1

Master de philosophie après une licence en droit

Bonjour à tous,

Je suis actuellement en L3 de Droit public à l'université de Montpellier 1, et le choix du master 1 approche.
Bien qu'ayant eu une idée assez précise de mon avenir professionnel jusqu'à maintenant (avec l'avocature en ligne de mire), voilà que mes éternels centres d'intérêts que sont les lettres et la philo reviennent à grands pas...
Et, cela ajouté à mon indéniable passion pour les métiers de l'enseignement, m'amène à vouloir me diriger dès lors vers un parcours de lettres modernes ou de philosophie.
D'où ma question: est-il possible d'intégrer un master 1 dans une de ces deux filières en ayant pour seule études supérieures une licence en droit ?
Bien sur je ne parle pas ici seulement administrativement (puisque de ce point de vue cela me parait faisable sous réserve d'acceptation de la fac de lettre), mais surtout substantiellement, c'est à dire ne vais je pas me retrouver pénalisé avec un retard irrattrapable face aux autres étudiants déjà licenciés en la matière, ou alors ce retard est facilement surmontable ?
Pour informations, j'ai un bac général littéraire et un DU de philosophie du droit en plus de ma L3 de droit public.

Merci par avance de la réponse de ceux qui se reconnaitront dans cette situation, comme bien évidemment de celle de ceux qui pourraient m'apporter la moindre information quant à ces interrogations

Thibault

Master de philosophie après une licence en droit

Pour le retard, pas de difficulté pour le rattraper en voyant certains classiques et surtout certains domaines (épistémo. et esthétique). Il y a aussi la possibilité de viser le Master de philo. du droit d'Assas.

Ensuite, sur la pertinence du changement de voie, il faut réfléchir. Ne serait-il pas plus judicieux de poursuivre en Master de droit tout en commençant des études de philosophie en parallèle (il y a une L3 et M en EAD à Montpellier III= ? Les débouchés en philo. sont rares ; avant de viser l'enseignement, il faudrait peut-être sécuriser ton parcours juridique, d'autant plus qu'une formation complète en droit te donnera un avantage certain si tu choisis ensuite de faire de la philo. à un niveau universitaire.

3

Master de philosophie après une licence en droit

Merci pour ton encourageante réponse Varney.

Effectivement, j'avais déjà envisagé de suivre une licence de philosophie en EAD en plus/en même temps que mon master de droit, mais j'ai tout de même quelques appréhensions quant à ma capacité à fournir la charge de travail qui va alors être nécessaire. D'ailleurs si certaines personnes sont dans ce cas (un cursus universitaire niveau master ajouté à une licence de philosophie par enseignement à distance), leurs impressions me seraient précieuses 

Aussi, je ne vois pas en quoi une formation complète en droit pourrait constituer un avantage certain pour se diriger vers l'enseignement de la philosophie comme tu sembles le prétendre Varney. Pourrais tu m'éclairer sur ce point ?

Merci par avance des éventuelles réactions que pourraient susciter mon sujet auprès de personnes dans des cas similaires comme d'autres ayant simplement un avis à donner 

Master de philosophie après une licence en droit

thibjuriste a écrit :

Aussi, je ne vois pas en quoi une formation complète en droit pourrait constituer un avantage certain pour se diriger vers l'enseignement de la philosophie comme tu sembles le prétendre Varney. Pourrais tu m'éclairer sur ce point ?

La philo. se nourrit de ce qui n'est pas elle ; si tu envisages, après avoir obtenu un concours du second degré, de faire une thèse pour tenter le supérieur, le fait d'avoir un cursus dans la matière sur laquelle tu reviens réflexivement est un énorme point positif pour ton dossier, d'autant plus qu'en philo. du droit, les débouchés peuvent excéder ceux de la philo. classique (en lorgnant avec un sujet approprié du côté des politistes par exemple).

As-tu suivi le collège de droit de l'UM1 en plus de ta formation ? (Question intéressée en fait pour avoir un retour sur la formation (niveau, sélection) afin de mieux renseigner mes élèves).

5

Master de philosophie après une licence en droit

Je saisis davantage ce que tu suggères Varney avec cette réponse, et tes propos me semblent judicieux.

Mais il reste tout de même qu'avec le parcours que tu mets en avant, je reste focalisé sur une philosophie du droit, et c'est justement ce dans quoi je ne voudrais pas rester enfermé en persévérant dans des études juridiques jusqu’à mon master 2.

Mais dans le même temps, l'avantage du cursus que tu prônes est la sécurité quant à l'insertion professionnelle disons. Et quoi qu'il en soit cela demeure un argument non négligeable.

Les choses restent dès lors encore à trancher...

Varney a écrit :

As-tu suivi le collège de droit de l'UM1 en plus de ta formation ? (Question intéressée en fait pour avoir un retour sur la formation (niveau, sélection) afin de mieux renseigner mes élèves).

Non, je n'ai pas suivi cette formation. Pour une simple raison qui est que le collège de droit me parait axé davantage sur un futur de privatiste que de publiciste. Or dans mon cas, il m'a semblé plus judicieux d'opter en plus du parcours de licence, non pas pour le collège de droit, mais pour des DU correspondant plus précisément à mes ambitions (d'où le DU de philosophie notamment, impossible a suivre si j'avais été élève du collège).

Néanmoins, je tiens a te dire que cette formation est d'excellente réputation, et la sélection n'y est pas autant rigoureuse qu'on le pense lors de l'entrée en L1 dans l'université. Un avis corroboré par nombre de camarades ayant emprunté ladite formation pour leur plus grand bonheur aujourd'hui.