1

Stendhal et l'enseignement avant l'école laïque

Je trouve dans l'oeuvre de Stendhal un bon témoignage de l'enseignement avant l'école laïque de Jules Ferry.

Julien Sorel , precepteur qui enseigne le latin dans "le rouge et le noir"

L'abbé Blanes que Fabrice vient voir pour y prendre une "leçon", et qui scrute les étoiles dans "la Chartreuse de Parme". L'abbé s'occupe surtout d'astrologie et pense pouvoir prédire l'avenir en regardant le ciel.

L'école Centrale de Grenoble dans "la vie de Henry Brulard". Ancien collège Jésuite, devenu Ecole Centrale, et aujourd'hui Lycée Stendhal.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Lyc%C3%A9e_Stendhal

Rien à voir avec les Ecoles Centrales qui forment des ingénieurs aujourd'hui !

https://books.google.fr/books/about/Vie … edir_esc=y

Pas de théologie dans "Vie de Henry Brulard" , mais 25 Dieu dont quelques prie-Dieu.  Parmi les occurrences : 49 abbé , 13 curé, 6 chanoine , 1 madone, 35 mathématiques , 1 séminaire et 16 polytechnique (y compris dans les notes).

On trouve 7 fois le mot théologie dans "la Chartreuse de Parme" et 17 fois dans "le rouge et le noir".

Cette forme d'enseignement par les jésuites subsiste encore aujourd'hui, elle me semble incompatible avec l'enseignement des sciences exactes.  Gallilée sous le feu de l'inquisition l'illustre bien , lorsque les religieux se référant à la Bible étaient sûrs que c'est le soleil qui tourne autour de la terre ! "et pourtant elle tourne" , aurait murmuré Gallilée.

Ci-après une dissertation sur Stendhal et les Jésuites.

https://www.google.fr/search?q=Synth%C3 … e+stendhal

Stendhal né rue des vieux jésuites fit ses études chez les jésuites puis à l'école Centrale de Grenoble...

2

Stendhal et l'enseignement avant l'école laïque

Je ne prendrais pas les dires de Stendhal pour parole d'évangile...
Si on table sur les témoignages, en voici un autre, de Voltaire cette fois-ci, dans sa correspondance avec le père Porée, jésuite et son ancien professeur de rhétorique à Louis le Grand : « Vous m’avez appris à fuir les bassesses, à savoir vivre, comme, à savoir écrire. » « Jamais homme ne rendit l’étude et la vertu plus aimables. Les heures de ses leçons étaient pour nous des heures délicieuses ; et j’aurais voulu qu’il eût été établi dans Paris, comme dans Athènes, qu’on pût assister à de telles leçons ; je serais revenu souvent les entendre. »

Stendhal et l'enseignement avant l'école laïque

Frydman Charles a écrit :

Cette forme d'enseignement par les jésuites subsiste encore aujourd'hui, elle me semble incompatible avec l'enseignement des sciences exactes.

Pourtant la liste d'anciens de Ginette et ses résultats aux concours laissent à penser que l'enseignement n'est pas mauvais !

4

Stendhal et l'enseignement avant l'école laïque

Stendhal s'interessait aux mathématiques, voulait faire une carrière militaire , avant de devenir écrivain.

Certaines citations attribuées à Stendhal font supposer qu'en fait il était athée.

http://atheisme.free.fr/Biographies/Stendhal.htm

La seule excuse de Dieu, c'est qu'il n'existe pas."
(Stendhal / 1783-1842 / cité par Nietzsche dans "Ecce homo")

"Le papisme est la source de tous les crimes."
(Stendhal / 1783-1842)

"Je suis athée, Dieu merci !"
(Stendhal / 1783-1842 / parfois attribuée à Stendhal)

Mais aucune certitudes sur certaines de ces citations.


Stendhal était-il profondément rationnel ? Il prônait plutôt l'amour et les sentiments qu'une logique froide !

Clélia dans la Chartreuse de Parme avait fait voeu à la Madone de ne plus voir Fabrice. "Plus voir", cette expression fut interprétée de façon à rencontrer Fabrice uniquement dans  le noir ! Alors que "plus voir" sous entend ne plus rencontrer.

En "toute logique" Clélia supposa que finalement elle avait transgressé son voeu à la Madone et qu'elle en fut punie en perdant son enfant.


Sainte Geneviève , Ginette ? on en parlait lorsque j'étais au lycée Saint-Louis...Deux lycées dont la particularité est de n'avoir que des classes préparatoires aux grandes écoles. L'un privé, l'autre public.A l'époque je me disais que l'enseignement laïque du lycée Saint-Louis ne pouvait pas être comparé à celui de Ginette. J'avais un excellent prof de maths , Damblans ,dont je découvre aujourd'hui qu'il était religieux...
http://www.marcellin-fillere.com/Damblans.php

Cela ne se ressentait pas dans ses cours, mais après coup je constate que la notion d'infini le titillait....

Je rapprochais alors le nom Damblans de "dents blanches" ou "Dame Blanche" , "Blanche de Castille" , la mère de Saint-Louis. Dame Blanche peut également évoquer la Vierge Marie , qui avec le recul  correspondrait bien à ses convictions religieuses. Mais les élèves l'appelait le Dam's en raison d'un chemisier pour Dames du Boul'Mich, au 11 boulevard saint-Michel, à l'enseigne "le chemisier de la femme".

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89tab … 3%A9suites

Le lycée Saint-louis au coeur du quartier latin , ancien collège Harcourt, avait historiquement une tradition anti-jésuites.

Le collège d'Harcourt (actuel lycée Saint-Louis), fondé en 1280 et dépendant de l'université, s'opposa aux jésuites. Jean-Jacques Olier (fondateur du premier séminaire en France), qui tint sa vocation de François de Sales, y fut formé.

Dans "quartier latin" il y a latin...Depuis mai 68 l'image du quartier est un peu moins latine !!!

5

Stendhal et l'enseignement avant l'école laïque

Navré mais je vois mal où vous voulez en venir avec cette suite d'éléments dont la logique m'échappe parfois. Jusqu'au rapport de Stendhal à la religion je suis mais pour le reste: la lycée st louis, le quartier latin??

6

Stendhal et l'enseignement avant l'école laïque

Je me suis certes égaré dans des considérations personnelles.

Le " quartier latin" ,de par son nom, illustre bien l'enseignement avant l'école laïque .Le "Lycée Louis le Grand" ,de par son origine, avait une tradition Jésuite :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Lyc%C3%A9 … 3.A9suites

Son origine remonte au XVIe siècle, puisqu'il fut fondé en 1550 comme collège jésuite dans l'hôtel parisien de l'évêque de Clermont (d'où son premier nom de Collège de Clermont)

Bien que proche géographiquement, c'est moins le cas pour le lycée "Saint Louis", mais Saint-Louis évoque les jésuites !
http://framespa.revues.org/2025
Les Jésuites et la dévotion à saint Louis au xviie siècle : la célébration du Roi très chrétien

La prépondérance du latin connut un tournant au XIXème siècle . Stendhal témoigne dans son oeuvre de cette prépondérance du latin et de son aspect religieux. Il est vrai cependant que Stendhal a plutôt laissé son empreinte à Grenoble qu'au quartier latin !

http://www.fabula.org/actualites/colloq … _62057.php

Stendhal est néanmoins allé à Paris, il y est mort. Une rue porte son nom dans la capitale.

http://www.ecrivains-voyageurs.net/pages/dossier2.htm

7

Stendhal et l'enseignement avant l'école laïque

Oui oui au cas par cas j'entends bien mais c'est la thèse que tous ces exemples illustrent que je ne saisis pas

8

Stendhal et l'enseignement avant l'école laïque

Frydman Charles a écrit :

témoignage de l'enseignement avant l'école laïque de Jules Ferry.

Je n'avais pas tiqué à la première lecture mais l'enseignement laïc est bien antérieur à Jules Ferry

Quant à l'enseignement jésuite, il n'avait pas grand choses de religieux, hormis le fait d'être dispensé par des religieux!

9

Stendhal et l'enseignement avant l'école laïque

L'enseignement laïc avant l'école publique et laïque certainement. Mais la laïcité reste néanmoins synonyme de Jules Ferry par son importance.

L'idée que des religieux puissent faire abstraction de leurs convictions en enseignant des sciences exactes me semble interessante. J'en ai fait moi-même l'expérience personnelle , et je l'ai évoqué plus haut.

Concernant les mathématiques pures et totalement abstraites, sans faire état de leurs applications , c'est peut-être le domaine le plus facile à envisager. Mais la notion d'infini, difficile à appréhender et impossible à vérifier par l'expérience doit provoquer des états d'âmes...

C'est la matière principale évoquée par Stendhal dans "vie d'Henry Brulard". On trouve 3 occurrence du mot "infini" et trois du mot "astronomie" dans cette oeuvre.

Les écoles centrales au sens de "l'école centrale de Grenoble" furent très ephémères ! De 1795 à 1802 !

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89col … C3%A7aise)

La fin des écoles centrales[modifier le code]

Ces écoles centrales suscitent des critiques, qui apparaissent notamment dans l'enquête lancée en 1801 par le ministre de l'Intérieur Jean-Antoine Chaptal. Les principaux reproches exprimés sont une mauvaise coordination avec l'enseignement primaire, le manque d'éducation morale et religieuse, la liberté excessive laissée aux élèves. Surtout, les écoles centrales paraissent peut-être trop révolutionnaires au goût du nouveau régime.


Pour l'astronomie il me parait difficile de concilier l'idée que la terre est le centre de l'univers en filigrane dans la Bible et l'astronomie moderne.

La biologie et l'idée d'Adam et Eve arrivant tous construits sur terre par un coup de baguette magique me semblent incompatibles.

L'archéologie , l'anthropologie donnent des mesures du temps en millions ou milliards d'années, loin des quelques milliers d'années de la Bible.

Stendhal et l'enseignement avant l'école laïque

Pour l'astronomie il me parait difficile de concilier l'idée que la terre est le centre de l'univers en filigrane dans la Bible et l'astronomie moderne.

La biologie et l'idée d'Adam et Eve arrivant tous construits sur terre par un coup de baguette magique me semblent incompatible.

Mais enfin qui va chercher, aujourd'hui, des notions d'astronomie dans la Bible ? Que la terre soit au centre de l'univers fut longtemps la vision commune des civilisations : on voit le soleil et les astres pivoter autour de nous, Ptolémée ne lisait pas la bible, que je sache. C'est précisément un prêtre catholique qui a compris l'héliocentrisme.
Quant à Adam et Eve... Pour les biblistes sérieux ils n'ont pas existé, c'est un mythe, un mythe étiologique, très riche de sens symbolique mais absolument pas un récit circonstancié d'un évènement qui n'a pas eu de témoins...