1

Les classiques pensaient qu'au théâtre la représentation de certaines actions n'était pas souhaitable

Bonjour je suis en 1°ES et j'ai une dissert en Français : "Les classiques pensaient qu'au théâtre la représentation de certaines actions n'était pas souhaitable. Qu'en pensez-vous?"
Mon corpus se compose de HORACE de Corneille ( acte 4 scène 5 ), LORENZACCIO de Musset ( acte 4 scène 11 ), et de ELECTRE de Giraudoux ( acte 2 scène 9).
je sais pas du tout quel plan je pourrais faire j'avais pensé à:

I. les différentes représentations 
    A. au théâtre classique
    B. au théâtre du 20éme siècle

II. les différentes visées
    A. au théâtre classique
    B. au théâtre du 20éme siècle

Pouvez-vous m'aider et me donner vos avis merci a tous

Les classiques pensaient qu'au théâtre la représentation de certaines actions n'était pas souhaitable

Bonjour.

On te demande "Qu'en pensez-vous ?"
Mais dans quelle partie y réponds-tu  ?

3

Les classiques pensaient qu'au théâtre la représentation de certaines actions n'était pas souhaitable

Je pensais y répondre en conclusion...

4

Les classiques pensaient qu'au théâtre la représentation de certaines actions n'était pas souhaitable

Le sujet appelle à un plan dialectique :  certes... mais... Au-delà de cette opposition...

5

Les classiques pensaient qu'au théâtre la représentation de certaines actions n'était pas souhaitable

Et pour se sujet se serait quoi le plan dialectique qui serait le mieu?

Les classiques pensaient qu'au théâtre la représentation de certaines actions n'était pas souhaitable

LauraMounier a écrit :

Je pensais y répondre en conclusion...

Un peu de logique suffit à comprendre que ce n'est pas satisfaisant, c'est dans ton développement que tu dois y répondre bien évidemment. D'autre part, ce serait pas trop mal d'apprendre à différencier '' ce '' et '' se '' en première.

Le plan que tu proposes n'est pas satisfaisant, car il vire au catalogue d'histoire littéraire, opposant les époques les unes aux autres.

Le problème est de savoir si au théâtre il est justifié de tout montrer, en particulier les actions qui heurtent les bienséances ( renseigne-toi sur cette notion ) comme les meurtres , etc. Si on voulait transposer dans un cadre contemporain, je ferais volontiers une comparaison avec la censure au cinéma : jusqu'où, dans un film, peut-on montrer l'horreur, ou la sexualité, etc.
Si les '' classiques '' ( il faudra expliquer qui ils sont, en faisant référence à des penseurs comme Nicole, Bossuet ) estiment qu'il n'est pas souhaitable de représenter des actions '' interdites '', c'est parce qu'elles heurtent la morale : d'une part elles sont susceptibles de choquer le spectateur, d'autre part elles nuisent à la beauté de la pièce.

La discussion - si on suit une démarche dialectique - consiste à montrer que la pièce est plus morale si elle représente tout, et si elle ne censure pas certaines actions mais laisse le spectateur faire son propre jugement.

7

Les classiques pensaient qu'au théâtre la représentation de certaines actions n'était pas souhaitable

Je sais ce que c'est la bienséance, ( pour le "ce" et le "se" excuse moi mais je suis dyslexique encore en première ) sur ce merci pour ta réponse ça m'a un peu plus ouvert les yeux sur ce qui était attendu. Merci 

J'ai une autre question, pourquoi la pièce serait plus morale si elle représentait tout?

Les classiques pensaient qu'au théâtre la représentation de certaines actions n'était pas souhaitable

Jacquesvaissier te l'a laissé entendre : la pièce ne censure pas et laisse le spectateur juger par lui-même.

9

Les classiques pensaient qu'au théâtre la représentation de certaines actions n'était pas souhaitable

Mais je comprends pas, parce que même si la pièce représente pas les actions violentes, le spectateur peu aussi juger pas lui-même non?

Les classiques pensaient qu'au théâtre la représentation de certaines actions n'était pas souhaitable

Mais décider de ne pas représenter les actions violentes, cela suppose à l'avance que ce ne serait pas bon pour le spectateur... Pas convenable... Or, c'est au spectateur de juger par lui-même de cette violence. Si on choisit de ne pas la lui montrer, peut-il la juger ?