1

Hugo, L'hirondelle au printemps cherche les vieilles tours

Bonjour à tous!

Je dois répondre à la question suivante:

Comparez la vision poétique selon Hugo et selon baudelaire.

Je compare la beauté dans les 2 texts, mais je n'arrive pas a comprendre le deuxième poème de Hugo intitulé « L'hirondelle au printemps cherche les vielles tours. »

L'hirondelle au printemps cherche les vieilles tours,
Débris où n'est plus l'homme, où la vie est toujours ;
La fauvette en avril cherche, ô ma bien-aimée,
La forêt sombre et fraîche et l'épaisse ramée,
La mousse, et, dans les noeuds des branches, les doux toits
Qu'en se superposant font les feuilles des bois.
Ainsi fait l'oiseau. Nous, nous cherchons, dans la ville,
Le coin désert, l'abri solitaire et tranquille,
Le seuil qui n'a pas d'yeux obliques et méchants,
La rue où les volets sont fermés ; dans les champs,
Nous cherchons le sentier du pâtre et du poëte ;
Dans les bois, la clairière inconnue et muette
Où le silence éteint les bruits lointains et sourds.
L'oiseau cache son nid, nous cachons nos amours.

Merci Beaucoup.

Hugo, L'hirondelle au printemps cherche les vieilles tours

Quel est l'autre texte ?

3

Hugo, L'hirondelle au printemps cherche les vieilles tours

J'ai just besoin de comprendre celui la.

Merci.

Hugo, L'hirondelle au printemps cherche les vieilles tours

Qu'ils soient en ville, dans les champs ou dans la forêt, les deux amoureux (le locuteur et sa bien-aimée) cherchent des endroits tranquilles et douillets pour se retrouver à l'abris des regards et de l'agitation.  Ils sont comparables à des oiseaux qui cherchent le meilleur lieu pour faire leur nid par exemple

5

Hugo, L'hirondelle au printemps cherche les vieilles tours

Ammy a écrit :

Qu'ils soient en ville, dans les champs ou dans la forêt, les deux amoureux (le locuteur et sa bien-aimée) cherchent des endroits tranquilles et douillets pour se retrouver à l'abris des regards et de l'agitation.  Ils sont comparables à des oiseaux qui cherchent le meilleur lieu pour faire leur nid par exemple

quel vers je peu citer dans ma dissertation?

«L'hirondelle au printemps cherche les vieilles tours,»
Victor Hugo fait donc naître la vie, évidemment au printemps, la saison du renouveau et de la renaissance de la nature. Il parle de la procréation éternelle de la nature représentée ici par l'hirondelle, l'emblème du printemps.

«La forêt sombre et fraîche et l'épaisse ramée,
La mousse, et, dans les noeuds des branches, les doux toits»
Victor Hugo pense que le meilleur endroit, isolé et silencieux, pour tenir une vie simple se situe soit dans les champs, soit dans les bois.

Bien expliquer?
Ya till des meilleur vers que je pourrais citer pour ces expliquation?

Hugo, L'hirondelle au printemps cherche les vieilles tours

Quelle dissertation ?

7

Hugo, L'hirondelle au printemps cherche les vieilles tours

Ammy a écrit :

Quelle dissertation ?

Je dois expliquer la vision de la beauté dans L'hirondelle au printemps. Quelle citation je peux citer et expliquer?

Hugo, L'hirondelle au printemps cherche les vieilles tours

Je mettrais les vers 4,5,6 et 12,13. Mais je ne pense pas que tu doives faire une dissertation. Plutôt un commentaire comparé ou une question de corpus.


"Victor Hugo fait donc naître la vie, évidemment au printemps, la saison du renouveau et de la renaissance de la nature. Il parle de la procréation éternelle de la nature représentée ici par l'hirondelle, l'emblème du printemps.

Victor Hugo pense que le meilleur endroit, isolé et silencieux, pour tenir une vie simple se situe soit dans les champs, soit dans les bois"

Ces phrases sont de toi ?

9

Hugo, L'hirondelle au printemps cherche les vieilles tours

non, just un exemple.
Je reformule de ma facons par apres.

comment je peux expliquer les vers 12 et 13  et 4-5-6?
Jarrive pas a trouver une bonne explication.

Hugo, L'hirondelle au printemps cherche les vieilles tours

Ne te perds pas trop dans les détails. Le sens général est clair.
Ce  qui est important dans ce poème, c'est la ressemblance  entre le comportement des oiseaux et celui des amoureux...



L'hirondelle au printemps cherche les vieilles tours,
Débris où n'est plus l'homme, où la vie est toujours ;
La fauvette en avril cherche, ô ma bien-aimée,
La forêt sombre et fraîche et l'épaisse ramée,
La mousse, et, dans les noeuds des branches, les doux toits
Qu'en se superposant font les feuilles des bois.
Ainsi fait l'oiseau.
Nous, nous cherchons, dans la ville,
Le coin désert, l'abri solitaire et tranquille,
Le seuil qui n'a pas d'yeux obliques et méchants,
La rue où les volets sont fermés ; dans les champs,
Nous cherchons le sentier du pâtre et du poëte ;
Dans les bois, la clairière inconnue et muette
Où le silence éteint les bruits lointains et sourds.

L'oiseau cache son nid, nous cachons nos amours.