Solécisme à corriger

Voici la phrase:

"Si on peut dire qu’une œuvre d’art, c’est quand une toile est parfaite en son genre, ce pot de fleur en est une."

Voici mon explication:

Solécisme dans la construction du présentatif "c'est", il doit toujours commencer une phrase, par ailleurs il ne doit pas être suivi de l'adverbe de temps "quand", il s'agit d'un usage familier et erroné.

Correction proposée:

Lorsqu'une toile est parfaite en son genre, on peut dire qu'elle est une oeuvre d'art et donc que ce pot de fleur en est une.

Solécisme à corriger

Il n'y a aucune obligation à ce que "c'est" ne soit utilisé qu'en début de phrase : Cette phrase est incorrecte, c'est sûr.
On ne juge pas non plus  du niveau de langue. "Quand" peut très bien suivre "c'est" : Le dîner, c'est quand tu veux.
Ici le problème est que la complétive complément de dire ne contient pas de verbe. Il suffit de supprimer "quand" pour corriger :
"Si on peut dire qu’une œuvre d’art, c’est une toile parfaite en son genre, ce pot de fleur en est une."

Solécisme à corriger

La correction que tu as apporté est double: suppression de l'adverbe "quand" et du deuxième verbe "est" de la complétive. Il y a donc bien deux verbes dans cette proposition erronée: "c'est quand une toile est parfaite en son genre"

Je croyais qu'une proposition complétive était forcément introduite par un subordonnant...sinon, elle n'est pas subordonnée... et si elle n'est pas subordonnée, elle est indépendante, non?

Est-ce qu'on peut dire dans ce cas qu'il s'agit d'une proposition subordonnée complétive apposée et sans subordonnant. Complétive parce qu'elle est nécessaire à la compréhension de la phrase.

Autre question, je me demande aussi si "en son genre" est employé correctement ici, est-ce que cela s'applique aussi pour des objets?

Solécisme à corriger

La complétive ici est bien introduite par la conjonction de subordination qu'...
Une complétive ne peut évidemment pas être indépendante...

Comme petite imprécision dans la phrase, je verrais plutôt celle du pronom indéfini une.
une = une œuvre d’art ?  une = une toile parfaite en son genre ?

Solécisme à corriger

Je comprends l'imprécision de la phrase, mais ce n'est pas très grave puisque l'accord est au rendez-vous


Jehan a écrit :

La complétive ici est bien introduite par la conjonction de subordination qu'...
Une complétive ne peut évidemment pas être indépendante...

Dans ce cas, "Si on peut dire qu’une œuvre d’art, c’est une toile parfaite en son genre, ce pot de fleur en est une" quel est la fonction du groupe souligné?

Je propose: complément d'attribution du groupe nominal "oeuvre d'art" apposé ?

Solécisme à corriger

"une œuvre d’art" est un GN apposé au pronom démonstratif "c '", ce démonstratif étant sujet de "est", verbe d'état, qui est suivi du GN attribut du sujet "une toile parfaite en son genre".

Solécisme à corriger

Dit comme cela, c'est si évident!

Est-ce que la notion de complément d'attribution est désuète pour l'analyse grammaticale?

Solécisme à corriger

Complément d'attribution, c'est le nom particulier donné, en grammaire traditionnelle, à certains COS de verbes transitifs introduits par à..
On préfère désigner par "datif" ce genre de complément désignant le bénéficiaire ou le destinataire de l'action.
Maman donne un gâteau à Pierre.
Il chipe un crayon à son voisin.

Rien de tel dans ta phrase.

Solécisme à corriger

Merci pour ces précisions, Jehan.