1

Doit-on tout faire pour être heureux ? (Bac 2014, épreuve de philo)

Bonjour !
J'ai passé mon bac de philo hier, et après la lecture de plusieurs plans, je pense avoir oublié la notion de la morale. Etait-elle nécessaire ? Personnellement j'ai rattaché la question au temps en la reformulant par "doit-on précipiter le bonheur?". Mon plan est :
I. Le bonheur comme quête ultime de l'homme.
   A. L'âge d'or, l'apogée du bonheur
   B. XIXème : l'homme charnel (plaisir sensuel, gustatif...)
   C. Ephémérité de l'homme : un "animal malade" (conscience de sa temporalité)
   D. Solipsisme : "l'Enfer c'est les Autres" (autrui m'empêche d'être libre, nuit à mon bonheur)
II. L'homme doit attendre le bonheur
   A. Une quête de tous les jours selon Epicure (différencier désirs naturels nécessaires, non nécessaires et
       vains,savoir se contenter de peu, oublier les passions).
   B. Nécessité de connaître le malheur (point de comparaison, aptitude à jouir de ce qu'on a)
   C. l'attente permet de savoir ce qui est bon pour nous (introspection)
   D. L'acquisition nuit au bonheur.
III. Le bonheur comme "imagination de l'Esprit" selon Kant.
   A. Le bonheur est une illusion nécessaire.
   B. L'Homme est-il fait pour le bonheur ? (Etre naturellement angoissé)

qu'en pensez-vous ? Je me dis que je joue un coefficient 7 là-dessus...

Doit-on tout faire pour être heureux ? (Bac 2014, épreuve de philo)

Je précise que je suis une "quiche" en philo... Mais je dois dire que je ne comprends pas grand chose à ce plan, et je vois encore moins en quoi il traite la question posée. Il me semble que vous êtes trop restée axée sur l'histoire des idées, et que vous n'avez (peut-être) pas assez réfléchi personnellement sur les notions de bonheur individuel et collectif, et surtout sur le problème du devoir et de l'action.