1

La notion de prédicativité concernant les pronoms personnels en ancien français

Bonjour,

J'ai du mal à saisir la notion de prédicativité concernant les pronoms personnels en ancien français et notamment les pronoms personnels sujets.
Est-ce que quelqu'un peut m'éclairer svp ?

2

La notion de prédicativité concernant les pronoms personnels en ancien français

Je ne comprends pas très bien votre question. D'un point de vue sémantique, on distingue dans une phrase le sujet (ce dont on parle) et le prédicat (ce que l'on dit du sujet). Le sujet peut bien sûr être un pronom personnel, mais aussi un nom (ou syntagme nominal), un infinitif (Marcher est agréable), même une proposition (Qui vivra verra). Quant au prédicat, il concerne en principe le reste de la phrase : verbe conjugué, attribut ou complément éventuel.

Je pense que cette distinction sujet/prédicat est valable pour toutes les langues, à fortiori en ancien français. Soit vous vous posez un faux problème, soit quelque chose m'échappe...

3

La notion de prédicativité concernant les pronoms personnels en ancien français

En fait, je lisais qu'il y avait un emploi prédicatif du pronom personnel sujet et un emploi non prédicatif.
Or l'emploi prédicatif m'échappait un peu...

4

La notion de prédicativité concernant les pronoms personnels en ancien français

Pour moi, le pronom personnel sujet ne peut être prédicat. Par contre, un autre pronom peut faire partie du prédicat. Par exemple, dans "Je lui parle", vous avez un pronom personnel (Je) formant le sujet. L'autre pronom personnel (lui) fait partie par contre du prédicat "lui parle".

Vous me dites avoir lu quelque chose au sujet d'un emploi prédicatif du pronom personnel sujet. Pouvez-vous m'indiquer précisément votre source ?

La notion de prédicativité concernant les pronoms personnels en ancien français

On distingue, suivant leur fonction dans la phrase, les pronoms personnels sujets et les pronoms personnels objets. Par ailleurs, les pronoms peuvent s’opposer :
- par la forme tonique ou atone. […]
- par l’emploi prédicatif ou non prédicatif. « On dit qu’une forme est prédicative lorsqu’elle est capable de quitter le plan du verbe, c’est-à-dire lorsqu’elle acquiert par rapport au verbe une autonomie qui l’apparente au substantif » (Martin-Wilmet, Syntaxe du moyen français, §261). Avant déjà, G. Moignet avait souligné que « la tonicité appartient aux parties de la langue prédicatives, mais n’en est pas le seul caractère : il faut que s’y ajoute l’autonomie en discours, dont le critère est la possibilité de s’éloigner du verbe et de faire phrase par soi-même, par exemple en phrase elliptique du verbe. Un élément tonique sans autonomie ne saurait être prédicatif » (Le pronom personnel français, p. 86). » Selon l’analyse de P. Skårup, un pronom sera considéré comme disjoint s’il se situe en dehors de la zone verbale, conjoint s’il est dans la zone verbale (Les premières zones de la proposition en ancien français).

Question de terminologie
Nous adopterons, dans la suite de l’exposé, la terminologie de G. Moignet, qui oblige à analyser le rapport du pronom au verbe, appelé aussi prédicat, et parlerons donc de pronom prédicatif ou non prédicatif. Rien n’empêche cependant d’utiliser la terminologie de P. Skårup (conjoint disjoint), ou même d’utiliser les notions de non clitique et de clitique.

(Rapport du jury du CAPES de Lettres modernes, session de 2010)

Pour ce qui concerne plus particulièrement le sujet, cherche "Les critères qui permettent de conclure à la prédicativité du pronom sujet" dans Pour lire l'ancien français de Claude Thomasset, partiellement consultable en ligne.

6

La notion de prédicativité concernant les pronoms personnels en ancien français

Tout cela est intéressant. Mais je ne vois rien allant dans le sens d'un emploi prédicatif du pronom personnel sujet. C'est pourtant là-dessus que s'interroge Metaphora.

Je me permets par conséquent de lui répéter ma question : "Pouvez-vous m'indiquer précisément votre source ?"

La notion de prédicativité concernant les pronoms personnels en ancien français

Vous avez des exemples dans la référence citée
https://books.google.fr/books?id=vlNMLm … mp;pg=PT70

8

La notion de prédicativité concernant les pronoms personnels en ancien français

Je viens de voir ces exemples. Certains me paraissent discutables, sans entrer dans les détails. Pour les autres, je ne vois pas en quoi le pronom sujet joue aussi le rôle d'un prédicat. Il implique par contre le prédicat, ce qui est assez évident ! Autre possibilité : le prédicat est pris dans un sens assez inhabituel. En ce qui me concerne, c'est ce que l'on dit du sujet.

Cela dit, ce forum n'est pas spécialisé en ancien français. Je laisse donc à chacun le soin de se faire une opinion...