Difficultés grammaticales en ancien français - La Chanson de Roland

Je souhaiterais que des spécialistes m'éclairent sur de la construction grammaticale du vers 9 de la Chanson de Roland.
Je reproduis trois vers du manuscrit d'Oxford (site en ligne de la Bibliotheca Augustana) afin de rappeler le contexte :

li reis Marsilie la tient ki d(eu) nen aimet
mahumet sert et apollin reclaimet
[n]es poet guarder q(ue) mals ne li ateignet

(la = Saragosse)
Il manque le deuxième jambage du n.

Le problème est que dans le dernier vers, guarder semble gouverner deux COD : 1° se (enclisé à ne) 2° la proposition complétive introduite par que : comment est-ce possible ?
Autre possibilité : le que serait une sorte d'accusatif de relation, comparable au quod latin, permettant de "raccrocher" librement une idée développant le sens du verbe principal : "se garder relativement au fait de..." ; on peut alors aller plus loin et lui donner le sens de "pour que".
Ou alors nes est une graphie de neis, mot attesté plus tardivement en principe, et signifiant "pas même" (nec ipsum) : "pas même lui ne peut éviter que...". Je n'y crois pas trop en fait.
Je précise enfin que certains éditeurs transcrivent ce mot ne's.

Qu'en pensez-vous ?

________________________________________

A X...
Pourquoi avoir ajouté "la Chanson de Roland" au libellé de mon sujet ? Celui-ci aurait pu regrouper des questions grammaticales relatives à l'AF portant sur d'autres textes... Je croyais que le principe était d'avoir le moins de sujets possibles pour une plus grande facilité de recherche ? Vais-je devoir créer autant de sujets que d'œuvres médiévales si je rencontre des difficultés ailleurs que dans la CdR ?