1

Comment le théâtre permet-il de représenter les relations de pouvoirs ?

Bonjour,
je suis élève de première ES, et j'ai une dissertation a rendre. Je ne sais pas par où commencer ni quoi mettre dans mes paragraphes malgré quelques idées personnelles. Je dois faire 3 paragraphes. Voici le sujet :

Comment le théâtre permet-il de représenter les relations de pouvoirs ?

1er paragraphe: le conflit avec soi-même
ex: Monologue de Bérenger Rhinocéros
(idées perso: choix entre devenir rhinocéros et résister, au début du texte le personnage se dénigre puis réalise qu'il va se rebeller, les rhinocéros représentent la montée du nazisme)

2ème paragraphe: le conflit avec les autres
ex: Ubu roi
(idées perso: montrer l'égoïsme et la cupidité du roi, le mécontentement de la reine, la soif de pouvoir du roi)

3ème paragraphe: le conflit maître/valet
ex: Le mariage de Figaro
(idées perso: Figaro est présenté comme le gentil et le comte comme le méchant, les rôles sont inversés: figaro parle au comte comme si Figaro était le maître et le comte parle à Figaro comme si il était le valet)

Merci d'avance pour votre aide.

2

Comment le théâtre permet-il de représenter les relations de pouvoirs ?

Le théâtre est le lieu de l'affrontement, du conflit : violence des passions, des conflits d'intérêts, rivalités de pouvoir, conflits intérieurs ... Il est miroir.

"Il faut aller au théâtre comme on va à un match de football, de boxe ou de tennis. Le match nous donne en effet l'idée la plus exacte de ce qu'est le théâtre à l'état pur : antagonismes en présence, oppositions dynamiques, heurts sans raison de volontés contraires."
Eugène Ionesco.

3 (Modifié par 08/04/2019 à 16:28)

Comment le théâtre permet-il de représenter les relations de pouvoirs ?

Bonsoir,

je dois faire la dissertation suivante :
"Comment le théâtre permet-il de représenter les relations de pouvoir"
Textes :
A - Racine, Britannicus - acte IV scène 3
B - Hugo, Angelo, tyran de Padoue - journée I, scène 1
C - Jarry, Ubu Roi - acte III, scène 2
D - Camus, Caligula - Acte I, scène 8

Pouvez vous me dire (dans les grandes lignes) si elle répond bien au sujet ?
Je n'ai pas encore fini la partie II

Merci !

   La scène de théâtre est un terrain de jeu qui permet de représenter des aspects de notre société. Le jeu théâtral peut faire rire ou pleurer, et ainsi, faire réfléchir le spectateur sur les aspects dénoncés. Le théâtre classique représente la plus part du temps des relations de pouvoir entre dominants et dominés grâce à de nombreux procédés qui lui sont propres.
C’est pourquoi on peut se demander, par quels procédés, le théâtre permet-il de représenter les relations de pouvoir ?
Nous allons donc étudier, d’abord, les procédés liés à la mise en scène, puis, ceux liés à la parole.

    Premièrement, la mise en scène est ce qui plonge le spectateur dans un contexte particulier et peut dans certains cas suffire à la définition des personnages, puisque immédiatement déchiffrable .
Le premier élément de mise en scène pouvant aider à représenter des relations de pouvoir est le costume. On dit souvent que l’habit fait le moine, en effet, ce qui est vrai dans la vie de tous les jours l’est tout particulièrement au théâtre. Certains costumes sont synonymes de richesse et donc par conséquent, de pouvoir. Un personnage de pouvoir peut par exemple être vêtu en habit de noble ou à l’opposé, un valet sera équipé d’un costume beaucoup moins étoffé. Les costumes ne sont cependant pas choisis par l’écrivain, c’est au metteur en scène de trouver le costume le plus adapté pour représenter le pouvoir et la fonction du personnage. En revanche, ce que l’auteur choisit sont les accessoires, définis dans les didascalies. Ces accessoires peuvent être des attributs du personnage qui les portent. Par exemple, dans l’île des esclaves, Iphicrate, le personnage censé représenter le pouvoir porte une épée, symbole de la puissance, alors qu’Arlequin porte une bouteille. On comprend alors tout de suite qui domine qui (ces relations peuvent cependant évoluer).
Un autre élément est le décors. Il participe à mettre en valeur le personnage étant le maître des lieux pour écraser et impressionner les autres. Ou au contraire peut montrer la pauvreté et donc l’impuissance. Dans Les Bonnes, la chambre de madame est une pièce somptueuse, riche, etc. Cette chambre rend puissant ceux qui l’occupent, c’est pour cela qu’elle est aussi le lieu où les bonnes jouent à leur jeu de se mettre dans la peau de madame. Leur petit jeu aurait beaucoup moins d’importance si elles le faisaient dans leur mansarde ou dans la cuisine, lieux de la crasse, qui s’opposent, à la chambre de madame. Dans Ubu Roi, la puissance d’Ubu est montrée par : “La grande salle du palais”.
Un dernier élément de mise en scène sont les actions des personnages sur scène. Un personnage de pouvoir s’impose, domine, etc par ses actions, alors qu’un personnage faible est en retrait. Parfois ces actions sont dictées par l’auteur avec les didascalies, et, le reste du temps, c’est au metteur en scène de les imaginer. Dans Caligula, les didascalies nous montrent le contraste de puissance entre César et l’intendant (et éventuellement Caesonia). En effet, Caligula est “imperturbable” et domine l’intendant : “Rudement, à l’intendant”. De l’autre côté, “L’intendant disparaît” et Caesonia s’éloigne de César : “se dégageant”. Autre exemple, dans la mise en scène de Jacques Vincey des Bonnes, madame fait de grands gestes et se déplace beaucoup, alors que les bonnes restent immobiles. On peut aussi noter, dans la même idée que la puissance d’un personnage se ressent dans sa voix. Ici, madame articule et sur-joue ses émotions alors que les Bonnes gardent un voix très neutre. Enfin, ces actions de puissances peuvent aussi montrer un rabaissement direct. Par exemple, chez Jarry, Ubu “le prend avec le crochet et le passe dans le trou” (le noble) : le noble descend et perd donc symboliquement du pouvoir.


Deuxièmement, la parole des personnages. Cet élément ne varie pas entre les différentes mises en scène. Il existe donc plusieurs procédés liés à la parole (répliques) des personnages pour représenter des relations de pouvoir.
Le premier élément est le plus flagrant : la répartition de la parole. Au théâtre, la parole représente le pouvoir : ceux qui parlent le plus sont les plus puissants. Dans la plus part des pièces, le rapport de parole varie en même temps que les relations de pouvoir évoluent, notamment durant les renversements de rôles. Dans les textes du corpus, on observe des nuances de ce phénomène. Angelo, tyran de Padoue est l’exemple extrême de ce partage de parole, puisqu’Angélo nous fait un monologue.
Les relations de pouvoir sont aussi présentes dans les dialogues entre dominant et dominé. D’abord, il y a parfois un un contraste entre le vocabulaire utilisé. Dans certaines pièces, le personnage de pouvoir utilise une langue plus soutenue et riche que ses sujets.
idées pour la suite :
→ pronoms utilisés (tu vs vous)
→ verbes (impératif vs conditionnel)
→ phrases nominales, …
→ énonciation (double énonciation)

C'est pas très actif ici...

Comment le théâtre permet-il de représenter les relations de pouvoirs ?

Nous allons donc étudier, d’abord, les procédés liés à la mise en scène, puis, ceux liés à la parole.

    Premièrement, la mise en scène est ce qui plonge le spectateur dans un contexte particulier

Une mise en scène est certes importante, mais pour créer une mise en scène, il faut avoir quelque chose à mettre en scène. et le théâtre ne se résume pas à la mise en scène que tu places dans ta réponse au premier plan de façon un peu hâtive. Une mise en scène de rien, cela reste rien. Il faut d'abord un sujet, des personnages, un texte. Or, tu disposes d'un corpus qui n'est pas du rien.
A mon avis il faudrait donc étudier ce quelque chose représentant de telle ou telle façon les relations de pouvoir selon les dramaturges et les pièces proposées.
Ce qui ne veut pas dire que la mise en scène n'a pas d'importance. (Une mauvaise mise en scène peut bousiller une pièce)