1

Sujets du bac de français 2014, centres étrangers : Amérique du Nord

Bonjour,

Les sujets du bac de français tombés en Amérique du Nord (Canada et États-Unis) viennent d’être publiés sur le site du lycée Rochambeau (Bethesda, près de Washington) :

Sujet des séries S et ES (objet d’étude : le personnage de roman, du XVIIe siècle à nos jours)

  • Question : La toute-puissance des personnages principaux est-elle révélée par les mêmes procédés littéraires dans tous les textes ?

  • Commentaire : Vous commenterez l’extrait des Misérables de Victor Hugo (texte C) à partir de « Cependant la charrette continuait à s’enfoncer lentement... » (ligne 15) jusqu’à la fin du texte.

  • Dissertation : Selon vous, le plaisir de lire un roman peut-il tenir seulement à la possibilité d’y rencontrer des personnages d’exception ?
    Vous répondrez à la question en vous fondant sur les textes du corpus ainsi que sur les textes et œuvres que vous avez étudiés et lus.

  • Écriture d’invention : Monsieur de Villefort (texte B), hésitant entre méfiance et admiration, tente de se forger un avis sur le comte de Monte-Cristo. Écrivez, sous la forme d’un monologue de roman, les réactions, les sentiments et l’opinion qu’il adopte finalement.

Sujet de la série littéraire (objet d’étude : écriture poétique et quête du sens, du Moyen Âge à nos jours)

  • Question : Comment ces poèmes rendent-ils présents les êtres et les choses dont ils évoquent l’absence ?

  • Commentaire : Vous commenterez le poème d’Hélène Cadou, tiré du recueil Le Bonheur du jour (texte D).

  • Dissertation : Selon vous, l’absence de l’être aimé est-elle la seule source d’inspiration poétique ?
    Vous répondrez à cette question en vous appuyant sur le corpus, les œuvres étudiées en classe et vos lectures personnelles.

  • Écriture d’invention : Dans la préface d’une anthologie, c'est-à-dire d’un recueil constitué d’une sélection de textes, un éditeur justifie son choix de regrouper uniquement des poèmes inspirés par l’éloignement, le manque ou les vides de la vie.
    Vous rédigerez cette préface solidement argumentée.

Source : lycée Rochambeau

2

Sujets du bac de français 2014, centres étrangers : Amérique du Nord

Bonsoir,

Jean-Luc a rédigé un corrigé de la question « La toute-puissance des personnages principaux est-elle révélée par les mêmes procédés littéraires dans tous les textes ? » (sujet des séries S et ES).

Vous trouverez cette proposition de corrigé à cette adresse, sur le site :

Merci Jean-Luc, et bonne nuit à tous !

3

Sujets du bac de français 2014, centres étrangers : Amérique du Nord

Bonjour,

Vous trouverez ici :

un nouveau corrigé rédigé par Jean-Luc.
Il s’agit d’une proposition de réponse à la question « Comment ces poèmes rendent-ils présents les êtres et les choses dont ils évoquent l’absence ? » (sujet de la série L).

Bonne journée !

4

Sujets du bac de français 2014, centres étrangers : Amérique du Nord

Savez vous ou est ce que je peut trouver la correction du commentaire de ce sujet ?? Simplement les grandes idées et les grande parties me suffiront .

Merci d'avance

5

Sujets du bac de français 2014, centres étrangers : Amérique du Nord

Bonjour,

Si vous parlez du sujet de la série L (poème d’Hélène Cadou), vous trouverez des éléments de corrigé sur
http://www.education-et-numerique.fr/0. … 112e700452

6

Sujets du bac de français 2014, centres étrangers : Amérique du Nord

Bonjour, bonsoir à tous.
Mon message concerne ce sujet et plus précisément le commentaire du texte C, extrait des Misérables  --> https://www.etudes-litteraires.com/bac- … d-s-es.php

J'aimerai savoir si le travail que j'ai effectué vous semble juste. Dans un soucis de temps, je n'ai rédigé que l'introduction et effectué le plan. Voilà merci beaucoup, et bonnes révisions à tous ! 

Cependant la charrette continuait à s’enfoncer lentement. Le père Fauchelevent râlait et hurlait :
- J’étouffe ! Ça me brise les côtes ! Un cric ! quelque chose ! Ah !
Madeleine regarda autour de lui :
- Il n’y a donc personne qui veuille gagner vingt louis et sauver la vie à ce pauvre vieux ?
Aucun des assistants ne remua. Javert reprit :
- Je n’ai jamais connu qu’un homme qui pût remplacer un cric. C’était ce forçat.
- Ah ! voilà que ça m’écrase ! cria le vieillard.
Madeleine leva la tête, rencontra l’œil de faucon de Javert toujours attaché sur lui, regarda les paysans immobiles, et sourit tristement. Puis, sans dire une parole, il tomba à genoux, et avant même que la foule eût eu le temps de jeter un cri, il était sous la voiture.
Il y eut un affreux moment d’attente et de silence.
On vit Madeleine presque à plat ventre sous ce poids effrayant essayer deux fois en vain de rapprocher ses coudes de ses genoux. On lui cria : - Père Madeleine ! retirez-vous de là ! - Le vieux Fauchelevent lui-même lui dit : - Monsieur Madeleine ! allez-vous-en ! C’est qu’il faut que je meure, voyez-vous ! Laissez-moi ! Vous allez vous faire écraser aussi ! -Madeleine ne répondit pas.
Les assistants haletaient. Les roues avaient continué de s’enfoncer, et il était déjà devenu presque impossible que Madeleine sortît de dessous la voiture.
Tout à coup on vit l’énorme masse s’ébranler, la charrette se soulevait lentement, les roues sortaient à demi de l’ornière. On entendit une voix étouffée qui criait :
- Dépêchez-vous ! aidez ! C’était Madeleine qui venait de faire un dernier effort.
Ils se précipitèrent. Le dévouement d’un seul avait donné de la force et du courage à tous. La charrette fut enlevée par vingt bras. Le vieux Fauchelevent était sauvé.
Madeleine se releva. Il était blême, quoique ruisselant de sueur. Ses habits étaient déchirés et couverts de boue. Tous pleuraient. Le vieillard lui baisait les genoux et l’appelait le bon Dieu. Lui, il avait sur le visage je ne sais quelle expression de souffrance heureuse et céleste, et il fixait son œil tranquille sur Javert qui le regardait toujours.Victor Hugo, Les Misérables.

Intro:
Victor Hugo (1802-1885) est l'un des principaux acteurs du mouvement littéraire romantique qui prend place au début du XIXe siècle en France. Au cours de sa carrière prolifique, il rédigea de nombreux chefs-d’œuvre, notamment Les Misérables, publié en 1862; qui est une fresque historique, sociale et humaine de son siècle. L'objet de ce commentaire porte sur un extrait de ce roman.
On y retrouve M.Madeleine qui est seul à  réagir de façon courageuse face à une situation dramatique. Comment dans cet extrait le comportement de Madeleine est-il mis en avant et le personnage glorifié ? Pour répondre à cette question, on étudiera tout d'abord la situation dramatique, puis le comportement du personnage principal face à cette dernière qui contribue à sa glorification.

Plan:                I/ Une situation dramatique
                               1) Dilemme qui semble insurmontable
                               2) Registre pathétique qui intensifie la scène
                               3) Effet d'attente qui crée une tension
             
                       II/ Comportement de Madeleine qui contribue à sa glorification
                               1) Seule à réagir - attachement des villageois à ce personnage
                               2) Efforts surhumains
                               3) Humble dans la victoire

Sujets du bac de français 2014, centres étrangers : Amérique du Nord

Salut tout le monde je viens de finir la question de corpus du Bac 2014 Washigton et j'aimerais savoir mon niveau, ce qui ne va pas etc.

Lien du sujet : https://www.etudes-litteraires.com/bac- … d-s-es.php

et voila ma production :

Nous avons dans ce corpus quatre extraits tirées de romans issus du XIXe et XXe siècle. Dans chacun de ces quatre textes, un personnage surpuissant, hors du commun est mis en avant. Afin de faire ressortir leurs puissance les auteurs utilise certains procèdes littéraires qui diffèrent d’un texte à l’autre.

Dans « Le Père Goriot » et « Le Comte de Monte Cristo », les deux héro prennent la parole et la monopolise ce qui montre que les deux personnages un ont certain charisme.
Vautrin, lorsqu’il s’adresse à Rastignac se sent supérieur à lui, il emploie dès le début le mot « mon petit » pour marquer sa supériorité. Vautrin, selon lui connais tout il utilise notamment des réplique pour montrer qu’il est intelligent et perspicace comme (« Je vais vous éclairer » ; « J’ai bien réfléchi »). A la fin du texte, il montre sa supériorité financière, il se permet de donner un « million » à son ennemi.
Edmond Dantès, dans « Le comte de Monte Cristo », comme Vautrin va monopoliser la parole, mais avant cela nous pouvons voir que lors du dialogue, Villefort semble être désemparée par le Jeune Marin, il va enchainer les questions auquel Edmond va répondre clairement. Comme chez Vautrin, cela montre la perspicacité du personnage. Lors de son « monologue », il va dresser son propre portrait de façon méliorative (être exceptionnel), il se compare même à un Roi et de surcroit rabaissent les autres rois en affirmant qu’il est supérieur à eux.

Dans ces deux textes on remarque que c’est les personnages qui affirment leur supériorité par leur propre parole, notamment dans leurs deux monologues respectifs. Dans les deux autres extraits les procédées diffèrent, Hugo fait ressortir le coté puissant de son personnage à travers ses actes tandis que Allain crée une ambiance froide et de silence autour de Fantômas.

Jean Valjean ancien força laisse dans cet extrait son bon côté ressortir et sa force surprenante. Hugo fait de Jean Valjean un héros typique ayant une bonne morale et une grande force physique, même si celui-ci est ex-forçat. Il va sauver un vieillard sans défense au péril d’être renvoyée en prison par l’inspecteur qui se doute de quelque chose. Proposant d’abord « vingt louis » en échange, il fonça courageusement vers la voiture. Il est admiré de tous et son acte est héroïque aux yeux de tous comme le montre « Le dévouement d’un seul… et du courage à tous. ». Il est comparée à « dieu » par le vieillard et on le qualifie de céleste. La dernière phrase montre qu’il n’a aucune peur de Javert.

Dans Fantomas, une ambiance terrifiante se crée pour renforcée l’idée de puissance du personnage. Comme lors d’apparitions ou d’actes divins, mythiques. On a une gradation à la ligne 24 lorsque l’auteur décrit le paysage qui se déclenche avec l’arrivé de Fantomas, tout deviens plus terrifiant et l’auteur répète le mot « plus » pour souligner cette idée.

Ainsi, dans ces quatre extraits, nous pouvons observez les différentes manières dont un personnage peut être mis en avant ainsi que leur toute-puissance.


Voila merci d'avance.