Continuer à / continuer de

Bonjour!


Cher JSC,

Selon certains qui proposent cet "à" prospectif et ce "de" rétrospectif, l'utilisation (semble-t-il, minoritaire) du "de" avec "commencer" serait une façon d'envisager le commencement non comme une distance minimale avec le début mais comme une distance maximale avec la fin.

Pour moi, ce serait plutôt une question d'aspect de l'action...

Quant à "Il apprend le latin de moi.", je pense que c'est plus simple: il y a un régime direct, "le latin". J'hésite cependant à considérer "de moi" comme un régime indirect ou un complément de phrase. Au niveau sémantique, on parlerait sans-doutes de complément d'agent. Mais je pense qu'il est bon de réserver cette notion à de la sémantique. Je pencherais alors plutôt pour "complément de phrase".

Enfin, pour "Il apprend à parler latin (...)", je pense que cet "apprendre à parler" correspond au même type de difficulté que "commencer à parler". Je considérerai "à parler latin" comme un régime direct (substitution par un régime direct, réponse à "...quoi?", et cetera), en disant qu'"à" fait corps avec "parler", que c'est le "degré à" de l'infinitif.

12

Continuer à / continuer de

Quelle est la différence si je dis :

Il continue d'expliquer

ou

Il continue à expliquer.

Dans le contexte suivant, qu'est-ce qui conviendrait mieux ?
         
"Je pose le cahier sur la table. Il continue à expliquer:
- ...

"Je pose le cahier sur la table. Il continue d'expliquer:
- ...

Merci

13

Continuer à / continuer de

Bâ a écrit :

Cher JSC,

Selon certains qui proposent cet "à" prospectif et ce "de" rétrospectif, l'utilisation (semble-t-il, minoritaire) du "de" avec "commencer"

Bâ, j'avoue mon désarroi. Je ne sais pas combien de personnes ici comprennent tes termes techniques, mais moi pas.
Deuxièmement, je ne sais pas en quoi ton msg est une réponse à tout ce que j'ai pu dire le 12 août.
Troisièmement, edy par le d'une utilisation peu fréquente EN ÉCRIT de "de" après le verbe 'continuer' et tu parles de 'commencer' sans justifier ton "minoritaire".....

Je suis vraiment dans les vappes.

Continuer à / continuer de

Ah! Une question intéressante…

Je vous propose ce qui suit et qui n'engage que moi…

"Continuer" est un verbe transitif direct. On continue ce qui est commencé. Cependant, à force de l'utiliser sans mentionner de régime ("C.O." si vous préférez), on aurait créé une sorte d'"acception intransitive" de ce verbe: "demeurer dans le même état".
Acception transitive: "Il continue de manger.".
Acception intransitive:"Il continue.".
Pour ce qui est de la préposition "de", on parle couramment de "béquille", de "support", etc., de l'infinitif, qui, trop virtuel, ne parvient pas à entrer directement en rapport avec d'autres mots: dans "*Il continue manger.", on sent comme un hiatus entre le verbe de phrase et l'infinitif.
Ce qui compliquerait tout, ce serait que l'on se serait mis à utiliser l'acception intransitive avec un complément adverbial, ou "circonstanciel", ou "de phrase", ou "ablatif", ou tout ce que vous voudrez, c'est-à-dire un complément absolu, qui ne dépend de rien. Le groupe "à + infinitif" aurait des valeurs proches du participe présent (il serait fort intéressant d'en énumérer points communs et différences, et de comparer par rapport à d'autres langues européennes), et renseignerait sur l'état de la personne qui continue.
"Que fait-il? _Il continue. _Il continue à quoi? _Il continue à manger.".
Pour moi, on pourrait remplacer "continuer" par "demeurer dans tel ou tel état" (état au sens "actif": action que l'on effectue), dans chacune de ces phrases (grosso-modo):
"Que fait-il? _Il demeure dans son état. _Il demeure dans quel état? _Il demeure dans l'état "mangeant", étant en train de manger.".
(C'est horriblement moche, totalement artificiel, mais j'essaie comme je le peux de mener à peu près mon raisonnement… Pardonnez-moi…)
Ainsi, le groupe "à + infinitif" après "continuer" serait une apposition à une partie du lexème (du sens) du verbe "continuer" dans cette acception-là (intransitive). Renseignant sur l'état dans lequel on reste. Mais, ce qui est vraiment très difficile, c'est que l'usage aurait placé au premier plan la forme "continuer à + infinitif", au détriment de "continuer de + infinitif". Ce qui pose certains problèmes: en synchronie (en prenant et analysant la langue telle qu'elle est aujourd'hui), il est difficile de se refuser à considérer que "à faire…" serait complément du verbe continuer, régime indirect (ou "C.O.I."), et non pas complément circonstanciel… On aboutit alors à deux formes à peu près équivalentes. Avec "de", à peu près tout-le-monde parle d'infinitif "béquillé" complément d'objet direct. Avec "à", c'est plus gênant: un rapide sondage parmi des professeurs de collège et de lycée donne à peu près toutes les solutions envisageables.
Je résume donc "continuer à" vs "continuer de":
_ "Continuer de + infinitif" = "Poursuivre ce qui est commencé": on continue de cuisiner tout comme on continue sa cuisine, etc., etc.
_ "Continuer à + infinitif" = "Demeurer dans son état "de faire", ou "faisant", etc.: on continue à cuisiner tout comme on reste une heure à travailler sur un exercice ou on passe un quart d'heure à se raser, par exemple, etc., etc.


Tout cela est difficile… Et ça n'engage que moi; je ne prétends pas vous donner la réponse, que j'aurais trouvée dans une source sûre. Cela fait, en fait, presque un an que, par loisir, je réfléchis sur ce genre de tournures, et, ayant un peu évolué dans ma modélisation depuis ma dernière intervention à ce sujet (j'ai ouvert une discussion relative à ça), je souhaitais attendre d'avoir un peu plus d'assurance avant de revenir là-dessus…

Je ne sais pas ce que, Francyne, vous penserez de ces lignes, mais, toujours est-il que, si vous ouvrez un livre comme Grévisse, par exemple, vous lirez: "Il est bien naturel que des écrivains sentent des différences, mais, en vérité, il n'y a rien.", ou quelque remarque de ce genre, et puis voilà! Et vos remarques m'intéressent vivement. Je suis, bien sûr, prêt à essayer de vous éclairer sur un point ou plusieurs qui vous semblerai(en)t obscure(s), car je pense qu'on ne pourrait que rire si je prétendais avoir été limpide ici, en effet…

Cher JSC, quelques jours après que notre chef a demandé "un peu de sérénité sur ce forum", ton message risque de semble un peu déplacé. Question de but…

15

Continuer à / continuer de

Mon Dieu, Bâ ! Merci pour tant d'explication. Si je me mets à lire tout ça, je ne m'en sors pas ! Je ne peux pas ce soir... J'ai besoin d'une aide ponctuelle seulement. Je reviendrai lire avec plaisir plus tard. ça urge pour moi de savoir quoi choisir. Pas besoin de trop savoir comprendre ce soir. Merci...

16

Continuer à / continuer de

S'il continue à manger, mange-t-il continuellement?
il continue à manger= futur aussi il mangera (dans l'immédiat).
La question pour moi n'est pas "il continue à quoi?" mais "il continue quoi?"

Mais la question se posait sur continuer à ou d' expliquer.

Continuer à / continuer de

Chère Francyne, dans l'immédiat, j'aurais tendance à dire que "continuer de + infinitif" semble le plus naturel et le plus logique, et, en ce sens, le plus châtier.
L'alternative étant une tournure un peu bizarre…

Voilà pour dans l'immédiat!

18

Continuer à / continuer de

Merci JSC...
Ce n'est pas manger, mais expliquer. Alors c'est quoi, à votre idée ?
Il continue à expliquer ou il continue d'expliquer ?

19

Continuer à / continuer de

Bâ a écrit :

Chère Francyne, dans l'immédiat, j'aurais tendance à dire que "continuer de + infinitif" semble le plus naturel et le plus logique, et, en ce sens, le plus châtier.
L'alternative étant une tournure un peu bizarre…

Voilà pour dans l'immédiat!

C'est ce que je pensais. Mais un doute! Est-ce que je ne fais pas une erreur, et pourquoi pas à ?

20

Continuer à / continuer de

Francyne, je suis musicien étranger, donc je n'ai qu'un sentiment: je continue aussi longtemps que possible à expliquer les choses.
L'explication vient (ad en latin) vers les autres.