérature (c'est censé être le cas d'un professeur de français) est forcément gêné à l'idée de l'argent et du succès de cette saga, là où des Balzac ont dû fuir leurs créanciers toute leur existence (en n'oubliant au passage pas l'immense dette artistique de Rowling envers Balzac). Il n'est en aucun cas répréhensible de choisir la voie du succès et d'avoir une reconnaissance populaire, c'est le cas de Rowling. Mais il est terriblement naïf de croire que la reconnaissance littéraire va nécessairement de pair. Et peu importe le contexte, s'adresser de cette façon à son prof est insolent.

Je suis curieux de savoir ce que Harry Potter a pour perdurer une fois l'effet de mode terminé. Aujourd'hui déjà, l'effervescence est finie. Il n'y a rien de mal à avoir été ou être passionné par ces bouquins, ça a été mon cas aussi, mais il n'y a pas une once de jalousie à refuser de leur accorder une quelconque valeur littéraire.

12

Peut-on considérer la saga Harry Potter comme de la littérature ?

Google :
"Harry Potter" littérature : 485 000 résultats
"Harry Potter" marketing : 11 600 000 résultats 

Cela n'empêche pas, ou peut-être justifie, que les universitaires s'y intéressent, comme ils se sont intéressés à San Antonio. Dira-t-on pour autant que c'est de la littérature ?
J'ai lu les trois premiers. Le seul premier avec plaisir. J'ai arrêté car ils sont tous bâtis sur le même scénario, je m'ennuyais.

Peut-on considérer la saga Harry Potter comme de la littérature ?

Si on ne fait pas l'effort de commencer par le début et de se souvenir au moins du titre du livre, on peut difficilement accrocher.

Oh ! Ce n'est pas très gentil de prétendre que je n'ai pas fait l'effort. L'accusation est fallacieuse. et le raisonnement n'est pas bon. C'est parce que je n'ai pas accroché, je suppose, que je ne me souviens plus du titre. Et quand bien même, après dix ans, il est permis d'oublier un titre tout de même !
J'ai fait l'effort, je l'affirme. Des efforts, j'en fais toujours beaucoup.
Je viens d'ailleurs de faire l'effort de retrouver le livre. En fait, j'en ai retrouvé trois : un, broché,  en français, Harry Potter et l'ordre du Phoenix (976 pages), deux, reliés,  en anglais : Harry Potter and the Deathly Hallows et Harry Potter and the Half-Blood Prince (607 pages pour les deux)
Je viens même de relire les premières lignes de chacun des deux bouquins en anglais, puisque c'est forcément l'un de ces deux que j'ai commencé à lire.
1.The two men appeared out of nowhere, a few yards apart the narrow, moonlit lane....
2. It was nearing midnight and the Prime minister was sitting alone in his office, reading a long memo that was sleeping through his brain without leavingthe slightest trace of meaning behind...
Eh bien, je ne me souviens toujours pas lequel j'ai commencé. Ah ! fichue mémoire !
Rétrospectivement, j'imagine que j'ai manqué de temps, que je me suis laissé décourager par le nombre de pages.
A little lazy, I confess...
Lorsque j'aurai un peu de loisir devant moi, disons dans un mois, je ferai peut-être l'effort de m'y remettre.

Cela ne remet pas en cause ma première réponse.
Ce n'est pas parce qu'on n'a pas lu ou n'aime pas telle ou telle chose que ce n'est pas de la littérature.
Bonne ou mauvaise littérature, c'est un autre problème et il est tellement subjectif.
Je laisse ce travail aux universitaires et aux critiques dont je ne suis pas.

14

Peut-on considérer la saga Harry Potter comme de la littérature ?

"Aujourd'hui déjà, l'effervescence est finie." Après tout, avec plus de 150 millions d'inscrits sur Pottermore, ouais l'effervescence est finie...

"Rétrospectivement, j'imagine que j'ai manqué de temps, que je me suis laissé décourager par le nombre de pages." C'est dommage.

Peut-on considérer la saga Harry Potter comme de la littérature ?

Moi aussi, je ne comprend pas que certains ne considèrent pas cette saga comme de la littérature, si en terme de reconnaissance de chef d'oeuvre littéraire ont doit bannir l'imaginaire à l'instar de celle qui est présente dans HP, alors je ne suis plus sur de vouloir faire des lettres ..

Ce n'est peut être pas de la littérature classique comme du Balzac ou du Mallarmé mais ça ne veut pas dire qu'on doit l’exclure. C'est une partie de la littérature, une partie qui a construite pour de nombreuses personnes leur enfance.

16

Peut-on considérer la saga Harry Potter comme de la littérature ?

Discussion instructive. J'avais toujours été persuadé que l'auteur de cette série était celle qui avait écrit Oui-oui. Comme j'avais assez peu apprécié Oui-oui, je n'allais a fortiori pas lire une histoire complètement imaginaire avec beaucoup plus de texte. Au temps pour moi.
Au fait, est-ce que Oui-oui, c'est de la littérature?
Une autre question me poursuit, avec plus ou moins d'intensité:
Quelle différence y a-t-il entre faire des photos et faire de la photo?
C'est peut-être ici hors-sujet, mais à partir de quel moment ce que quelqu'un écrit entre dans la catégorie de  la littérature avec un grand l?

Peut-on considérer la saga Harry Potter comme de la littérature ?

Pour ma part, Harry Potter, et cela va fâcher, devrait plus être considéré comme de la Littérature que bon nombre d'autres classiques.

Evidemment, cette réplique va faire jaser. Au final, je ne la pense pas vraiment. Enfin, si, j'en pense une partie : Harry Potter, c'est de la Littérature.

Tout comme tout bouquin écrit.

Ce sont des mots qui se suivent, une histoire qui est racontée (même si la Littérature ne raconte pas toujours une histoire il est vrai), un style personnel (qui plaît ou ne plaît pas, c'est un débat, mais un autre).
Donc, oui, c'est de la Littérature. Qu'on apprécie ou pas.

Si pour vous, Littérature = style, alors dans ce cas, je suis fâché d'apprendre que tous les 'classiques' qu'on m'a fait lire à l'école ne sont à mes yeux pas de la Littérature, mais juste des mots qui se suivent et se ressemblent.
Mince alors.

Et puis, je rajouterai, pour revenir à la première phrase... Harry Potter a donné envie à bon nombres de jeunes à lire. Ce que n'ont pas fait les classiques. Ou, du moins, en nombre fortement réduit. C'est admirable.
Maintenant, "les goûts et les couleurs"...

Peut-on considérer la saga Harry Potter comme de la littérature ?

Bien sûr que c'est de la littérature, comme en leur temps les romans de Pigault-Lebrun ou de Ducray-Duminil...

19

Peut-on considérer la saga Harry Potter comme de la littérature ?

Slifer a écrit :

[…] a donné envie à bon nombres de jeunes à lire. Ce que n'ont pas fait les classiques. Ou, du moins, en nombre fortement réduit.

Parfois il ne suffit pas de regarder son entourage pour pouvoir affirmer de telles paroles.
Il parait aussi insignifiant de comparer une saga de 7 tomes avec les "classiques" qui représentent un nombre considérable d’œuvres de tout temps, toutes époques et ont, heureusement, amené beaucoup de personnes "à lire" puisque les ouvrages ne fleuriraient plus de notre temps si la littérature attendait J. K. Rowling.
A chaque époque ses lecteurs.

Peut-on considérer la saga Harry Potter comme de la littérature ?

Il y a méprise sur le débat. Ce n'est en aucun cas une question de goût ou d'effort d'appréciation. Personne n'a amené d'argument objectif montrant que l’œuvre de Rowling a la dimension d'un classique. Ce n'est pas parce que beaucoup de personnes ont aimé que c'est un chef-d’œuvre. C'est de la littérature, mais décidément je demande à ce qu'on me montre en quoi c'en est de la grande. Je suis curieux qu'on me détaille le style personnel par exemple, car je n'y connais sans doute rien, mais je ne l'ai vraiment pas vu.

Dans la même veine, ce n'est pas parce qu'il existe une importante communauté que la saga soulève toujours les foules. On ne peut pas nier l'effet de mode extraordinaire, mais montrez-nous ce qui en fait l'intérêt pour des générations n'ayant pas connu l'effervescence. Ce n'est pas parce qu'une œuvre est aimée qu'elle est belle.

C'est tant mieux si la saga a donné envie à des jeunes de lire, mais ce n'est là que le rôle de toute littérature jeunesse. C'est une excellente œuvre pour la jeunesse, assurément. Il manque une dimension esthétique, un travail dans l'écriture même pour aller plus loin. Je le redis, Rowling n'a pas l'ambition d'écrire une œuvre littéraire, ne le fait pas et ne le revendique pas. C'est de la littérature, peut-être même de la bonne littérature, mais pas une œuvre littéraire.