1

Demande de correction de l'orthographe d'un texte

Bonjour,


Qui peut m'aider à corriger  orthographe  et syntaxe de deux textes argumentatives? Merci à tous!!    

Voilà:

La modernité se manifeste dans le conte le Double de Franz Hellens par la présence d'une histoire originelle et fantastique inscrite dans une réalité actuelle caractérisée par diverses  styles.

    En premier lieu, ce conte se définit moderne par son caractère insolite et fantastique: dans une riche famille hollandaise fondatrice d'un commerce coloniale, Hendricus, un garçon avec un caractère fragile et doux est force par son père à partir à Batavia. Une fois sur place, il est fascine par l'antique sagesse. L'énigme se pose alors tout naturellement: suite à de manipulation mystérieuse le protagoniste crée son double en version femme. Ce phénomène aboutit au changement du caractère d'Hendricus queà la fois le conduira à commettre des meurtres . Il ne se traite pas donc de la classique histoire d'amour ou d'héroïsme, cette fiction sort de la banalité et surprend en dévoilant la vie sous un autre jour et sous une toute nouvelle lumière. Le lecteur peut ainsi se rapprocher de la réalité peu habituelle tourbe par un évènement surn aturel, le doublement d'Hendricus. Un tel phénomène révèle la présence du fantastique dans la fiction. Cependant le responsable de ce bouleversement de la réalité est le protagoniste car le fantastique n'est prouvé par aucune science objective mais seulement par la croyance d’esprit du Hendricus. Pour cette raison le conte se défini par un fantastique réel qui n'est pas dans ce conte générateur d'éprouvant, il n'est pas indispensable de faire appel à des monstres, infernaux ou terrestres, pour obtenir l'effet de trouble; le fantastique réel ne secoue que les nerfs de l'âme et la sensibilité et la spiritualité d'Hendricus. Pourtant, il n'exclut ni le tremblement ni l'angoisse du protagoniste.
    Ensuite, ce conte indique bien que la modernité se définit comme un miroir de l'actualité. En effet, la modernité dans ce conte apparaît comme un courant spécifique qui naît d'une sensibilité du présent et du sens du changement .Plus humblement dans ce conte, Hellens insiste sur l'évolution socio-économique de son époque en évoquant l'industrialisation, le colonialisme, le capitalisme permis par le progrès scientifique et technologique de l'époque. Il affronte également le thème de la bourgeoise et de ses désirs.
    D'autre parte, Hellens réussit  a incarner la nouveauté dans son conte par diverses stratégies.     Premièrement, l'écrivain né respect pas la logique narrative car il commence l'histoire en décrivant la maniera dans laquelle l'intrigue à influence le narrateur avant d'expliquer l'intrigue même.    
    En outre, « l'ici » présent à page 61, qui sous-entend le lieu de Batavia ainsi que la phrase présente à page 57 « me voici enfin arrivé » montre bien l'écrivain ne choisit ses paroles en tenant compte de la compréhensible du lecteur. De plus tout aux langues de l'histoire les penses du narrateur se réduisent  à des phrases exactes faites par des termes du langage courant prive de toute-puissance ou de beauté. Il utilise aussi de termes inaccessibles au lecteur tel que « punka » à page 57 et Il n'hésite pas à s'adresser au lecteur comme à page 65. Le contenu du conte révélé enfin l'utilisation des différents discours rapporte : notamment la page 59 et caractérise par la présence d'un discours direct «- c'est bien lui, c'est mon fils, un vraie Van Camp...» tandis que la page 67 et marque par la présence d'un discours indirect « il m'a répondu..»

    Pur conclure, Franz Hellens , s'appuyant à des stratégies nouvelles d'écriture et une intrigue bouleversant inscrite dans l'actualité de son époque,réussit à affirmer la modernité dans Le Double.


     Charles Baudelaire manifeste la modernité dans les les fenêtres par l'utilisation de la prose, la négation de la conception habituelle du monde et de là de vraisemblance ainsi que par l'interpellation du lecteur.
    Premièrement, à travers ce poème Baudelaire manifeste le refus de suivre les principes de la versification établie par l'art poétique. Cette liberté permet à l'écrivain de rapprocher de la réalité habituelle et prosaïque de la ville de Paris qui souffre de la misère et de la médiocrité. Plus précisément, selon Baudelaire la prose consent « à refaire l'histoire ou plutôt la légende » « de la femme mure, ride déjà, pauvre et qui ne sort jamais » et « de souffrir dans autres que lui-même ».     Cependant, afin de ressortir la beauté de la ville le poète choisit avec attention ses paroles et emploie des nombreuses images. Par exemple à page 119 il utilise la périphrase« trou noir » pour désigner la fenêtre et la métaphore« vague des toits » pour exprimer un groupe des toits.
    Ensuite, Baudelaire affirme un paradoxe dès le premier ligne du poème qui modifie notre conception habituelle du monde: « Celui qui regarde du dehors à travers une fenêtre ouverte, ne voit jamais autant de choses que celui qui regarde une fenêtre fermée ». Cette thèse apparaît totalement illogique au lecteur qui si demande la raison de cette affirmation. Le rapport à la réalité se retrouve dans les prépositions employées: la locution « du dehors à travers » révéler le désir de découvrir l'intérieur d'un lieu. Cela preuve que selon Baudelaire les fenêtres fermées ne sont pas les objets observation, mais ils sont sources de l'imagination alors que fenêtres ouvertes, ne laissent pas espace pour l’imagination de l'observateur. C'est par l'imagination que le narrateur aboutit à participer à la souffrance et à la solitude de la femme mure.
    Enfin, le narrateur aux derniers paragraphes pose une question au lecteur sur cette sur la véracité de cette légende. :« Es-tu sûr que cette légende est vraie? ». Baudelaire répond que la véracité n’est pas ce qui prime si l'histoire l'aide à vivre et à comprendre sa propre existence et son être.
    Pour conclure, à travers la prose, le paradoxe, la considération du lecteur et le rejet de la véracité et, Baudelaire a créé un poème qu'incarne une révolution dans l’art de la poésie, la modernité.

Demande de correction de l'orthographe d'un texte

Je mets en rouge quelques erreurs...

Qui peut m'aider à corriger  orthographe  et syntaxe de deux textes argumentatives? Merci à tous!!
Voilà:
La modernité se manifeste dans le conte le Double de Franz Hellens par la présence d'une histoire originelle et fantastique inscrite dans une réalité actuelle caractérisée par diverses  styles.
    En premier lieu, ce conte se définit moderne par son caractère insolite et fantastique: dans une riche famille hollandaise fondatrice d'un commerce coloniale, Hendricus, un garçon avec un caractère fragile et doux est force par son père à partir à Batavia. Une fois sur place, il est fascine par l'antique sagesse. L'énigme se pose alors tout naturellement: suite à de manipulation mystérieuse le protagoniste crée son double en version femme. Ce phénomène aboutit au changement du caractère d'Hendricus queà la fois le conduira à commettre des meurtres . Il ne se traite pas donc de la classique histoire d'amour ou d'héroïsme, cette fiction sort de la banalité et surprend en dévoilant la vie sous un autre jour et sous une toute nouvelle lumière. Le lecteur peut ainsi se rapprocher de la réalité peu habituelle tourbe par un évènement surnaturel, le doublement d'Hendricus. Un tel phénomène révèle la présence du fantastique dans la fiction. Cependant le responsable de ce bouleversement de la réalité est le protagoniste car le fantastique n'est prouvé par aucune science objective mais seulement par la croyance d’esprit du Hendricus. Pour cette raison le conte se défini par un fantastique réel qui n'est pas dans ce conte générateur d'éprouvant, il n'est pas indispensable de faire appel à des monstres, infernaux ou terrestres, pour obtenir l'effet de trouble; le fantastique réel ne secoue que les nerfs de l'âme et la sensibilité et la spiritualité d'Hendricus. Pourtant, il n'exclut ni le tremblement ni l'angoisse du protagoniste.
    Ensuite, ce conte indique bien que la modernité se définit comme un miroir de l'actualité. En effet, la modernité dans ce conte apparaît comme un courant spécifique qui naît d'une sensibilité du présent et du sens du changement .Plus humblement dans ce conte, Hellens insiste sur l'évolution socio-économique de son époque en évoquant l'industrialisation, le colonialisme, le capitalisme permis par le progrès scientifique et technologique de l'époque. Il affronte également le thème de la bourgeoise et de ses désirs.
    D'autre parte, Hellens réussit  a incarner la nouveauté dans son conte par diverses stratégies.     Premièrement, l'écrivain né respect pas la logique narrative car il commence l'histoire en décrivant la maniera dans laquelle l'intrigue à influence le narrateur avant d'expliquer l'intrigue même.     
    En outre, « l'ici » présent à page 61, qui sous-entend le lieu de Batavia ainsi que la phrase présente à page 57 « me voici enfin arrivé » montre bien l'écrivain ne choisit ses paroles en tenant compte de la compréhensible du lecteur. De plus tout aux langues de l'histoire les penses du narrateur se réduisent  à des phrases exactes faites par des termes du langage courant prive de toute-puissance ou de beauté. Il utilise aussi de termes inaccessibles au lecteur tel que « punka » à page 57 et Il n'hésite pas à s'adresser au lecteur comme à page 65. Le contenu du conte révélé enfin l'utilisation des différents discours rapporte : notamment la page 59 et se caractérise par la présence d'un discours direct «- c'est bien lui, c'est mon fils, un vraie Van Camp...» tandis que la page 67 et marque par la présence d'un discours indirect « il m'a répondu..»
    Pour conclure, Franz Hellens , s'appuyant à des stratégies nouvelles d'écriture et une intrigue bouleversant inscrite dans l'actualité de son époque,réussit à affirmer la modernité dans Le Double.

     Charles Baudelaire manifeste la modernité dans les les fenêtres par l'utilisation de la prose, la négation de la conception habituelle du monde et de là de vraisemblance ainsi que par l'interpellation du lecteur.
    Premièrement, à travers ce poème Baudelaire manifeste le refus de suivre les principes de la versification établie par l'art poétique. Cette liberté permet à l'écrivain de rapprocher de la réalité habituelle et prosaïque de la ville de Paris qui souffre de la misère et de la médiocrité. Plus précisément, selon Baudelaire la prose consent « à refaire l'histoire ou plutôt la légende » « de la femme mure, ride déjà, pauvre et qui ne sort jamais » et « de souffrir dans autres que lui-même ».     Cependant, afin de xx ressortir la beauté de la ville le poète choisit avec attention ses paroles et emploie des nombreuses images. Par exemple à page 119 il utilise la périphrase« trou noir » pour désigner la fenêtre et la métaphore« vague des toits » pour exprimer un groupe des toits.
    Ensuite, Baudelaire affirme un paradoxe dès le premier ligne du poème qui modifie notre conception habituelle du monde: « Celui qui regarde du dehors à travers une fenêtre ouverte, ne voit jamais autant de choses que celui qui regarde une fenêtre fermée ». Cette thèse apparaît totalement illogique au lecteur qui si demande la raison de cette affirmation. Le rapport à la réalité se retrouve dans les prépositions employées: la locution « du dehors à travers » révéler le désir de découvrir l'intérieur d'un lieu. Cela preuve que selon Baudelaire les fenêtres fermées ne sont pas les objets observation, mais ils sont sources de l'imagination alors que fenêtres ouvertes, ne laissent pas espace pour l’imagination de l'observateur. C'est par l'imagination que le narrateur aboutit à participer à la souffrance et à la solitude de la femme mure.
    Enfin, le narrateur aux derniers paragraphes pose une question au lecteur sur la véracité de cette légende. :« Es-tu sûr que cette légende est vraie? ». Baudelaire répond que la véracité n’est pas ce qui prime si l'histoire l'aide à vivre et à comprendre sa propre existence et son être.
    Pour conclure, à travers la prose, le paradoxe, la considération du lecteur et le rejet de la véracité, Baudelaire a créé un poème qu'incarne une révolution dans l’art de la poésie, la modernité.

Demande de correction de l'orthographe d'un texte

Je mets en rouge quelques autres erreurs, à rectifier également :

présence d'une histoire originelle et fantastique

Une fois sur place, il est fascine

de la réalité peu habituelle tourbe par un évènement surnaturel,

Pour cette raison le conte se défini par un fantastique réel

un courant spécifique qui naît d'une sensibilité du présent et du sens du changement

le thème de la bourgeoise et de ses désirs.

D'autre parte, Hellens réussit  a incarner la nouveauté

Il utilise aussi de termes inaccessibles au lecteur

des termes du langage courant prive de toute-puissance


dans les les fenêtres par l'utilisation de la prose, la négation de la conception habituelle du monde et de là de vraisemblance ainsi que par l'interpellation du lecteur.

au lecteur qui si demande la raison de cette affirmation.

la locution « du dehors à travers » révéler le désir de découvrir l'intérieur d'un lieu.

4

Demande de correction de l'orthographe d'un texte

voilà ma correction

La modernité se manifeste dans le conte le Double de Franz Hellens par la présence d'une histoire originelle et fantastique inscrite dans une réalité actuelle caractérisée par diverses  styles.
    En premier lieu, ce conte se définit moderne par son caractère insolite et fantastique: dans une riche famille hollandaise fondatrice d'un commerce colonial, Hendricus, un garçon avec un caractère fragile et doux est forcè par son père à partir à Batavia. Une fois sur place, il est fascinè par l'antique sagesse. L'énigme se pose alors tout naturellement: suite à des manipulations mystérieuses le protagoniste crée son double en version femme. Ce phénomène aboutit au changement du caractère d'Hendricus que  le conduira à commettre des meurtres . Il ne se traite pas donc de la classique histoire d'amour ou d'héroïsme, cette fiction sort de la banalité et surprend en dévoilant la vie sous un autre jour et sous une toute nouvelle lumière. Le lecteur peut ainsi se rapprocher de la réalité peu habituelle tourbe par un évènement surnaturel, le doublement d'Hendricus. Un tel phénomène révèle la présence du fantastique dans la fiction. Cependant le responsable de ce bouleversement de la réalité est le protagoniste car le fantastique n'est prouvé par aucune science objective mais seulement par la croyance d’esprit du Hendricus. Pour cette raison le conte se défini par un fantastique réel qui n'est pas dans ce conte générateur d'éprouvant, il n'est pas indispensable de faire appel à des monstres, infernaux ou terrestres, pour obtenir l'effet de trouble; le fantastique réel ne secoue que les nerfs de l'âme et la sensibilité et la spiritualité d'Hendricus. Pourtant, il n'exclut ni le tremblement ni l'angoisse du protagoniste.
    Ensuite, ce conte indique bien que la modernité se définit comme un miroir de l'actualité. En effet, la modernité dans ce conte apparaît comme un courant spécifique qui naît d'une sensibilité du présent et du sens du changement .Plus humblement dans ce conte, Hellens insiste sur l'évolution socio-économique de son époque en évoquant l'industrialisation, le colonialisme, le capitalisme permis par le progrès scientifique et technologique de l'époque. Il affronte également le thème de la bourgeoise et de ses désirs.
    D'autre parte, Hellens réussit  a incarner la nouveauté dans son conte par diverses stratégies.     Premièrement, l'écrivain né respecte pas la logique narrative car il commence l'histoire en décrivant la maniera dans laquelles l'intrigue à influence sle narrateur avant d'expliquer l'intrigue même.     
    En outre, « l'ici » présent à page 61, qui sous-entend le lieu de Batavia ainsi que la phrase présente à page 57 « me voici enfin arrivé » montre bien l'écrivain ne choisit ses paroles en tenant compte de la compréhension du lecteur. De plus tout au langue de l'histoire la pense du narrateur se réduit  à des phrases exactes faites par des termes du langage courant prive de toute-puissance ou de beauté. Il utilise aussi de termes inaccessibles au lecteur tel que « punka » à page 57 et Il n'hésite pas à s'adresser au lecteur comme à page 65. Le contenu du conte révélé  enfin l'utilisation des différents discours rapporte : notamment la page 59 et se caractérise par la présence d'un discours direct «- c'est bien lui, c'est mon fils, un vraie Van Camp...» tandis que la page 67 et marque par la présence d'un discours indirect « il m'a répondu..»
    Pour conclure, Franz Hellens , s'appuyant aux des stratégies nouvelles d'écriture et une intrigue bouleversante inscrite dans l'actualité de son époque,réussit à affirmer la modernité dans Le Double.
     Charles Baudelaire manifeste la modernité dans les les fenêtres par l'utilisation de la prose, la négation de la conception habituelle du monde et de là de vraisemblance ainsi que par l'interpellation du lecteur.
    Premièrement, à travers ce poème Baudelaire manifeste le refus de suivre les principes de la versification établie par l'art poétique. Cette liberté permet à l'écrivain de rapprocher de la réalité habituelle et prosaïque de la ville de Paris qui souffre de la misère et de la médiocrité. Plus précisément, selon Baudelaire la prose consent « à refaire l'histoire ou plutôt la légende » « de la femme mure, ridée  déjà, pauvre et qui ne sort jamais » et « de souffrir dans autres que lui-même ».     Cependant, afin de xx ressortir la beauté de la ville le poète choisit avec attention ses paroles et emploie des nombreuses images. Par exemple à page 119 il utilise la périphrase« trou noir » pour désigner la fenêtre et la métaphore« vague des toits » pour exprimer un groupe des toits.
    Ensuite, Baudelaire affirme un paradoxe dès le s premiers  ligne du poème qui modifie notre conception habituelle du monde: « Celui qui regarde du dehors à travers une fenêtre ouverte, ne voit jamais autant de choses que celui qui regarde une fenêtre fermée ». Cette thèse apparaît totalement illogique au lecteur qui si demande la raison de cette affirmation. Le rapport à la réalité se retrouve dans les prépositions employées: la locution « du dehors à travers » révéler le désir de découvrir l'intérieur d'un lieu. Cela prèuve que selon Baudelaire les fenêtres fermées ne sont pas les objets observation, mais ils sont sources de l'imagination alors que fenêtres ouvertes, ne laissent pas espace pour l’imagination de l'observateur. C'est par l'imagination que le narrateur aboutite à participer à la souffrance et à la solitude de la femme mure.
    Enfin, le narrateur aux derniers paragraphes pose une question au lecteur sur la véracité de cette légende. :« Es-tu sûr que cette légende est vraie? ». Baudelaire répond que la véracité n’est pas ce qui prime si l'histoire l'aide à vivre et à comprendre sa propre existence et son être.
    Pour conclure, à travers la prose, le paradoxe, la considération du lecteur et le rejet de la véracité, Baudelaire a créé un poème qu'incarne une révolution dans l’art de la poésie, la modernité.

Demande de correction de l'orthographe d'un texte

Encore ceci à rectifier dans le texte sur Hellens.
Entre parenthèses, des indices pour te guider.

par diverses styles. ("styles" est masculin !)

que  le conduira à commettre des meurtres (Il faut ici un pronom relatif sujet, pas COD.)

la réalité peu habituelle tourbe par un évènement surnaturel
(Utilise le participe "troublé"et accorde-le bien.)

mais seulement par la croyance d’esprit du Hendricus (Pas d'article contracté ici, seulement la préposition)

Pour cette raison le conte se défini par un fantastique réel (Verbe définir, 3e personne du singulier du présent)

qui naît d'une sensibilité du présent et du sens du changement  (On dit ici "sensibilité à..." et pas "sensibilité de...".

le thème de la bourgeoise et de ses désirs.
(Ne confonds pas "bourgeoise" = une femme,  et "bourgeoisie"= ensemble des bourgeois, classe des bourgeois).

Pour le texte sur Baudelaire, on verra plus tard.

Demande de correction de l'orthographe d'un texte

J'ai parfois aussi corrigé la ponctuation...

Charles Baudelaire manifeste la modernité dans "Les Fenêtres" par l'utilisation de la prose, la négation de la conception habituelle du monde et de la vraisemblance, ainsi que par l'interpellation du lecteur.
    Premièrement, à travers ce poème, Baudelaire manifeste le refus de suivre les principes de la versification établie par l'art poétique. Cette liberté permet à l'écrivain de se rapprocher de la réalité habituelle et prosaïque de la ville de Paris, qui souffre de la misère et de la médiocrité. Plus précisément, selon Baudelaire la prose consent « à refaire l'histoire ou plutôt la légende » « de la femme mûre, ridée  déjà, pauvre et qui ne sort jamais » et « de souffrir dans d'autres que lui-même ».     Cependant, afin de faire ressortir la beauté de la ville, le poète choisit avec attention ses paroles et emploie de nombreuses images. Par exemple, à la page 119, il utilise la périphrase « trou noir » pour désigner la fenêtre, et la métaphore« vague des toits » pour évoquer un groupe de toits.
    Ensuite, dès les premières lignes du poème, Baudelaire énonce un paradoxe  qui modifie notre conception habituelle du monde: « Celui qui regarde du dehors à travers une fenêtre ouverte, ne voit jamais autant de choses que celui qui regarde une fenêtre fermée ». Cette thèse apparaît totalement illogique au lecteur, qui se demande la raison de cette affirmation. Le rapport à la réalité se retrouve dans les prépositions employées: la locution « du dehors à travers » révèle le désir de découvrir l'intérieur d'un lieu. Cela prouve que selon Baudelaire les fenêtres fermées ne sont pas des objets d'observation, mais des sources de l'imagination,  alors que les fenêtres ouvertes ne laissent pas de place  pour l’imagination de l'observateur. C'est par l'imagination que le narrateur parvient à participer à la souffrance et à la solitude de la femme mûre.
    Enfin, le narrateur, au dernier paragraphe, pose une question au lecteur sur la véracité de cette légende :« Es-tu sûr que cette légende est vraie? ». Baudelaire répond que la véracité n’est pas ce qui prime, si l'histoire l'aide à vivre et à comprendre sa propre existence et son être.
    Pour conclure, à travers la prose, le paradoxe, la considération du lecteur et le rejet de la véracité, Baudelaire a créé un poème qui incarne une révolution dans l’art de la poésie : la modernité.

7

Demande de correction de l'orthographe d'un texte

voilà ma correction
La modernité se manifeste dans le conte le Double de Franz Hellens par la présence d'une histoire originelle et fantastique inscrite dans une réalité actuelle caractérisée par diverses  styles.
    En premier lieu, ce conte se définit moderne par son caractère insolite et fantastique: dans une riche famille hollandaise fondatrice d'un commerce colonial, Hendricus, un garçon avec un caractère fragile et doux est forcè par son père à partir à Batavia. Une fois sur place, il est fascinè par l'antique sagesse. L'énigme se pose alors tout naturellement: suite à des manipulations mystérieuses le protagoniste crée son double en version femme. Ce phénomène aboutit au changement du caractère d'Hendricus que  le conduira à commettre des meurtres . Il ne se traite pas donc de la classique histoire d'amour ou d'héroïsme, cette fiction sort de la banalité et surprend en dévoilant la vie sous un autre jour et sous une toute nouvelle lumière. Le lecteur peut ainsi se rapprocher de la réalité peu habituelle tourbe par un évènement surnaturel, le doublement d'Hendricus. Un tel phénomène révèle la présence du fantastique dans la fiction. Cependant le responsable de ce bouleversement de la réalité est le protagoniste car le fantastique n'est prouvé par aucune science objective mais seulement par la croyance d’esprit du Hendricus. Pour cette raison le conte se défini par un fantastique réel qui n'est pas dans ce conte générateur d'éprouvant, il n'est pas indispensable de faire appel à des monstres, infernaux ou terrestres, pour obtenir l'effet de trouble; le fantastique réel ne secoue que les nerfs de l'âme et la sensibilité et la spiritualité d'Hendricus. Pourtant, il n'exclut ni le tremblement ni l'angoisse du protagoniste.
    Ensuite, ce conte indique bien que la modernité se définit comme un miroir de l'actualité. En effet, la modernité dans ce conte apparaît comme un courant spécifique qui naît d'une sensibilité du présent et du sens du changement .Plus humblement dans ce conte, Hellens insiste sur l'évolution socio-économique de son époque en évoquant l'industrialisation, le colonialisme, le capitalisme permis par le progrès scientifique et technologique de l'époque. Il affronte également le thème de la bourgeoise et de ses désirs.
    D'autre parte, Hellens réussit  a incarner la nouveauté dans son conte par diverses stratégies.     Premièrement, l'écrivain né respecte pas la logique narrative car il commence l'histoire en décrivant la maniera dans laquelles l'intrigue à influence sle narrateur avant d'expliquer l'intrigue même.     
    En outre, « l'ici » présent à page 61, qui sous-entend le lieu de Batavia ainsi que la phrase présente à page 57 « me voici enfin arrivé » montre bien l'écrivain ne choisit ses paroles en tenant compte de la compréhension du lecteur. De plus tout au langue de l'histoire la pense du narrateur se réduit  à des phrases exactes faites par des termes du langage courant prive de toute-puissance ou de beauté. Il utilise aussi de termes inaccessibles au lecteur tel que « punka » à page 57 et Il n'hésite pas à s'adresser au lecteur comme à page 65. Le contenu du conte révélé  enfin l'utilisation des différents discours rapporte : notamment la page 59 et se caractérise par la présence d'un discours direct «- c'est bien lui, c'est mon fils, un vraie Van Camp...» tandis que la page 67 et marque par la présence d'un discours indirect « il m'a répondu..»
    Pour conclure, Franz Hellens , s'appuyant aux des stratégies nouvelles d'écriture et une intrigue bouleversante inscrite dans l'actualité de son époque,réussit à affirmer la modernité dans Le Double.

Demande de correction de l'orthographe d'un texte

Ta correction, vraiment ?
Tu n'as tenu aucun compte de mes indications et pas beaucoup de celles de Gabiana.
Même si c'est difficile pour toi, tu aurais pu au moins essayer un peu !
Toi qui veux t'améliorer en orthographe et en syntaxe françaises, cela t'aurait pourtant fait un petit entraînement.
Ce n'est pas très encourageant de vouloir t'aider.
Je serai sans doute moins "gentil" la prochaine fois...

La modernité se manifeste dans le conte le Double de Franz Hellens par la présence d'une histoire originale et fantastique inscrite dans une réalité actuelle caractérisée par divers  styles.
    En premier lieu, ce conte se définit moderne par son caractère insolite et fantastique: dans une riche famille hollandaise fondatrice d'un commerce colonial, Hendricus, un garçon avec un caractère fragile et doux est forcé par son père à partir à Batavia. Une fois sur place, il est fasciné par l'antique sagesse. L'énigme se pose alors tout naturellement: suite à des manipulations mystérieuses, le protagoniste crée son double en version femme. Ce phénomène aboutit au changement du caractère d'Hendricus qui le conduira à commettre des meurtres . Il ne se traite pas donc de la classique histoire d'amour ou d'héroïsme.  Cette fiction sort de la banalité et surprend en dévoilant la vie sous un autre jour et sous une toute nouvelle lumière. Le lecteur peut ainsi se rapprocher de la réalité peu habituelle troublée par un évènement surnaturel, le doublement d'Hendricus. Un tel phénomène révèle la présence du fantastique dans la fiction. Cependant, le responsable de ce bouleversement de la réalité est le protagoniste, car le fantastique n'est prouvé par aucune science objective, mais seulement par la croyance d’esprit de Hendricus. Pour cette raison, le conte se définit par un fantastique réel qui n'est pas dans ce conte générateur d'épouvante. Il n'est pas indispensable de faire appel à des monstres, infernaux ou terrestres, pour obtenir l'effet de trouble; le fantastique réel ne secoue que les nerfs de l'âme et la sensibilité et la spiritualité d'Hendricus. Pourtant, il n'exclut ni le tremblement ni l'angoisse du protagoniste.
    Ensuite, ce conte indique bien que la modernité se définit comme un miroir de l'actualité. En effet, la modernité dans ce conte apparaît comme un courant spécifique qui naît d'une sensibilité au présent et au sens du changement .Plus humblement, dans ce conte, Hellens insiste sur l'évolution socio-économique de son époque en évoquant l'industrialisation, le colonialisme, le capitalisme permis par le progrès scientifique et technologique de l'époque. Il affronte également le thème de la bourgeoisie et de ses désirs.
    D'autre part, Hellens réussit  à incarner la nouveauté dans son conte par diverses stratégies.     Premièrement, l'écrivain ne respecte pas la logique narrative, car il commence l'histoire en décrivant de quelle manière  l'intrigue a influencé le narrateur avant d'expliquer l'intrigue elle-même.     
    En outre, « l'ici » présent à page 61, qui sous-entend le lieu de Batavia ainsi que la phrase présente à page 57 « me voici enfin arrivé » montre bien que  l'écrivain ne choisit ses paroles en tenant compte de la compréhension du lecteur. De plus tout au langue de l'histoire la pense du narrateur se réduit  à des phrases exactes faites par des termes du langage courant privés de toute-puissance ou de beauté. Il utilise aussi des termes inaccessibles au lecteur,  tel que « punka » à page 57 et il n'hésite pas à s'adresser au lecteur, comme à la page 65. Le contenu du conte révèle  enfin l'utilisation des différents discours rapportés : notamment la page 59 et se caractérise par la présence d'un discours direct «- c'est bien lui, c'est mon fils, un vrai Van Camp...» tandis que la page 67 est marquée par la présence d'un discours indirect « il m'a répondu..»
    Pour conclure, Franz Hellens , s'appuyant sur des stratégies nouvelles d'écriture et une intrigue bouleversante inscrite dans l'actualité de son époque, réussit à affirmer la modernité dans Le Double.