1

Le roman doit-il nécessairement raconter des histoire de héros que l'on admire et qui ont des destins extraordinaires ?

voila
je suis élève de 1ère S, je dois faire une dissertation pour la rentrée, mon prof nous a donné une fiche méthode mais je ne m'en sors pas....
Je n'arrive pas à trouver des idées pour mon sujet... "Le roman doit-il nécessairement raconter des histoire de héros que l'on admire et qui ont des destins extraordinaires?"

Rappel des règles
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

2

Le roman doit-il nécessairement raconter des histoire de héros que l'on admire et qui ont des destins extraordinaires ?

Ce sujet avec ses variantes a déjà été abordé sur le site.

Il faudrait revoir les différentes acceptions du terme "héros".
Tu dois sans doute t'appuyer sur les textes du corpus et sur tes lectures personnelles ?

I. Bien sûr, on peut être attiré par des héros positifs :

Celui qui préfère le héros positif admirera les qualités hors du commun, le destin extraordinaire ... qui le sortent de son quotidien. Il peut susciter l'admiration, le rêve d'un destin hors du commun. Ce type de personnage est remarquable souvent par son caractère, ses actions, son influence ...

II. Les héros négatifs sont intéressants aussi
Le héros négatif, porteur de valeurs anti-héroïques et en général antisociales, peut fasciner des lecteurs pour son audace, son cynisme, son manque de scrupules pour réussir.

III. Et puis il y a les anti héros
les obscurs, les sans grade, les personnages ordinaires qui peuvent nous ressembler avec leurs qualités et leurs défauts mais que le romancier place dans des univers différents du nôtre. Sorte de "héros décalés" dont nous observerons le comportement dans des situations inattendues.

C'est tout l'art du romancier que de faire vivre des êtres de papier et de nous intéresser à leur personnalité et leur destin. On peut être admiratif devant le comportement du Docteur Rieux dans la Peste de Camus.
Le lecteur peut  aussi aimer la crapule en raison de la part d'ombre en chacun de nous ...  On peut suivre, avec intérêt et sans adhérer, Julien Sorel, Emma Bovary, Frédéric Moreau, Georges Duroy. On peut être intrigué par Meursault. Celui qui préfère l'anti-héros acceptera un personnage ordinaire auquel il peut s'identifier, qui le rassure avec son lot de qualités et de défauts.

3

Le roman doit-il nécessairement raconter des histoire de héros que l'on admire et qui ont des destins extraordinaires ?

oui je dois m'aider de l'étranger de camus des liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos et d'un corpus composé de résumé des œuvres du mythe de Sisyphe de l homme révolté et de préface a l édition américaine de l'étranger..